Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Depuis 2008, un jeune francilien sur deux habite chez ses parents

Le Figaro01/10/2015 à 10:27

La crise économique a fortement rallongé le délai que mettent les jeunes franciliens (entre 20 et 29 ans) à quitter le domicile familial. Emploi, prix de l’immobilier... Plusieurs facteurs entrent en compte.

Depuis la crise économique de 2008 les jeunes d’Ile-de-France, en particulier les plus modestes, quittent plus tardivement le logement parental et un sur deux vit encore chez ses parents après 25 ans, alors que les loyers des petits logements a bondi, selon une étude publiée mercredi. Les jeunes franciliens âgés de 20 à 29 ans «peinent à quitter le logement de leurs parents», depuis une crise qui a «davantage freiné l’indépendance résidentielle des jeunes les moins aisés», dit l’étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France (www.iau-idf.fr).

Un jeune Francilien sur deux, parmi ceux qui sont nés dans la région, habite encore chez ses parents après 25 ans, selon cette analyse de la démographe Juliette Dupoizat, qui exploite les données des recensements et de l’Enquête famille et logements réalisés par l’Insee. Après être restée stable entre 1999 et 2006, cette «décohabitation» est devenue plus tardive (5 mois de plus, à 24 ans et 9 mois en moyenne) entre 2006 et 2011 en Ile-de-France. En province en revanche, elle est plus précoce, aux alentours de 22 ans, soit un an plus tôt qu’en 1999, pour les jeunes résidant dans leur région de naissance.

Sans surprise, ce sont les étudiants et les chômeurs franciliens de 20 à 29 ans qui habitent le plus souvent chez leurs parents: 76 % des premiers et 62% des seconds, contre 39% parmi les actifs en emploi. Si la situation est restée stable de 1999 à 2011 pour les étudiants, en revanche la proportion de chômeurs restée au domicile familial a bondi de 10 points sur la période, et celle des actifs en emploi, de 6 points. Bien qu’ils disposent de revenus, les jeunes actifs franciliens qui travaillent représentent la moitié des 20-29 ans résidant encore chez leurs parents, très vraisemblablement en raison de la précarité de leur emploi. Car les deux tiers de ceux qui travaillent en CDI ont quitté le logement parental, contre une moitié de ceux qui ont un CDD et seulement un tiers des intérimaires, en emploi-jeune, en contrat d’apprentissage ou en stage rémunéré.

Les loyers des studios ont bondi de 49% à Paris

Or sur la période, entre 2006 et 2011, la part des jeunes de 25 ans employés en CDI a baissé de 4 points, passant de 52% à 48%. L’origine sociale est déterminante: plus elle est modeste, plus l’âge du départ a reculé en 2011, comparé à 2006. Les ouvriers «décohabitent» désormais deux ans plus tard que les cadres et professions intellectuelles supérieures: à 25 ans et 6 mois, contre 23 ans et 7 mois. «D’une manière générale, les familles dont les enfants décohabitent plus tard sont moins aisées que les autres, ainsi que leurs enfants», constate l’étude.

Ainsi un tiers des familles dont un enfant âgé de plus de 25 ans loge encore au domicile, vivent en HLM. Car les enfants de familles modestes «occupent rarement un emploi stable, correctement rémunéré, et leurs parents n’ont pas la possibilité de les aider à financer un premier logement autonome, ou de se porter garants lors d’une location», souligne l’étude. Or depuis 1999, «les coûts pour se loger en Île-de-France ont fortement augmenté, notamment pour les petits logements, qui accueillent d’habitude les jeunes» en partance du logement familial.

Les loyers des studios ont bondi de 49% à Paris et de 44% dans l’agglomération parisienne, de 2001 à 2011, selon l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap). De son côté le parc HLM peine à proposer aux jeunes des logements qui ne soient pas destinés aux seuls étudiants. La situation du couple parental joue aussi: si les parents vivent toujours ensemble, l’enfant reste plus longtemps. Lorsqu’ils sont séparés en revanche, l’enfant quitte le logement parental en moyenne 7 mois plus tôt. En 2011, un tiers des familles d’Ile-de-France hébergeaient un jeune majeur, soit 621.000 familles.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.