Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

SCPI : un taux de recouvrement des loyers de 78 % en moyenne
information fournie par Mingzi19/08/2020 à 09:30

Le taux de recouvrement des loyers des SCPI se veut rassurant ( Crédits : 123RF)

Le taux de recouvrement des loyers des SCPI se veut rassurant ( Crédits : 123RF)

L'Observatoire des SCPI de LINXEA a publié ses résultats pour le premier semestre 2020. Avec un taux de récupération des loyers de 78% en moyenne au second trimestre, les chiffres sont à ce stade plutôt rassurants, bien qu'ils cachent une réalité plus contrastée selon les secteurs d'activité.

La collecte

La collecte nette des SCPI avait atteint un record au premier trimestre 2020. Sans surprise, sous l'effet de la crise sanitaire du Covid, elle a fortement chuté au deuxième trimestre pour atteindre son niveau le plus bas depuis le début des années 2010. Toutefois, cette baisse résulte surtout d'une diminution des souscriptions (dues essentiellement à des reports d'investissement), les retraits étant restés à un niveau très peu élevé, preuve de la confiance des épargnants dans les SCPI.

Un début de reprise plutôt encourageant s'est fait sentir au mois de juin et devrait se poursuivre. « Cette baisse de la collecte du second trimestre n'est pas de nature à inquiéter les sociétés de gestion car celle-ci est compensée par la « surperformance » du 1er trimestre » explique Pierre Garin, Directeur du pôle immobilier de LINXEA.

Un taux de recouvrement des loyers de 78%

Au premier trimestre, les sociétés de gestion n'ont pas rencontré de problème de recouvrement des loyers car ceux-ci sont encaissés avec un trimestre d'avance. Mais la question restait en suspens pour le deuxième trimestre. À ce stade, les chiffres sont plutôt rassurants : le taux de récupération des loyers atteint une moyenne de 78% au second trimestre. Au 1er semestre 2020, sur les 61 SCPI étudiées par l'Observatoire, 28% (soit 7 SCPI) affichent une baisse de plus de 20% de leurs dividendes. Mais ces chiffres cachent une réalité plus contrastée selon les secteurs d'activité.

Le Bureau

Si le confinement a permis développer le télétravail, il en a aussi montré les limites. Il faudra probablement faire évoluer dans les années à venir les espaces de travail avec plus de services, de configurations différentes et de flexibilité. En attendant, l'immobilier de bureau est resté résilient avec un taux de recouvrement des loyers de plus de 80% (81,5%) et une baisse moyenne des dividendes sur ce 1er semestre de seulement 6,2%.

Le Commerce

L'immobilier de commerce a souffert de la crise sanitaire : le taux de recouvrement des loyers est de 65% en moyenne et les dividendes ont baissé en moyenne de 18%. Tous les secteurs n'ont pas été impactés de la même façon. La baisse de fréquentation a été plus importante pour les commerces de périphérie, les centres commerciaux et les retail parks que pour les commerces de proximité en centre-ville et plus précisément les commerces d'alimentation.

Les Diversifiées

Les SCPI diversifiées ont su amortir l'impact de la crise sanitaire grâce à la diversification de leur patrimoine immobilier. Ainsi, le taux d'encaissement des loyers a atteint 79% en moyenne et les dividendes n'ont chuté que de 8,4% en moyenne. La moitié des SCPI diversifiées affichent même un dividende en augmentation ou avec une baisse contenue à – 5%.

Les Spécialisées

L'impact de la crise sanitaire n'a pas été le même selon la spécialisation sectorielle des SCPI.

Les SCPI de santé et de logistique n'ont quasiment pas été affectées avec des taux d'encaissement des loyers proches de 100% et des rendements stables.

Le secteur hôtelier est le secteur le plus touché par la crise avec une baisse moyenne de 48,6% de ses dividendes. Peu de données ont été communiquées sur le recouvrement des loyers, ce qui laisse présager un faible taux de recouvrement.

Le Résidentiel

Ces SCPI ont été peu impactées, grâce notamment au mécanisme de chômage partiel qui a pu aider les locataires les plus vulnérables. On note cependant une baisse des dividendes de l'ordre de 10%.

Le rendement prévisionnel pour 2020 se maintient à 3,98 %

D'après l'analyse des données disponibles, l'Observatoire anticipe un taux de rendement prévisionnel moyen pour 2020 de 3,98%.

« Avant de conclure, il faut garder à l'esprit que nous ne sommes qu'à la moitié de l'année et que de nombreuses incertitudes persistent sur le plan sanitaire et économique. Les aides mises en place par l'Etat comme le chômage partiel, les PGE (Prêts aux entreprises garantis par l'Etat) que les entreprises ne commenceront à rembourser que l'an prochain ou encore les fonds de solidarité ont probablement permis d'atténuer l'impact à court terme de cette crise. Cependant, il y aura probablement des dommages collatéraux à plus long terme et d'après le FMI, la récession devrait atteindre -10,2% en France en 2020, ce qui doit nous inciter à la prudence » analyse Pierre Garin.

2 commentaires

  • 22 août14:04

    Le pain blanc est mangé. ..


Annonces immobilières