Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Condamné pour avoir remplacé sa moquette par du parquet

Le Figaro23/06/2016 à 18:13

À Paris, un propriétaire et son locataire ont été condamnés à indemniser un autre occupant de l’immeuble. Motif : le remplacement de la moquette par du parquet a complètement détruit l’insonorisation.

Il y a quelques décennies, la moquette était une véritable norme dans les maisons et les appartements. Désormais, elle n’a plus du tout la cote. On la remplace dès qu’on peut par du parquet, véritable ou stratifié, ou du carrelage! Dans la liste des travaux à effectuer dans son logement, changer le revêtement de son sol est loin d’être un ovni. Si enlever la moquette sur le sol d’une maison ne représente aucune forme de danger, les choses sont bien différentes pour un appartement...

Pourquoi? Parce que la disparition de ce sol peut gravement nuire à l’insonorisation qui existait entre deux étages. À un tel point que cela devient un conflit de voisinage. La preuve: Le Monde rapporte une information du site Bruit.fr, qui évoque une décision récente du tribunal de grande instance de Paris. Les faits: «un propriétaire d’un appartement situé au 5e étage d’un immeuble du XVIe arrondissement, se plaint du bruit en provenance du 6e étage (musique et déplacements peu discrets du locataire).»

Les nuisances étant persistantes, il décide de saisir le juge des référés qui ordonne une mesure d’expertise. C’était en 2012. L’expert judiciaire confirme que les nuisances proviennent bel et bien de l’appartement situé à l’étage supérieur. Mais ce n’est pas tout: il ajoute également que l’insonorisation entre les deux appartements a été très largement affaiblie par le remplacement de la moquette initiale par du parquet flottant!

8000 euros d’amende pour trouble de jouissance

Considérant sa quiétude injustement troublée, le propriétaire décide donc d’assigner à la fois le propriétaire et le locataire du dessus, afin qu’ils soient condamnés à l’indemniser pour la gêne occasionnée. Il fait également une demande de remise en état du sol de l’appartement de l’étage supérieur, avec les arguments suivants: le remplacement de la moquette par un parquet flottant s’est fait en violation du règlement de copropriété. Ce dernier demandait en effet explicitement de «maintenir les revêtements isolants en état d’assurer l’insonorisation des appartements».

Le tribunal juge notamment que «la baisse d’isolation, qui accroît la transmission des bruits d’impact, et qui place l’appartement de la victime dans un niveau de confort nettement plus dégradé que celui offert par l’immeuble en copropriété dans son état d’origine, constitue un trouble anormal de voisinage qui engage la responsabilité de plein droit du copropriétaire, qui a fait les travaux, mais aussi du locataire», rapporte le site Bruit.fr.

Le tribunal de grande instance de Paris les a donc condamné à payer 8000 euros pour trouble de jouissance, 4000 euros de frais d’avocat, ainsi que les frais de l’expertise judiciaire. Si vous êtes confronté à un problème de voisinage et que vous souhaitez éviter les tribunaux, voici un article qui détaille la marche à suivre pour faire cesser un trouble de voisinage.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.