Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sapin: Cela se passe mieux chez Renault que chez PSA

AFP Video17/01/2013 à 13:21

Le ministre du Travail Michel Sapin a jugé jeudi que "ça se passait mieux" chez Renault que chez PSA, car si les deux constructeurs prévoient des milliers de suppressions de postes, chez Renault, dont l'Etat est actionnaire, "on n'annonce pas de licenciement" et on a "pris les devants".

"On voit la différence entre ceux qui veulent prendre les devants pour éviter une catastrophe sociale et ceux qui n'ont pas suffisamment anticipé et qui doivent traiter des situations sociales extrêmement difficiles", a commenté sur France Info le ministre en référence aux 7.500 suppressions d'emplois chez Renault (8.260 selon les syndicats) et les plus de 11.000 postes en moins d'ici 2014 chez PSA.

Renault a présenté "un plan avec des diminutions d'effectifs qui évite les licenciements", a souligné M. Sapin.

"Je vois que ça se passe mieux d'un certain point de vue chez Renault que chez PSA puisque chez Renault, on n'annonce pas de licenciement, alors que chez PSA on a annoncé trop de licenciements", a ajouté le ministre.

Or, depuis l'annonce des 8.000 suppressions de postes, auxquels s'ajoutent 1.500 départs naturels non renouvelés, la direction de PSA répète que cette restructuration se fera sans licenciement, que "personne ne restera au bord du chemin".

"Une suppression d'emploi, ce n'est pas un licenciement, c'est un outil industriel", a ajouté M. Sapin. "Il y a des outils industriels qui peuvent être à la baisse, seulement il faut le faire le plus tôt possible et de la manière la plus négociée possible avec les partenaires sociaux pour éviter la catastrophe sociale; il peut y avoir d'autres outils qui sont à la hausse", a-t-il expliqué.

Michel Sapin a ensuite insisté sur la nécessite de négocier dans les entreprises, et critiqué à nouveau la méthode PSA, estimant qu'il faut "anticiper les évolutions, informer les représentants des salariés" et "négocier".

La direction de PSA a été critiquée pour l'annonce tardive de ces plans de suppressions de postes et soupçonnée d'avoir attendu l'après-présidentielle.

Michel Sapin a également déclaré jeudi sur France Info que les emplois d'avenir, destinés aux jeunes peu ou pas diplômés, "montent en puissance", ajoutant que leur nombre était "sur la voie des 4.000".

Les emplois d'avenir "montent en puissance assez fortement. J'ai eu les statistiques récentes, on est sur la voie des 4.000 (...) Cela marche", a dit le ministre sur France Info. Ces emplois d'avenir "vont permettre de régler des difficultés extrêmement lourdes d'un certain nombre de jeunes qui n'ont ni formation, ni emploi", a plaidé Michel Sapin.

L'objectif du gouvernement est de créer 100.000 contrats d'emplois d'avenir en 2013.

Le ministre du Travail a également réaffirmé que l'accord des partenaires sociaux sur la sécurisation de l'emploi serait "transcrit fidèlement dans la loi". "C'est le contrat que nous avions avec les partenaires sociaux, de respecter cet accord", a-t-il expliqué. Dans l'accord, figurent "les lignes directrices, ma fonction, c'est de les traduire dans la loi", a-t-il dit.

Le projet de loi doit être présenté en Conseil des ministres en mars pour un examen au Parlement en avril.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.