Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Olivier Bedouelle dans sa serre, à Magny-les-Hameaux dans les Yvelines

AFP Video14/07/2012 à 18:27

Patron d'une entreprise dans le secteur du paysage, Olivier Bedouelle, 49 ans, est victime d'un paradoxe: malgré la crise et un fort taux de chômage, il ne parvient pas à pourvoir les cinq offres d'emploi qu'il propose."On ne reçoit pas de CV", déplore le quadragénaire, qui cherche à embaucher en CDI notamment un fleuriste, un jardinier, un paysagiste d'intérieur ou encore un chiffreur-métreur."Crise ou pas crise, l'herbe pousse", lance-t-il, un brin fataliste.Des annonces ont été diffusées auprès des écoles, de Pôle Emploi, sur le site internet de la société. Les quelques personnes à avoir répondu correspondent rarement au profil recherché. "Aucun candidat pour le poste de jardinier et, sur les trois ou quatre CV reçus pour le poste de fleuriste, un seul avait son CAP", précise M. Bedouelle, qui dit rechercher des personnes "hyper-qualifiées".Son entreprise spécialisée dans le paysage d'intérieur à destination des entreprises, Vertdéco, basée à Magny-les-Hameaux (Yvelines), emploie actuellement 53 personnes. Vertdéco vise une clientèle moyen et haut de gamme.Selon l'enquête "Besoins en main d'oeuvre 2012" réalisée par Pôle Emploi, les employeurs prévoyaient de recruter en 2012 quelque 17.000 jardiniers salariés et paysagistes. 30,8% des projets de recrutement dans ce domaine étaient jugés difficiles par les recruteurs.De plus, selon cette étude, parmi les métiers les plus recherchés, arrivent en tête des emplois pour la plupart à faible niveau de qualification tels que serveur ou aide à domicile.Pour Marc Ferracci, professeur d'Economie à l'université de Nantes et membre du Centre de recherche en Economie et Statistique, "fondamentalement, il est normal qu'il y ait des offres d'emploi non pourvues car le marché de l'emploi connaît des frictions: l'information circule mal et en France, les questions de mobilité, notamment géographique, sont assez lourdes".inadéquation des profilsM. Ferracci souligne également la nécessité de "donner plus d'information aux jeunes et à leurs familles sur les débouchés pour qu'ils fassent des choix plus cohérents". Or, il existe en France un "déficit d'enquêtes fiables et harmonisées sur les métiers en tension" avec une offre de formations "mal structurée" et "assez opaque"."On ne trouve plus de fleuriste alors que les perspectives d'évolution sont très fortes. On a longtemps pensé que ces métiers étaient faits pour les gens en échec scolaire mais on n'imagine pas la technicité et la créativité demandées. De même pour les jardiniers, dont on a l'image d'un métier de réinsertion, alors qu'il faut savoir lire un plan, prendre des niveaux", explique pour sa part M. Bedouelle, qui regrette que ces métiers "rebutent" aussi en raison de leur dureté.Il déplore également une inadéquation des profils recherchés et des formations, qui, selon lui, sont "de moins en moins exigeantes" et moins portées sur la pratique. "On incite les jeunes à aller le plus loin possible, jusqu'à la licence ou le master, mais nous, on a besoin de gens qui savent tailler des plantes et reconnaître les végétaux".Pour le chef d'entreprise, cette pénurie de main d'oeuvre entraîne un allongement de ses délais et une charge de travail accrue pour ses salariés, qui doivent ainsi travailler le samedi et accumulent les heures supplémentaires."Toute la chaîne est embouteillée donc il y a des tas d'appels d'offre auxquels on ne répond pas", dit-il, tandis qu'il aspire à être à la tête de plus de 80 salariés "dans les deux ou trois ans" grâce à "des tas de perspectives".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.