1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des drones pour lutter contre la disparition des abeilles
Boursorama avec Pratique.fr27/02/2017 à 16:35

Plus d'un tiers de notre alimentation dépend des abeilles. Leur disparition exponentielle inquiète donc en plus haut lieu et des chercheurs développent des minidrones et des robots capables de faire le travail de pollinisation. Une solution qui pourrait pallier le problème, mais pas le résoudre.

Desdrones pour lutter contre la disparition des abeilles

30% de mortalité

De 5% il y a 20 ans, le taux de mortalité des abeilles en France est passé à 30% en moyenne par an. Aux Etats-Unis, le constat est encore plus alarmant avec la disparition d'un tiers des colonies d'abeilles au cours du seul hiver 2012/2013.
Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. Tout d'abord les pesticides utilisés dans l'agriculture intensive sont les premiers responsables de cette surmortalité. Ils feraient perdre le sens de l'orientation aux abeilles. Un champignon, appelé Nosema Ceranae, ainsi que le Varoa (un parasite suceur de sang) y participent également. Par ailleurs, les abeilles ont récemment vu apparaitre un terrible prédateur, le frelon asiatique, qui les attaque en plein vol ou siège à l'entrée des ruches, les obligeant à jeûner. La ponte et la fabrication sont donc stoppées et la ruche meurt. Enfin, le changement climatique (qui perturbe leur alimentation) ainsi que la pollution achèvent ce travail mortifère.
La disparition des abeilles et des autres insectes pollinisateurs a un impact catastrophique sur l'agriculture. Toute la biodiversité s'en trouve perturbée et cela pourrait conduire à une très grave crise alimentaire.

La biodiversité menacée

"Si l'abeille disparaissait de la surface du globe, l'Homme n'aurait plus que quatre années à vivre" aurait prédit Albert Einstein. En effet, l'abeille pollinise de nombreux végétaux qui participent à l'équilibre alimentaire des animaux et donc des hommes. Selon une étude de l'INRA et du CNRS, 35% de la production mondiale de nourriture est directement dépendante des pollinisateurs. "Les équilibres mondiaux seraient profondément modifiés pour 3 catégories (les fruits, les légumes et les stimulants) en cas de disparition totale des pollinisateurs. La production mondiale ne suffirait plus à satisfaire les besoins aux niveaux actuels. Les régions importatrices nettes comme l'Union européenne serait plus particulièrement touchées" expliquent l'INRA et le CNRS.
Cette surmortalité est donc prise très au sérieux, la Maison blanche a créé une "task force" sur le sujet en 2014.
Par ailleurs, des chercheurs essayent de parer au plus pressé en tentant de compenser les abeilles défaillantes.

Les recherches en la matière

Deux projets notables sont en développement.
L'un est mené dans les laboratoires d'Harvard, au Wyss Institute. Les chercheurs américains ont mis au point des microrobots autonomes et volants baptisés Robobees (abeilles-robots). Ces robots font la taille d'un demi trombone et pèsent moins de 80 milligrammes. Ils sont capables de voler à l'aide de minuscules ailes battant au rythme de 100 battements/seconde. Le Robobee peut se poser sur des objets sous différents angles, grâce à l'électricité statique. Il peut même, s'il tombe dans l'eau, nager ! Seul problème, le robobee reste trop lourd pour embarquer une batterie ou un ordinateur afin d'être autonome. L'équipe de chercheurs affirme pouvoir résoudre ce problème et utiliser ces robobees d'ici à 10 à 15 ans.
Au Japon, des chercheurs du National Institute of Advanced Industrial Science (AIST) de Tsukuba ont conçu, quant à eux, un drone pollinisateur. Ils ont "customisé" un mini-drone vendu dans le commerce en y ajoutant une bande collante sous le ventre. Cette bande est astucieusement recouverte de crin de cheval - pour reproduire les poils des abeilles - et d'un gel ionique adhésif pour récolter le pollen. Des tests jugés concluants ont été effectués sur des fleurs de lys, mais les chercheurs modèrent pour l'instant leur succès en expliquant que le drone-abeille ne peut pas encore agir sur des fleurs plus refermées. Le défi semble toutefois possible à relever, bien qu'il ne résolve probablement jamais le problème d'une disparition totale des abeilles.
En effet un courtier californien, cité par le MIT Technology Review, indique que pour polliniser 900 000 acres d'amandiers sur lesquels poussent 3 milliards de fleurs, il faut 1,8 millions de ruches contenant près de 35 milliards d'abeilles. Difficile d'imaginer que l'on fabrique 35 milliards de robobees ou de drones-abeilles...

Trucs et astuces

L'organisation Open Source Beehives propose de diffuser, en open source et open hardware, les plans et les systèmes de ruches intelligentes. Ces ruches, reproductibles par qui le souhaite, sont dotées de capteurs et permettent de suivre l'évolution de la population d'abeilles à l'intérieur et de contrôler température et humidité.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer