Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les prix des fruits et légumes ont fortement baissé cet été

Le Figaro21/08/2014 à 14:03

INFOGRAPHIE - Pêches, courgettes et tomates, les Français ont pu se régaler grâce à l'excellente cueillette estivale. Une bonne nouvelle accompagnée d'une baisse des prix, de 12% pour les fruits et de 3% pour les légumes, selon l'observatoire Familles Rurales.

Alors que le Modef, syndicat agricole, organise aujourd'hui une vente directe de fruits et légumes à Paris pour dénoncer les marges de la grande distribution, une étude révèle que les prix des fruits et légumes ont baissé cet été. Selon l'observatoire Familles rurales, le prix des fruits a diminué de 12% et celui des légumes de 3% sur la période estivale par rapport à l'an passé. «C'est une bonne nouvelle pour le consommateur, mais elle reste à relativiser par rapport à l'année 2013 qui avait été très mauvaise à cause de la météo. Il s'agit plutôt d'un rattrapage par rapport à 2012», explique Dominique Marmier, président de l'association de consommateurs.

En 2013, le prix des fruits avait en effet flambé de 14%, tandis que celui des légumes avait augmenté de 17% par rapport à 2012! Désormais, le prix moyen d'un kilo de fruits s'établit à 3,34 euros, et un kilo de légumes coûte en moyenne 2,14 euros. Même le bio semble touché: les légumes bio ont vu leur prix décroître de 11%, selon l'observatoire.

Par ailleurs, l'observatoire note une plus grande présence des produits français en grande distribution. De fait, sur 16 fruits et légumes étudiés sur les étals, neuf sont importés de l'étranger, alors qu'ils étaient 10 l'an dernier. L'écart entre les produits étrangers et français se serait même réduit à 7 centimes d'euros, selon l'observatoire.

«On risque de perdre nos outils productifs et de l'emploi»

Si les pommes, aubergines et melons français ont pu faire leur place sur les étals, c'est grâce à la bonne récolte des producteurs nationaux. La baisse des prix s'explique également par ce printemps précoce. De fait, les dates habituelles de récolte ont été décalées, les produits étrangers sont arrivés plus tôt en magasin, forçant les distributeurs français à s'aligner sur les prix étranger.

Mais, à l'inverse, le mauvais temps du mois d'août devrait réviser cette bonne nouvelle. A ce titre, Luc Barbier, président la Fédération Nationale des producteurs de fruits, souligne que «la baisse des prix est une réalité, mais il faudrait la constater réellement à la fin de la période de récolte».

Le temps maussade du mois d'août engendre en outre une moindre consommation de fruits et légumes en France. Luc Barbier dénonce également les comparateurs de prix et les promotions de la grande distribution qui «alimentent l'idée que les fruits et légumes nationaux sont hors de prix donc les Français les consomment moins. La grande distribution répond alors en cassant les prix. On risque de perdre nos outils productifs et l'emploi du secteur». Dominique Marmier de Familles rurales, estime lui que «La crise économique amène également les consommateurs à revoir leurs dépenses. Les Français ont moins de pouvoir d'achat donc ils consomment moins».

Mais, bonne nouvelle pour les consommateurs, la baisse des prix pourrait s'accentuer suite à l'embargo russe. La France a exporté 31,5 millions de tonnes de fruits, agrumes et légumes en 2013 vers la Russie. En important des produits des pays baltes ou de la Pologne, la Russie risque de pénaliser le marché français. Ce dernier se retrouverait alors innondé de pommes polonaises, plus compétitives. Une hypothèse que relativise Dominique Marmier: «En théorie, il ne devrait pas y avoir de souci, dans la mesure où l'Europe soutient les producteurs». La Commission européenne a en effet débloqué lundi dernier une enveloppe de 125 millions d'euros pour voler au secours des pêches et nectarines. Les citoyens semblent également mobilisés par cet embargo: une vague de «selfruits» (un selfie avec un fruit), a pris les réseaux sociaux depuis quelques temps. Des initiatives qui visent à soutenir la consommation de fruits et légumes.

"@AJEnglish: happy to eat a pear to support Belgian farmers against Russian ban: http://t.co/KIgq9KLk66 pic.twitter.com/tRkyvZtWac #ShareAPear"

-- stefania campogianni (@scampogianni) August 9, 2014

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.