Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des ouvriers secouent un olivier popur en récolter les fruits, le 6 mars 2012 à Iznajar dans le sud de l'Espagne

AFP Video22/03/2012 à 16:42

Armé de pinces, le petit tracteur saisit le tronc de l'olivier et le secoue pour décrocher les fruits, qui seront pressés dans quelques heures: en Andalousie, la production d'huile d'olive est reine, mais la concurrence croissante du Maroc inquiète.En ligne de mire des agriculteurs espagnols, l'accord signé en février, visant à libéraliser davantage les échanges commerciaux agricoles entre l'Union européenne et le pays du Maghreb."Cet accord avec le Maroc, c'est un pas de plus vers la ruine des producteurs espagnols d'huile d'olive", se lamente Lope Ruiz Lopez, qui vient de ramasser, sous un soleil éclatant, les olives tombées dans le filet posé au sol, pour les verser dans une remorque.Car "nous passons d'un quota de 52.000 tonnes (d'huile) que pouvait exporter le Maroc pour toute la communauté européenne à la possibilité pour eux d'exporter toute leur production", souligne ce gérant d'une exploitation de 40 hectares à Iznajar, village cerné de collines d'oliviers entre Cordoue et Grenade.Dans l'immédiat, l'Espagne n'a rien à craindre: elle est championne du monde du secteur, fournissant 50% de l'huile mondiale, et la production devrait grimper cette année à un nouveau record historique, 1,6 million de tonnes.Côté marocain, ce sont seulement 130.000 à 140.000 tonnes qui sont fabriquées chaque année.Mais "à moyen et long terme, cela met en danger la production espagnole", affirme Miguel Cobos Garcia, secrétaire général de l'Union des petits agriculteurs (UPA) à Cordoue: "ils vont planter 700.000 hectares d'oliviers, c'est le double de ce qu'il y a autour de Cordoue!"L'huile qui proviendra, dans quelques années, de cette nouvelle plantation "sera en concurrence directe avec la production andalouse", car "le Maroc a un climat très semblable à celui de l'Andalousie, il est juste de l'autre côté de la Méditerranée", rappelle-t-il, et "il vise le même marché, européen".Surtout, les conditions y sont très différentes."Au Maroc, le salaire d'un employé est de 6 à 8 euros la journée, pour 8 à 9 heures de travail. En Espagne en revanche, le salaire s'élève à 45 euros, plus 14 ou 15 euros pour la sécurité sociale, soit un coût de 60 euros par jour, pour 6 heures de travail".La concurrence marocaine, de surcroît, s'invite dans un secteur qui se plaint déjà de prix en chute, sous la pression notamment de la grande distribution."Dans les meilleures années, il y a 4-5 ans, il était au-dessus des 3 euros par litre", se souvient Miguel Cobos Garcia. "Aujourd'hui nous en sommes à 1,80 euro"."Le prix auquel on nous achète notre produit, un produit d'une telle qualité qu'est l'huile d'olive extra vierge, couvre à peine les dépenses de production", raconte Lope Ruiz Lopez, dont l'exploitation compte quelque 3.000 arbres, certains de plus de 200 ans.L'Andalousie fabrique 80% de l'huile d'olive du pays et, pour elle, cette activité est cruciale, faisant vivre 200.000 producteurs et 300 villages.La région, bastion socialiste qui devrait donner la victoire aux conservateurs lors de l'élection de son Parlement dimanche, est celle qui souffre le plus du chômage en Espagne, avec un taux de 31,23%."Ici tout le monde vit directement ou indirectement de l'huile", note Lope Ruiz Lopez, donc "si les problèmes qu'a actuellement le secteur ne se résolvent pas à court terme, pour Iznajar et les autres villages alentour, la survie va être très compliquée dans les prochaines années"."Si la culture de l'huile d'olive disparaît, les habitants de ces villages devront émigrer vers une grande ville ou un village plus grand", renchérit Miguel Cobos Garcia, pour qui la solution est de moderniser encore les méthodes de travail, afin de produire plus et de "se battre sur le terrain de la qualité".


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.