Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Habiter chez son patron, une tendance face à la crise du logement

Le Figaro23/07/2014 à 13:49

Pas moins 400.000 recrutements seraient abandonnés chaque année à cause de la crise du logement subie de plein fouet par les travailleurs. Les entreprises tentent d'y remédier à leur manière.

Difficile de recruter quelqu'un qui a des problèmes de logement... Pour lutter contre ce phénomène, de plus en plus de patrons se décident à proposer une solution d'hébergement à leurs employés. Bertrand Bailly fait partie de ces patrons qui se sont attaqués au problème. Directeur de la société de conseil Davidson, il vient d'investir pas moins d'un million d'euros pour «acheter et retaper une maison en ruine», à Clamart, dans les Hauts-de-Seine.

Dès octobre, son acquisition sera transformée en une sorte de «campus», avec des espaces partagés et des appartements meublés. Pour occuper les lieux, neuf de ses salariés deviendront locataires, à des prix très avantageux: 25% inférieurs à ceux du marché. «Dans une profession où le turnover est délirant - 30% chaque année -, nous estimons qu'il est important de se focaliser sur le bien-être des salariés et de leur rendre service, via des dispositifs et un management de bon sens», a expliqué le chef d'entreprise à l'AFP.

Une vraie préoccupation pour les entreprises

Postes manquants, stress et retards récurrents... Les problèmes liés directement ou indirectement au logement des salariés constituent une vraie problématique, qui est de plus en plus présente et prise en compte par les entreprises: dans une étude du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc) publiée en 2012, on apprend que 40% des établissements se disent affectés par ces difficultés de logement de leurs salariés. Si un quart d'entre eux utilisent en premier lieu les dispositifs institutionnels (action logement, etc.), il y a tout de même 35% qui tentent de trouver une solution spécifique aux problèmes de leur société.

C'est le cas par exemple pour la société Axon cable, implantée dans la Marne. Pour remédier à ces problèmes de logement, elle a fait réhabiliter un bâtiment d'une trentaine de chambres. «C'est devenu indispensable, personne ne viendrait si on n'avait pas de logements», explique Bettina François, responsable des ressources humaines. Valentin Maurice, un ingénieur de 24 ans, est locataire de son patron. Et il confirme: «C'est un argument pour l'employeur. Cela permet de s'installer sans acheter de voiture et d'épargner, car le loyer n'est que de 150 euros par mois»... Selon le Conseil d'orientation pour l'emploi (COE), environ 400.000 tentatives de recrutement sont abandonnées chaque année à cause de la crise du logement.

Un problème qui touche énormément les emplois saisonniers

En pleine période estivale, le problème est d'autant plus flagrant. Estimés entre 1 et 2 millions, les saisonniers peinent à se loger. «On a tous le même souci: j'ai un ami qui vient d'acheter un hôtel près de Sète, il n'a pas pu ouvrir pour la saison, faute d'avoir trouvé du personnel», témoigne Jacques Mestre, restaurateur à la Grande Motte (Hérault) depuis 41 ans. Après avoir loué des logements à ses salariés, il a finalement opté pour une autre solution: un partenariat entre l'Umih (Union des métiers et des industrie de l'hôtellerie), et le Crous de Montpellier, qui met à disposition plus de 400 logements aux travailleurs entre mai et septembre.

Mais, la tendance n'est pas du goût de tous. «À cause de la crise du logement, nous voyons le gré à gré se développer. C'est une démarche qui nous dérange fortement», constate Fabrice Angeï, responsable des questions de logement à la CGT. Il dénonce un «retour à la philosophie paternaliste du XIXe siècle, qui permettait le contrôle visuel dans le travail et hors du travail.»

(Avec AFP)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.