Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le coût des catastrophes naturelles a explosé en 2016

Boursorama avec Pratique.fr 02/01/2017 à 19:40

A côté du bilan humain qui avoisinerait les 10 000 morts, le coût des catastrophes naturelles a connu une forte hausse en 2016. Entre 158 milliards de dollars selon les assurances et environ 520 milliards pour la banque mondiale, les chiffres s'envolent. Le tremblement de terre au Japon en avril a été le plus coûteux mais les inondations en Europe ont également fait beaucoup de dégâts. Des dégâts qui sont inégalement remboursés par les assurances.

Le coût des catastrophes naturelles

60 milliards de plus qu'en 2015

C'est le groupe suisse de réassurance Swiss Re qui publie chaque année, dans son étude Sigma, une estimation du coût des catastrophes naturelles. Evalué à 94 milliards de dollars en 2015, le chiffre bondit à 158 milliards pour 2016. Un chiffre encore provisoire en attendant le coût définitif publié par la firme helvétique en mars 2017.
L'ONU estime de son côté le coût à 300 milliards de dollars et la banque mondiale à 520 milliards ! En effet, la banque mondiale ne prend pas que les pertes matérielles en considération. Elle intègre dans son calcul les pertes de "bien-être" des populations. L'incapacité à assumer les dépenses de santé, d'éducation ou de nourriture sont souvent conséquences de catastrophes naturelles. C'est ainsi que de nombreuses familles basculent sous le seuil de pauvreté.

Tremblements de terre et ouragans dévastateurs

En 2016, ce sont les séismes, les orages de grêle et les tempêtes qui ont coûté très cher. Les tremblements de terre violents à Taïwan, en Equateur, en Italie, en Nouvelle-Zélande et surtout au Japon représentent les plus grosses charges pour les assurances. Le séisme au Japon aurait coûté à lui seul 20 milliards de dollars et causé la mort de 137 personnes. Celui en Italie a fait 299 morts et occasionné des dommages estimés à 5 milliards de dollars. Les Etats-Unis et les Caraïbes ont aussi été sévèrement touchés en 2016. L'ouragan Matthew qui a dévasté une partie d'Haïti et du sud-est américain a coûté la vie de 733 personnes et 8 milliards de dollars. De sévères averses de grêle au Texas en avril ont également causé près de 4 milliards de dollars de dégâts. Les pertes économiques sont évaluées à 10 milliards à la suite des inondations du mois d'août en Louisiane et dans le Mississippi. Celles survenues en Allemagne et en France auraient coûté 4 milliards, dont 3 milliards couverts par les assurances.

1/3 des dégâts couverts par les assurances

C'est l'autre chiffre important révélé par l'étude, celui du remboursement par les assurances. Swiss Re avance que sur les 150 milliards de dollars de pertes économiques, moins du tiers (46 milliards) sont couverts (et donc remboursés) par les assurances. Sur ce point, tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne. Si aux Etats-Unis, la moitié des dégâts causés par Matthew a été couvert par les assurances, en Italie ce ne sont que 70 millions sur 5 milliards qui ont été remboursés. Comme le souligne Kurt Karl, chef économiste chez Swiss Re, "la société n'est pas suffisamment couverte contre les risques de tremblement de terre". En Italie, seules 1% des maisons sont assurées contre le risque sismique. Même constat au Japon, seuls 5 milliards de dollars étaient couverts par les assurances alors que les pertes dues au tremblement de terre de Kumamoto auraient occasionné 20 milliards de dollars de dégâts.
Il ressort également de l'étude Sigma que les sinistres dus aux inondations sont souvent mieux couverts, ... dans les pays riches. En effet, si en Allemagne et en France, 75% des dégâts du mois de juin ont été pris en charge par les assurances, les pays pauvres comme Haïti ou la Chine n'ont pas la même chance.

Trucs et astuces

L'étude de Swiss Re indique par ailleurs que les dommages économiques causés par l'homme lui-même avoisinent les 7 milliards de dollars. La moitié de ces pertes seraient couvertes par les assurances.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.