Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Immobilier : la tension locative a explosé en France en 2022
information fournie par Boursorama avec Newsgene07/02/2023 à 12:41

Différentes mesures légales auraient poussé les bailleurs à vendre leur bien plutôt que le louer. (Photo d'illustration) (OleksandrPidvalnyi / Pixabay)

Différentes mesures légales auraient poussé les bailleurs à vendre leur bien plutôt que le louer. (Photo d'illustration) (OleksandrPidvalnyi / Pixabay)

En parallèle d'une légère baisse du nombre de biens disponibles à la location, la demande a explosé en 2022, faisant brusquement et fortement augmenter la tension locative dans de nombreuses régions. Cette situation s'expliquerait notamment par l'augmentation des contraintes qui pèsent sur les propriétaires et bailleurs.

La hausse des règles auxquelles sont soumis les bailleurs et les difficultés croissantes d’accès à la propriété ont entraîné une forte hausse de la tension locative en France, rapporte Le Figaro . Selon le portail d'annonces immobilières Bien'ici, l'offre de biens locatifs a baissé de 10 % en 2022, alors que la demande a progressé de près de 70 %.

L'ouest français relativement épargné

Certaines régions et villes sont plus touchées que d’autres. Selon les chiffres de Bien’ici, la pénurie de logements à louer est particulièrement forte en Ile-de-France (72 % de tension), dans les Hauts-de-France (78 %), l’Occitanie (80 %) et en Provence-Alpes Côte d’Azur (106 %). Paris reste la ville où les biens à louer sont les plus recherchés, devant Toulouse et Montpellier. Du point de vue de la progression sur l’année, c’est à Nice que la situation s’est le plus dégradée avec +10,8 % de tension locative.

À l’inverse, tout l’Ouest français est plus épargné par cette tension locative, avec des pourcentages allant de 48 % pour la Nouvelle-Aquitaine à 28 % pour la Bretagne. Plus largement, Bien'ici fait état d’une progression constante de la tension locative depuis 2019, avec des pics à chaque été, en particulier en 2022.

Une multiplication des contraintes

Comment expliquer cette situation ? Le Figaro met en avant la hausse du nombre de contraintes pesant sur les bailleurs. Avec l'application des mesures de la Loi Climat & Résilience, il n’est plus possible depuis le 1er janvier 2023 de louer des biens classés G+ au DPE (diagnostic de performance énergie). Cette interdiction s’étendra aux logements G en 2025, F en 2028 et E en 2034.

Dans les communes avec plafonnement des loyers, l’accès au déplafonnement a par ailleurs été rendu plus difficile et, avec l’inflation, les bailleurs ne peuvent pas augmenter de plus de 3,5 % les loyers en métropole jusqu’à octobre prochain. Un ensemble de mesure qui aurait poussé de nombreux propriétaires à réorienter leur offre de biens à louer vers la vente.

8 commentaires

  • 11 février09:33

    M6372765 ceux qui avaient un petit complément de pension avec un revenu locatif vont prendre cher. On décourage mm les initiatives individuelles à améliorer nos revenus par nous même. État vo you


Signaler le commentaire

Fermer