Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paksitan: un cheikh hostile aux talibans lance sa révolution

AFP Video13/01/2013 à 14:59

Un influent leader musulman hostile aux talibans a lancé dimanche sa "révolution pacifique" au Pakistan en marchant sur Islamabad, bousculant la classe politique à l'approche d'élections clés pour la consolidation de la démocratie dans un pays abonné aux coups d'Etat.Après des années passées à Toronto, la plus grande ville du Canada, dont il a aussi la nationalité, Tahir ul-Qadri est rentré fin décembre au Pakistan et a appelé à une mobilisation digne de la "Place Tahrir", symbole du "printemps égyptien" de 2011, à partir de lundi dans la capitale.Dénonçant la confiscation du pouvoir par les élites de grands propriétaires et industriels, Qadri réclame des réformes rapides qui puissent permettre aux élections nationales prévues au printemps d'être "transparentes" et de donner plus de pouvoir aux classes inférieures."Le gouvernement n'a offert que du terrorisme et de la corruption", lance Qadri 61 ans, barbe blanche, lunettes dorées, chapeau rond et plat blanc aux reflets argentés, au siège de son organisation du Minhaj ul-Quran ("Le chemin du Coran") à Lahore (est), un mouvement qui compte plus de 500 écoles coraniques (madrassas) au Pakistan et des antennes dans "plus de 90 pays" dont la France.Plusieurs milliers de ses partisans ont quitté Lahore dimanche après-midi avec l'intention d'atteindre Islamabad, située à plus 400 km de route, où ils comptent entamer lundi un sit-in jusqu'à ce que le gouvernement cède.Ce dernier a semblé tout faire pour minimiser la mobilisation, déconseillant à Qadri de prendre la route et affirmant que les talibans préparaient un attentat contre lui, ce que les rebelles ont démenti.A Lahore, des chauffeurs de bus ont dit avoir été découragés de transporter ses partisans. A Islamabad, des écoles, des commerces seront fermés lundi, et les autorités, craignant des débordements, ont barricadé l'enclave diplomatique et gouvernementale.Un chien dans un jeu de quillesDocteur en droit islamique originaire de la ville de Jhang, au Pendjab (centre), Tahir ul-Qadri avait fondé un petit parti politique à la fin des années 1980.Elu député en 2002 sous le gouvernement militaire de Pervez Musharraf, il avait démissionné deux ans plus tard avec fracas et pris la route du Canada, où vit une importante diaspora pakistanaise. Il a depuis sillonné le monde, invité notamment au Forum économique mondial de Davos (Suisse).Orateur de talent, ce leader issue de la confrérie musulmane des Barelvis, la plus importante du Pakistan, réputée pour sa tolérance, est l'auteur d'un édit (fatwa) de 600 pages jugeant non-islamiques les attentats suicide, arme de prédilection des talibans, et incarne pour certains "l'islam des lumières".Le 23 décembre dernier, trois jours après son retour au pays, il réussit le coup de force de réunir plus de 100.000 personnes à Lahore, où il tire à boulets rouges sur les deux principaux partis, le Parti du peuple pakistanais (PPP) du président Asif Ali Zardari, et la Ligue musulmane (PML-N) de Nawaz Sharif.Pour ses partisans, Tahir ul-Qadri porte la voix des masses démunies et exploitées par l'élite politique richissime et corrompue au pouvoir.Ses détracteurs, du côté du pouvoir notamment, l'accusent de vouloir semer le "chaos" pour préparer le terrain à un retour aux affaires de l'armée, l'institution la plus puissante du pays, qui a rendu le pouvoir au civils en 2008. D'autres voient en lui un agent de l'Occident inquiet de la montée des extrémistes dans un Etat doté de l'arme nucléaire, ou un imposteur, car il prétend avoir reçu un message du prophète Mahomet dans un rêve."Il tente de perturber le processus" électoral, estime Talat Masood, un ancien haut gradé de l'armée, en notant qu'il pourrait séduire certains militaires, bureaucrates ou hommes d'affaires mécontents du système actuel.Le mandat du gouvernement court jusqu'à la mi-mars, et les élections doivent avoir lieu en principe au plus tard à la mi-mai, voire après si le scrutin devait être reporté, une perspective évoquée par certains observateurs au vu de la hausse actuelle des violences.De la mi-mars à l'arrivée du nouveau pouvoir, un gouvernement intérimaire doit gérer le pays. Tahir ul-Qadri, qui le veut "indépendant", a déjà prévenu qu'il n'était pas candidat pour le diriger, ajoutant: "Je me bats pour le peuple, pas pour moi".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.