1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Christophe Castaner

Christophe Castaner est un homme politique Français. Il est depuis octobre 2018 Ministre de l'Intérieur dans le gouvernement d'Edouard Philippe. Il en a été auparavant Secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement et également porte-parole du gouvernement. Il a été Maire de Forcalquier avant son entrée au gouvernement.

  • Reuters26.03.201905:00

    PARIS, 26 mars (Reuters) - Les niveaux de popularité d'Emmanuel Macron et de Christophe Castaner pâtissent des violences qui ont émaillé la journée d'action des "Gilets jaunes" du 16 mars, selon un sondage Odoxa pour France inter, l'Express et la presse régionale publié mardi. Dans cette enquête réalisée via internet les 20 et 21 mars, la cote du président recule de deux points en mars pour retomber à 30% de bonnes opinions contre 70% de mauvaises

  • AFP Video24.03.201912:44

    Environ 40.500 personnes, dont 5

  • Le Parisien24.03.201907:29
    6

    Emmanuel Macron file dans la stratosphère, à plus de 10 000 mètres du sol. De retour de Nairobi (Kenya), le chef de l'État regagne Paris, jeudi 14 mars en fin de journée, au terme d'un harassant périple en Afrique de l'Est

  • Reuters21.03.201920:41
    9

    PARIS (Reuters) - Plus de la moitié des Français (55%) souhaitent que le mouvement des "Gilets jaunes" cesse après les violences et pillages du 16 mars à Paris et désavouent à 76% le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro diffusé jeudi. Les personnes interrogées considèrent à 68% que le limogeage du préfet de police de Paris et du directeur de la sécurité publique dans la capitale, décidé après le saccage samedi des Champs-Elysées en marge d'une manifestation des "Gilets jaunes", est une mauvaise décision "car c'est le ministre de l'Intérieur (

  • Reuters21.03.201920:33

    PARIS, 21 mars (Reuters) - Plus de la moitié des Français (55%) souhaitent que le mouvement des "Gilets jaunes" cesse après les violences et pillages du 16 mars à Paris et désavouent à 76% le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro diffusé jeudi. Les personnes interrogées considèrent à 68% que le limogeage du préfet de police de Paris et du directeur de la sécurité publique dans la capitale, décidé après le saccage samedi des Champs-Elysées en marge d'une manifestation des "Gilets jaunes", est une mauvaise décision "car c'est le ministre de l'Intérieur (

  • AFP Video21.03.201914:47
    1

    Christophe Castaner exhorte le nouveau préfet de police de Paris à faire preuve d'une "impunité zéro". Le ministre de l'Intérieur s'exprime lors de la cérémonie d'installation de Didier Lallement qui succède à Michel Delpuech, limogé à la suite des violences et dégradations commises samedi sur les Champs-Elysées lors de l'acte 18 des "gilets jaunes"

  • Reuters21.03.201912:05
    1

    * Castaner installe le nouveau préfet de police de Paris * Il lui demande de "ne pas avoir la main qui tremble" * Sentinelle ne doit pas "participer au maintien de l'ordre" (Actualisé avec autres déclarations, précisions, contexte) PARIS, 21 mars (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur a exigé jeudi du nouveau préfet de police de Paris qu'il applique le principe de "l'impunité zéro" lors des prochaines manifestations de "Gilets jaunes", après les émeutes de samedi dernier qui ont coûté son poste à Michel Delpuech, le prédécesseur de Didier Lallement. "Je vous demande de faire en sorte que la doctrine de maintien de l'ordre soit effectivement et résolument mise en oeuvre sans hésitation ni demi-mesure", a déclaré Christophe Castaner lors de la cérémonie d'installation du nouveau préfet

  • Reuters21.03.201910:18
    20

    PARIS (Reuters) - A deux jours de l'acte 19 des "Gilets jaunes", le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a encore durci le ton jeudi en promettant "l'impunité zéro" aux casseurs et en appelant le nouveau préfet de police de Paris à ne "pas avoir la main qui tremble". "Didier Lallement, votre modèle est Georges Clémenceau, sa main n'a jamais tremblé quand il s'agissait de se battre pour la France, la vôtre ne devra pas trembler non plus devant les réformes que vous devrez mener", a dit le locataire de la place Beauvau lors d'une cérémonie d'intronisation du successeur de Michel Delpuech limogé après les "dysfonctionnements" constatés samedi dernier

  • Reuters21.03.201910:00

    PARIS, 21 mars (Reuters) - A deux jours de l'acte 19 des "Gilets jaunes", le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a encore durci le ton jeudi en promettant "l'impunité zéro" aux casseurs et en appelant le nouveau préfet de police de Paris à ne "pas avoir la main qui tremble". "Didier Lallement, votre modèle est Georges Clémenceau, sa main n'a jamais tremblé quand il s'agissait de se battre pour la France, la vôtre ne devra pas trembler non plus devant les réformes que vous devrez mener", a dit le locataire de la place Beauvau lors d'une cérémonie d'intronisation du successeur de Michel Delpuech limogé après les "dysfonctionnements" constatés samedi dernier

  • France 2420.03.201913:43
    1

    Après les violences sur les Champs-Élysées samedi, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé des mesures sécuritaires pour éviter un prochain samedi noir. Mais la réponse politique s'est soldée par le limogeage du préfet de police de Paris, Michel Delpuech

  • France 2419.03.201921:21

    Après les violences samedi en marge de la manifestation des Gilets jaunes à Paris, Édouard Philippe a annoncé une série de mesures. Le temps des explications est désormais venu

  • Le Parisien19.03.201921:20

    Christophe Castaner n'est pas venu seul, ce mardi, pour rendre compte, devant les députés d'abord, puis face aux sénateurs, de l'action du gouvernement lors des violences survenues samedi lors de l'Acte 18 des Gilets jaunes. Et heureusement pour le ministre de l'Intérieur, tant le feu de questions était nourri et précis, et dans certains cas, proche de l'attaque personnelle

  • Le Point19.03.201920:10

    Que s'est-il vraiment passé ce week-end à Paris lors de l'acte XVIII des Gilets jaunes? ? Alors que 80 enseignes ont été saccagées sur les Champs-Élysées, certains policiers montent au créneau pour dénoncer un manque d'instruction, d'autorisation pour intervenir face aux casseurs. En première ligne face à ces accusations, Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur

  • France 2419.03.201916:31

    Les ministres de l'Intérieur et de l'Économie, Christophe Castaner et Bruno Le Maire, étaient auditionnés mardi 19 mars au Sénat, après les violences qui ont éclaté lors de l'acte 18 des Gilets jaunes.

  • Reuters19.03.201916:04

    * Le ministre de l'Intérieur ciblé par l'opposition * Il dément s'être fait "engueuler" par Macron * Double audition au Sénat et à l'Assemblée (Actualisé avec autres citations et commentaires, contexte) PARIS, 19 mars (Reuters) - Cinq mois après son arrivée au ministère de l'Intérieur, Christophe Castaner sort fragilisé de l'explosion de violence de samedi à Paris, lors de la 18e journée d'action des "Gilets jaunes", qui ont valeur pour lui de dernier avertissement. Le limogeage du préfet de Paris et le durcissement de ton du Premier ministre, Edouard Philippe, qui a reconnu des dysfonctionnements dans la chaîne de commandement, n'ont pas empêché les oppositions de cibler le locataire de la place Beauvau après le fiasco sécuritaire de l'avenue des Champs-Elysées, devant les caméras du monde entier

  • Reuters19.03.201912:55
    4

    TOULOUSE (Reuters) - Sept ans après les attentats commis en 2012 par Mohamed Merah au nom du djihad, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a célébré mardi à Toulouse la mémoire de ses quatre victimes juives en dénonçant un regain de l'antisémitisme en France. Le 19 mars 2012 à l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse (rebaptisée depuis Ohr Torah), Mohamed Merah avait exécuté Jonathan Sandler, ses enfants, Arieh et Gabriel (5 et 4 ans) et Myriam Monsonego (7 ans), la fille du directeur de l'école

  • Reuters19.03.201912:39

    TOULOUSE, 19 mars (Reuters) - Sept ans après les attentats commis en 2012 par Mohamed Merah au nom du djihad, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a célébré mardi à Toulouse la mémoire de ses quatre victimes juives en dénonçant un regain de l'antisémitisme en France. Le 19 mars 2012 à l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse (rebaptisée depuis Ohr Torah), Mohamed Merah avait exécuté Jonathan Sandler, ses enfants, Arieh et Gabriel (5 et 4 ans) et Myriam Monsonego (7 ans), la fille du directeur de l'école

  • Le Parisien19.03.201912:25

    Ils sont attendus pour s'expliquer, 72 heures après les violences et les dégradations lors de l'acte 18 des Gilets jaunes. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et celui de l'Économie Bruno le Maire vont être auditionnés ce mardi après-midi au Sénat

  • Reuters19.03.201909:31
    3

    PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, fragilisé par les émeutes de samedi à Paris lors des manifestations de "Gilets jaunes", a démenti mardi des informations publiées par la presse selon lesquelles le chef de l'Etat lui aurait sévèrement "remonté les bretelles". "J'ai échangé avec Emmanuel Macron samedi toute la journée, je l'ai vu samedi soir, j'ai échangé avec lui à plusieurs reprises dimanche, je l'ai encore vu hier

  • Reuters19.03.201909:09

    PARIS, 19 mars (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, fragilisé par les émeutes de samedi à Paris lors des manifestations de "Gilets jaunes", a démenti mardi des informations publiées par la presse selon lesquelles le chef de l'Etat lui aurait sévèrement "remonté les bretelles". "J'ai échangé avec Emmanuel Macron samedi toute la journée, je l'ai vu samedi soir, j'ai échangé avec lui à plusieurs reprises dimanche, je l'ai encore vu hier

Les Risques en Bourse

Fermer