Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

François Hollande en meeting au Mans, le 23 février 2012

AFP Video23/02/2012 à 23:06

François Hollande était aux champs, jeudi en Mayenne, première étape du candidat PS à la présidentielle qui veut renforcer son ancrage dans le monde rural avant le salon de l'Agriculture mardi, où il a prévu de passer au moins six heures.Sur twitter, le député de Corrèze a adressé le message "Je suis là dans une exploitation laitière en Mayenne, pour défendre une nouvelle politique agricole commune".De fait, il a visité, costume cravate et bottes aux pieds, une heure durant, le Groupement agricole d'exploitation en commun (GAEC) du Moussay, 4 associés, 125 hectares, 75 vaches laitières, une production de viande bovine labelisée et polycultures en complément.Alors que la PAC doit être renégociée, "les agriculteurs attendent cette négociation avec impatience et inquiétude", a souligné M. Hollande, lors d'une conférence de presse improvisée dans l'étable."La PAC n'a pas été assez défendue" sous le mandat de Nicolas Sarkozy, a fustigé le candidat de Corrèze, qui n'a pas manqué une occasion au cours de ce déplacement d'égratigner le président-candidat.François Hollande plaide pour l'introduction d'un critère lié à l'emploi dans l'attribution des aides de la PAC, actuellement conditionnée au seul nombre d'hectares. Par exemple, de petites exploitations maraîchères, qui emploient beaucoup de main d'oeuvre sur peu de surface, sont ainsi beaucoup moins aidées que de grosses exploitations céréalières, qui ont moins d'emplois à l'hectare.De la même manière qu'il faut "rééquilibrer" les aides entre les différents types d'exploitations, il faut également "rééquilibrer" les forces entre producteurs et distributeurs."Il faut que la distribution respecte davantage les producteurs", a insisté M. Hollande.Il soutient l'idée de "contrats de filières" qui permettraient de sécuriser les revenus des agriculteurs, en leur donnant plus de poids face à la puissante distribution."L'agriculture, c'est un triple enjeu: de production pour la France, de qualité pour le consommateur, de rémunération pour les exploitants", a estimé le candidat socialiste, pour qui il n'y a "pas de ruralité sans agriculteurs" et pas d'agriculteurs "sans services publics".Christian Douxamis, 59 ans, l'un des associés du GAEC, estime qu'il "faudrait juguler la finance". "Dans l'agriculture, comme ailleurs on est pris dans un étau", explique l'agriculteur. Il passe la main à son neveu, qui lui-même cherche un nouvel associé."Ici, c'est un contrat de génération qui a été fait ! Il y a la transmission d'un savoir-faire, d'un cheptel", a souligné M. Hollande, en référence à l'une de ses propositions phare.Adepte des bons mots, M. Hollande, dégustant en guise de goûter au milieu des bottes de paille, des chouquettes a lancé : "Il y a une campagne c'était mangez des pommes, là c'est mangez des chouquettes si vous voulez oublier le Fouquet's !", dans une double allusion à la campagne présidentielle de Chirac en 1995 et au restaurant des Champs-Elysées où Nicolas Sarkozy s'est rendu le soir de son élection en 2007.Lors de son meeting à midi à Laval, devant 2.000 personnes, M. Hollande avait ironisé sur la "soudaine repentance" de son rival de ce détour mondain avec nombre de patrons du CAC 40.Devant 2.000 autres personnes, au Mans cette fois, sur les terres sarthoises du Premier ministre François Fillon, il a de nouveau attaqué Nicolas Sarkozy: "le président des promesses non tenues ne peut pas être le candidats de nouveaux engagements".Le candidat, dans un discours d'une heure sans notes et combatif, a appelé les militants à la mobilisation. "Il nous reste 58 jours pour convaincre --vu que la nuit est tombée -- , j'ai besoin de vous !", a lancé François Hollande, avant de clore le meeting sur une Marseillaise reprise en choeur par la foule, debout.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.