Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Crédit immobilier: pas de gros coup de pouce pour les emprunteurs
information fournie par Le Figaro29/06/2022 à 10:55

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

Le taux maximal auquel une banque peut prêter ne sera augmenté que de 0,15% à 0,2% alors que le taux de crédit grimpe en moyenne de 0,3%. Un effet ciseau qui exclut du marché des milliers d'emprunteurs.

C'est une petite bouffée d'air que les autorités financières offrent aux emprunteurs immobiliers. Mais sera-ce suffisant pour détendre le marché du crédit? Ce n'est pas sûr. Actuellement, le taux de crédit ne cesse de grimper (1,51% sur 25 ans contre 1,09% début 2022). Dans le même temps, le taux maximal auquel les banques peuvent prêter de l'argent aux particuliers - le taux d'usure - baisse (2,4% contre 2,67% début 2021). Ce qui provoque un «effet ciseau» qui empêche, aux dires des courtiers, plusieurs milliers d'emprunteurs d'obtenir un crédit.

Comme tous les trois mois, ce taux d'usure est mis à jour. Il le sera ce vendredi 1er juillet et est attendu en hausse. Une augmentation que les emprunteurs espèrent suffisante pour compenser la progression des taux de crédit. Il n'en sera rien a priori. Le taux d'usure sera relevé de 0,15% à 0,2%, selon la Banque de France, cité par Le Parisien-Aujourd'hui-en-France . « Cette législation du taux maximum est faite pour éviter des taux d'emprunt excessifs et donc protéger les emprunteurs », explique la Banque de France pour justifier que le taux d'usure ne soit pas plus augmenté.

Une hausse des refus de crédit à venir

Problème: ce garde-fou semble se retourner contre les emprunteurs. Actuellement de 2,4%, ce taux s'établira donc entre 2,55% et 2,6% pour les prêts d'une durée de 20 ans et plus, les plus couramment accordés. Or, sur 20 ans, le taux moyen s'élève à 1,5% et à 1,75% sur 25 ans. Si l'on ajoute les frais annexes (garantie et dossier) et surtout le taux d'assurance, le taux global peut rapidement dépasser le taux maximal. Et ainsi empêcher l'emprunteur d'obtenir un crédit immobilier. Car plus votre profil est risqué (fumeur, sport à risque, emprunteur âgé...), plus le taux d'assurance est élevé. « Nous ne relevons pas à ce stade d'effet d'éviction (crédits refusés, NDLR) associé à ces taux plafonds» , affirme la Banque de France.

Du côté des courtiers, la déception est grande forcément. « Cette augmentation du taux d'usure est très insuffisante. Les plus jeunes sont bien «protégés» contre l'accès au crédit. Passez votre tour et restez locataires! On veille sur vous! », réagit Maël Bernier, de Meilleurtaux avec une pointe d'humour. Pour Olivier Lendrevie, « le phénomène d'éviction va s'amplifier .». « Nous avons reçu les barèmes de taux pour le mois de juillet. Leur hausse de 0,3% en moyenne est bien supérieure à celle prévue pour le taux d'usure », constate le président de Cafpi.

0 commentaire

Annonces immobilières