Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Électroménager, plein air, décoration : ce qu'achètent les Français depuis le déconfinement
Le Figaro15/05/2020 à 10:13

De nombreuses vidéos sur la toile montrent, depuis lundi, de longues files d'attente devant les magasins, signal encourageant pour les professionnels (Crédits photo : fnacdarty.com - )

Depuis lundi, les clients «ont répondu présent» dans les commerces. Les produits phares se concentrent sur des achats de rattrapage, liés à la maison et à l'arrivée des beaux jours.

C'était l'une des inquiétudes des commerces depuis plusieurs semaines : alors que l'épée de Damoclès de l'épidémie continue de planer au-dessus des consommateurs, les Français allaient-ils répondre présents à la réouverture des commerces ? D'après les premières remontées du terrain, il semble que oui. De nombreuses vidéos sur la toile montrent, depuis lundi, de longues files d'attente devant les magasins, signal encourageant pour les professionnels.

Plusieurs entreprises formulent ce premier constat. C'est le cas de Mr Bricolage : ses magasins, qui ont pu ouvrir durant le confinement, rapportent depuis lundi «plus de trafic». «Ce n'est pas la ruée», nuance toutefois Hervé Onfray, directeur commercial de l'enseigne. Ses boutiques, plus petites que la concurrence et implantées dans de nombreux territoires ruraux ont profité de la prime à la proximité constatée par les acteurs de la grande distribution : les clients font leurs achats dans des lieux proches de chez eux et de plus petite taille, notamment pour des raisons de sécurité sanitaire et pour éviter les files d'attente à l'entrée.

Chez Décathlon, il est encore trop tôt pour tirer un premier bilan, mais «les clients étaient au rendez-vous», se réjouit l'équipementier sportif, en particulier dans la région francilienne, où «l'affluence fut importante».

Même constat optimiste chez Fnac-Darty : «dans tous les magasins ouverts, on observe une croissance significative du trafic, ce qui est encourageant», explique le directeur d'exploitation du groupe, Benoît Jaubert. «On a un rattrapage, avec un retour de nos clients. Les gens reviennent mais peut-être un peu différemment, au regard de leur mode de consommation», précise-t-il. Le panier moyen a augmenté, à l'instar de Mr Bricolage : «les clients viennent pour un achat plus mûri, ciblé sur des produits durables», entraînant une hausse du panier de l'ordre de 30% à 50% sur les trois premiers jours de déconfinement. Pour faire face à la demande et maîtriser les flux, le groupe a déployé des «welcomers», à l'entrée de ses magasins. Il compte mettre l'accent sur ses produits phares, comme le gros électroménager et souhaite remettre un coup sur le digital.

Quid de l'habillement ? Si les images de files d'attente massives devant les Zara ont marqué les esprits, ces derniers jours, difficile d'en tirer un bilan pour le secteur, qui attendait avec impatience la reprise. Sollicité, le suédois H&M n'a pas souhaité nous répondre, et son concurrent espagnol n'a pas encore répondu à nos demandes. Dans Le Parisien , toutefois, le groupe Kiabi fait état d'une «fréquentation soutenue» dans ses magasins. Dans Les Échos , le directeur général de l'Alliance du commerce, Yohann Petiot, souligne une «reprise graduelle» du secteur.

Electroménager, plein air... Les produits phares du déconfinement

Depuis lundi, les consommateurs semblent privilégier les achats de rattrapage, d'une part, et ceux pour la saison prochaine d'autre part, selon nos interlocuteurs. En préparation de l'été, Gifi et Mr Bricolage constatent tous deux une montée en force des produits destinés au jardin, au plein air, dont les tondeuses, karchers ou meubles pour l'extérieur. Chez Décathlon, parmi les produits les plus recherchés figurent ceux du rayon cyclisme, du fitness et du running, précise le groupe. Ses ateliers ont également été fortement sollicités par des clients souhaitant faire réparer leurs équipements.

De leur côté, les enseignes de bricolage ont pu bénéficier d'un attrait renforcé des consommateurs pour leurs produits durant le confinement : bloqués chez eux, les ménages en ont profité pour mener des projets et améliorer leur cadre de vie. Leur panier moyen a ainsi augmenté durant ces semaines. Les ventes de peinture ont ainsi connu une «vraie explosion, avec une croissance à deux chiffres», alors même que le marché était en recul depuis «trois ans, en volume et en valeur», explique le représentant de Mr Bricolage. Dans un deuxième temps, depuis mi-avril, les consommateurs se sont ensuite penchés sur d'autres produits destinés au gros œuvre : «les gens en maison individuelle se lançaient dans des travaux comme refaire la terrasse, l'isolation ou couler une dalle», profitant du soleil et du temps qu'ils avaient pour cela.

Côté vêtements, toujours dans Le Parisien, le français Gémo explique avoir constaté une reprise des «achats besoin et d'équipement pour la famille, notamment sur les collections pour les enfants de 0 à 14 ans», qu'il s'agisse de «tee-shirts, de baskets et de jeans». En parallèle, les acheteuses se sont également dirigées vers son offre en lingerie. Chez Kiabi, on constate un attrait pour les rayons «bébé/enfant et futures mamans» : les clients refont leur garde-robe pour le printemps et l'été.

Durant le confinement, la Fnac a vu ses ventes de jeux vidéo et de produits culturels comme les DVD s'envoler. Depuis lundi, trois familles de produits sont particulièrement prisées par des consommateurs qui ont «attendu, se sont retenus de dépenser en ligne en misant sur la réouverture prochaine des magasins et la possibilité de voir et prendre en main les produits». D'abord, «nos clients se préparent à passer encore un temps significatif chez eux et veulent s'équiper avec du gros électroménager, notre produit star du moment, comme des lave-linge, préparateurs culinaires, machines à coudre ou les premiers climatiseurs, à l'approche de l'été», détaille Benoît Jaubert. Ensuite, le home office se développe tout autant, profitant d'une tendance au développement du télétravail, avec des ventes d'ordinateurs, de téléphonie, d'électronique ou de réseau en hausse. Enfin, les «nouveaux modes de vie» connaissent un coup de fouet, en particulier dans le domaine des nouvelles mobilités, comme les trottinettes et vélos électriques.

Un fort attrait pour la maison

Plusieurs groupes disent également percevoir des signaux faibles de mutations dans la manière de consommer. Par exemple, le développement du click & collect, qui reste dynamique même depuis le déconfinement, est une nouvelle donne pour le groupe Fnac-Darty. Désireux d'éviter les magasins, les clients pourraient préférer durablement venir, récupérer leur produit et acheter potentiellement un service complémentaire au passage. Exemple de cet engouement pour cette manière d'acheter : lundi, ce service était multiplié «par trois à quatre en moyenne en France», détaille-t-il.

Un autre signal important est l'accent mis sur l'entretien de son domicile. «On pense que le retour sur le cocon, la maison, le jardin, pourrait se poursuivre dans les mois à venir, ce qui pourrait profiter au secteur», avance Hervé Onfray. «Le peu d'argent que les gens avaient, ils l'ont investi dans leur maison, leur chez-eux», ajoute-t-il. Le groupe Gifi, qui a perdu 200 millions d'euros durant le confinement mais qui rencontre depuis la reprise une affluence «double de la normale» fait un constat similaire : les produits liés à la maison et la décoration sont très recherchés. «On sent que les gens qui étaient confinés chez eux se sont attelés aux petites tâches de la maison», décrit Didier Pitelet, le porte-parole du patron de l'enseigne, Philippe Ginestet. Prendre soin de son cocon, qui est, selon les moments de la journée, un lieu de vie ou un lieu de travail, semble donc bien être une tendance.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer