Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Face à la crise de la pêche, le Sénégal tente le poisson d'élevage

AFP Video30/05/2013 à 13:24

Des tilapias d'élevage barbotent dans un étang près du fleuve à Moundop, dans le nord du Sénégal: confronté à la baisse des captures en milieu naturel, ce pays tente la pisciculture qui attire de nombreux paysans et pêcheurs, mais reste embryonnaire.

"J'ai fait ma première récolte de poissons en janvier avec 1.121 individus d'un poids moyen de 277 grammes que j'ai vendus et j'en referai dans les prochains jours", affirme Serigne Fallou Ndao, debout devant ses cinq étangs creusés à Moundop, au bord du fleuve Sénégal, pour élever des tilapias.

Sur la piste en latérite menant vers ce site de la vallée du fleuve, les casiers rizicoles sont les principaux aménagements agricoles.

"Je fais du riz et du maraîchage mais, depuis 2009, je l'associe à la pisciculture qui est plus rentable que l'agriculture", affirme M. Ndao, peu loquace sur ses revenus.

Sur le site voisin de Maraye, des ouvriers construisent des bassins en béton et creusent des étangs, au milieu du bruit des engins de terrassement.

"Nous aménageons le plus grand site de pisciculture du Sénégal, sur 25 hectares, pour sélectionner 50 promoteurs privés et démarrer la production en juillet", dit Abdoulaye Ngom, de l'Agence nationale d'insertion et le développement agricole.

Les sites de Moundop et Maraye sont approvisionnés en "semences" (larves et alevins) à partir de la ville de Richard-Toll, qui abrite la principale station piscicole du pays.

"Le Sénégal est devenu autosuffisant en géniteurs et chaque année, 50.000 à 100.000 individus servent à renouveler le stock" pour alimenter en semence les zones piscicoles du nord, du centre et du sud du pays, affirme Théophile Diouf, chef du bureau de Richard-Toll, rattaché à l'Agence nationale d'aquaculture (ANA) du ministère de l'Environnement.

Après de premières expériences dans les années 1980, l'ANA a été créée en 2006 pour créer des emplois dans la pisciculture. "Le tilapia et le poisson-chat, deux espèces locales robustes et faciles à élever, ont été choisis" , souligne Mamadou Sène, expert à l'ANA.

"Poisson rare et cher"

"Le poisson est devenu rare et cher au Sénégal, mais notre pays a des potentialités pour la pisciculture avec quatre fleuves, 700 km de côtes maritimes et des eaux chaudes. Les demandes de création de fermes piscicoles se multiplient", de la part de paysans et de pêcheurs, affirme-t-il.

D'une dizaine de tonnes avant 2008, la production de poisson d'élevage est officiellement passée à 321 tonnes en 2012 et l'objectif est d'avoir 10.000 tonnes en 2018.

Ce volume est loin des 436.000 tonnes pêchées en 2011 en mer mais, depuis plusieurs années, les ressources sont surexploitées, notamment par les flottilles étrangères, et des espèces comme le mérou sont menacées d'extinction, selon des chercheurs.

Faute de poisson, des familles ont de plus en plus de difficultés pour préparer le "tiep bou dieune", le riz au poisson en langue wolof, un des principaux plats nationaux.

Selon les spécialistes, beaucoup de poissons consommés par les Sénégalais sont pêchés en Mauritanie et en Guinée-Bissau voisines, et les pêcheurs doivent aller de plus en plus loin pour en trouver.

Dans la zone du fleuve Sénégal, "beaucoup de pêcheurs se sont convertis en éleveurs" de poissons à cause de la baisse des captures, affirme Théophile Diouf.

"Nous n'avons plus de poissons depuis la construction des barrages" sur le fleuve Sénégal dans les années 1980, "des plantes ont envahi les plans d'eau, gênent les pirogues et la pose des filets", affirme Ousmane Guèye, pêcheur à Richard-Toll qui élève maintenant des poissons dans des cages flottantes.

Mais, malgré son intérêt grandissant, la pisciculture a ses "contraintes, dont l'accès à la terre et au crédit. En plus, il n'y a pas au Sénégal d'entreprise spécialisée dans la production d'aliments pour poisson. On est obligé d'en importer", dit M. Sène.

De l'aliment local est produit en faible quantité à partir de son de riz et de mil, de tourteaux d'arachide et de la farine de poissons, dit M. Diouf.

Serigne Fallou Ndao appelle à "un meilleur encadrement des éleveurs" privés, actuellement appuyés par l'ANA et des organismes comme la FAO, et à "des formations sur les techniques d'élevage. "Je veux récolter", dit-il, "mais je n'ai pas de moyens pour savoir la taille de mes poissons".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.