Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Baron Edouard-Jean Empain et ses avocats Maitres Jean-Yves Dupeux et Bernard Prévost,lors du procès de ses ravisseurs le 2 décembre 1982 à Paris

AFP Video23/01/2012 à 17:28

A bientôt 70 ans, l'ex-gangster Alain Caillol raconte dans un livre paru jeudi l'enlèvement du baron Empain en 1978, le "syndrome de Stockholm inversé" des ravisseurs, "l'acte manqué" qui l'a mené en prison et la poignée de main, 30 ans après, avec sa victime."Lumière" (Cherche Midi) défend l'innocence de certains des huit condamnés dans cette affaire et présente deux protagonistes jamais inquiétés, Idir et Mathieu (le seul survivant avec Caillol).Et surtout "je voulais dire à M. Empain le respect qu'on avait pour lui", raconte dans un entretien avec l'AFP Alain Caillol: "Ca me travaillait depuis longtemps. Je ne voulais pas mourir ou qu'il meure sans lui dire la vérité"."J'ai revu récemment M. Empain, ça s'est bien passé. Il m'a tutoyé d'entrée, moi je n'y arrivais pas. On a parlé de choses qui ne regardaient que nous deux. Il m'a serré la main", narre l'homme mince aux cheveux gris, visage émacié.Le 23 janvier 1978, Edouard-Jean Empain est enlevé à Paris. L'affaire fait grand bruit: son groupe, Empain-Schneider, pèse des milliards, 150.000 employés, 300 sociétés dont des fleurons comme Framatome (nucléaire), Creusot-Loire (métallurgie) ou Spie Batignolles (BTP).Sa captivité durera 63 jours. La rançon demandée est colossale, 80 millions de francs. Les ravisseurs envoient à sa famille l'auriculaire du baron pour prouver leur détermination. Les négociations s'arrêtent, reprennent, la remise de l'argent est reportée... Après plusieurs semaines, l'exécution du prisonnier est envisagée, soumise au vote, abandonnée.Petit à petit, les ravisseurs découvrent "un homme exceptionnel par son courage", admet le gangster: "il y a eu un syndrome de Stockholm inversé. Il nous a dominés moralement. Chacun a vu en lui le rêve de ce qu'il voulait être: beau, riche, puissant, intelligent..."La police patauge, envisageant l'enlèvement politique (les Brigades rouges sévissent alors en Italie), ou un lien avec la vie privée de l'aristocrate (dettes de jeu, infidélités...)."Ils l'ont détruit avec ça", se souvient Caillol, selon qui peu de monde s'est mobilisé pour sauver le captif: ni les politiques en raison d'"antipathies personnelles", ni le groupe industriel, ni même sa famille. A sa libération, le baron exprimera sa déception à l'égard de ses proches qui avaient déjà vendu sa voiture et réparti l'héritage.L'affaire se dénoue le 24 mars 1978. Là, Alain Caillol admet un "acte manqué": "Quelque part, je savais que de rançon, il n'y en aurait pas. Et je ne pouvais me décider à le tuer. Est-ce que je suis allé vers la mort, mon arrestation' Je ne sais pas, mais c'était quelque part où c'était interdit d'aller!" Lui qui a toujours évité tout contact physique avec la police, il se porte au-devant du porteur de rançon, sur une autoroute du sud parisien. Et la police lui tombe dessus dans un déluge de balles: il en prend deux dans le bras, son copain Daniel Duchâteau y laisse la vie.Le lendemain, il propose d'appeler ses complices pour leur demander de relâcher Empain, craignant son exécution. Les enquêteurs reconstituent le numéro d'après les impulsions électriques du cadran, tout le groupe tombe, mais il avait déjà libéré le baron.Le livre, un peu flou sur certaines responsabilités, se lit comme un bon polar: on y croise un Jacques Mesrine psychotique ("en sortant acheter un éclair au chocolat, il pouvait tuer deux flics! C'était lourd..."), ou encore Michel Ardouin, dit "le porte-avions" à cause de l'arsenal qu'il trimballait.Sorti de prison en 2009 - cinq ans pour "une histoire de coke, un petit trafic", qui s'ajoutaient aux 11 années pour l'affaire Empain - Alain Caillol se défend d'avoir cherché la rédemption dans l'écriture: "je ne suis pas du tout dans le trip chrétien. Tout ça c'est des mots".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.