Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La diplomate rock star Hillary Clinton s'en va avec un oeil sur la Maison Blanche

AFP Video01/02/2013 à 14:14

La secrétaire d'Etat "rock star" Hillary Clinton quitte ce vendredi le pouvoir avec la conviction d'avoir redoré le blason de l'Amérique et remodelé sa politique étrangère, autant d'atouts pour une course à la Maison Blanche en 2016 sur laquelle cette bête politique reste évasive.

La chef de la diplomatie américaine sort de la scène au sommet de sa popularité après avoir défendu pendant quatre ans, partout dans le monde et avec une indéfectible loyauté, une diplomatie orchestrée par le président Barack Obama et ses conseillers.

Mais si des experts et diplomates lui reconnaissent un professionnalisme, une énergie et un charisme "exceptionnels" pour avoir porté les valeurs et les intérêts de la première puissance mondiale, ils ont plus de mal à lui attribuer des succès personnels majeurs ou des échecs retentissants.

A l'heure de vanter son bilan, cette brillante avocate qui fut Première dame, sénatrice et candidate aux primaires démocrates pour la présidentielle de 2008, s'est offert un concert de louanges pour sa dernière semaine: réceptions d'adieux, ovations de son personnel, conférences, entretiens à la presse et même interview commune avec M. Obama qui l'a désignée "parmi les meilleurs secrétaires d'Etat" de l'histoire des Etats-Unis.

Alors Mme Clinton a confié jeudi avoir "le coeur lourd" en laissant une administration de 70.000 personnes qui font tourner le premier réseau diplomatique de la planète, avec 275 postes.

Elle s'est dite "extrêmement fière" d'avoir été le porte-voix de la "nation indispensable", d'une "Amérique aujourd'hui plus forte chez elle et mieux respectée dans le monde" grâce à une "manière différente de faire de la diplomatie".

Elle a rappelé l'héritage du président George W. Bush lorsque M. Obama lui confie le département d'Etat en janvier 2009: "Deux guerres, une économie en chute libre, des alliances effilochées, une stature diplomatique abîmée et beaucoup d'interrogations dans le monde sur les valeurs de l'Amérique".

Quatre ans plus tard, elle se targue d'avoir "revitalisé la diplomatie américaine et consolidé ses alliances" et d'avoir apporté sa pierre aux retraits d'Irak et bientôt d'Afghanistan, à l'élimination de Ben Laden, à l'intervention en Libye, au soutien au Printemps arabe, à l'isolement de la Corée du Nord et de l'Iran, au rééquilibrage vers l'Asie ou au resserrement des liens avec l'Europe, l'Amérique latine et l'Afrique.

"En 2009, tout était à reconstruire, l'Amérique sortait d'une décennie +horribilis+ (...) Elle a restauré l'image des Etats-Unis dans le monde, c'est incontestable", juge un diplomate occidental.

L'ancien ambassadeur américain en Israël Martin Indyk admire aussi "la force de la politicienne Clinton, qui a réhabilité les relations extérieures de l'Amérique avec les dirigeants, comme avec les peuples".

Avec un record de 112 pays visités, adulée au Kosovo, au Cambodge, en Inde ou au Malawi, cette adepte de la "diplomatie d'influence (...) est une rock star dans sa façon de vouloir s'afficher partout, apportant énormément à un président qui n'a ni le temps, ni le goût pour le faire comme elle", analyse M. Indyk, expert à la Brookings Institution.

Inlassable avocate des droits des femmes et des homosexuels, du développement, de la santé ou des libertés sur internet, Mme Clinton part pourtant sans avoir accroché son nom à un grand dossier diplomatique. Aux yeux du professeur Aaron David Miller, du Wilson Center, c'est parce que M. Obama lui a laissé très peu d'espace et que "jamais depuis Richard Nixon un président n'a autant contrôlé la politique étrangère".

Hillary Clinton s'en va toutefois beaucoup plus populaire que son président, avec 69% d'opinions favorables, persuadant un peu plus le tout-Washington de sa candidature pour la présidentielle de 2016.

Cette semaine, elle a réussi à éluder toutes les questions sur son avenir politique, assurant ne penser, pour l'heure, qu'à "rattraper ses 20 ans de sommeil perdus".

"Si elle décide d'y aller, elle est imbattable aux primaires démocrates", pense le diplomate, qui voit cependant "deux freins" à sa course: "la tâche politique de l'affaire Benghazi et sa santé".

A 65 ans, Mme Clinton a reconnu être "épuisée" et a passé le Nouvel An à l'hôpital pour un caillot de sang dans la crâne après une commotion cérébrale.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.