Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Avant/après: 60 chambres de bonnes transformées en logements de luxe

Le Figaro26/01/2017 à 19:00

EN IMAGES - Cet immeuble cossu du 17e arrondissement de Paris a eu droit à une rénovation complète de son dernier étage. Une soixantaine de petites chambres ont fait place à 7 logements haut de gamme.

La Ville de Paris rêve de transformer 1000 chambres de bonnes en logements habitables d’ici 2020 et a même lancé un plan spécifique pour cela en novembre dernier. Plus facile à dire qu’à faire, car les contraintes sont nombreuses même si la capitale compte 114.000 chambres de services, dont seulement 15% sont louées. Officiellement du moins. Alors forcément lorsque 60 de ces petites surfaces sont transformées d’un coup, cela attire l’attention.

» Lire aussi - Le prix d’une chambre de bonne a augmenté de 84% depuis’90

Le chantier est actuellement en voie d’achèvement sur l’avenue de la Grande Armée, dans le 17e arrondissement, à deux pas de l’Arc de Triomphe et des Champs-Élysées, dans un vaste immeuble haussmannien de grand standing. C’est la société Ikory qui a conseillé et accompagné le propriétaire des lieux, une société d’assurances, dans la rénovation et la transformation complète du 6e étage. À raison de 4 chambres de service par logement, l’opération portait sur près de 800 m² au sol.

Des appartements de 38 à 129 m²

«Pour ce genre d’opérations, il y a deux gros freins, souligne Stéphane Imowicz. D’un côté, il faut convaincre la copropriété, ce qui n’a pas été le cas ici puisqu’il n’y a qu’un seul propriétaire. Et de l’autre il faut régler la question de l’accès.» Puisque les escaliers de service sont étroits et qu’il était impossible de faire monter l’ascenseur plus haut, c’est le grand escalier central qui a été prolongé jusqu’au dernier étage. Une transformation coûteuse qui ne peut s’amortir que sur un grand nombre de logements.

Dans ce cas, les chambres de bonnes ont été transformées en 7 appartements de 38 à 129 m² (loi Carrez, les surfaces au sol étant souvent bien plus importantes). Si du côté de l’avenue de la Grande Armée les recommandations des Bâtiments de France sont strictes et ne permettent pas de toucher aux fenêtres en œil-de-bœuf, des verrières façons loft et de fenêtre de toit ont pu être installées côtés cour, histoire d’augmenter la luminosité.

Des acheteurs principalement français

Résultat: une belle hauteur sous plafond, des éléments architecturaux exceptionnels comme une surprenante rotonde, de la lumière, sans compter les placards intégrés et les salles de bains aménagées au goût du jour. Avec une rénovation affichée à près de 2000 euros du mètre carré, les tarifs s’en ressentent: de 11.500 à 12.500 euros le mètre carré. Pas vraiment de quoi faire de ces chambres de bonnes les logements abordables dont rêve la ville de Paris... Mais les acheteurs, eux n’ont pas été refroidis. Cinq logements ont déjà été vendus, principalement à des Français, et une sixième vente est en cours de formalisation.

«Le résultat est quasiment identique à du neuf, tout en disposant d’une formidable enveloppe haussmannienne, souligne Stéphane Imowicz. Un vrai programme neuf serait 40% plus cher dans ce type de quartier.» Le parallèle avec le neuf n’a cependant pas été poussé jusqu’à permettre de décrocher une TVA à 5,5%. Dans un contexte où les terrains sont particulièrement rares, ce genre d’opérations permet de créer des logements supplémentaires dans des quartiers largement colonisés par les surfaces de bureaux.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.