Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Banque Centrale Européenne (BCE)  - page 84

La Banque Centrale Européenne (BCE) a été créée en 1998 et son siège est basé à Francfort -sur-le-Main en Allemagne. C'est la principale institution monétaire de l'Union Européenne. Elle a pour rôle de gérer la monnaie unique, assurer la stabilité des prix et applique la politique économique et monétaire de l'Union Européenne. Elle dispose des mêmes prérogatives qu'une banque centrale classique mais son champs d'intervention concerne les pays intégrés dans la zone Euro. La BCE fixe les taux d'intérêts auxquels elle prête aux banques commerciales de la zone Euro. Elle veille également à la sécurité et la solidité du système bancaire européen. La BCE travaille en collaboration avec les banques centrales nationales des pays de l'Union Européenne et supervise leur collaboration au sein de l'eurosystème.

  • information fournie par Reuters20.06.201912:09

    PARIS, 20 juin (Reuters) - Les virages pris par les politiques monétaires de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Réserve fédérale, qui vont réinjecter des liquidités dans le système financier, permettent d'accroître l'exposition aux actifs émergents, compensant en partie les risques liés aux tensions commerciales, estime Carmignac. "Il y a un an, on parlait de la fin du QE de la BCE, de hausses de 25 points de base de la Fed et du 'quantitative tightening', et jusqu'à très récemment on parlait de hausse des taux de la BCE pour 2020 et 2021", a rappelé jeudi Joseph Mouawad, gérant spécialiste de la dette émergente

  • information fournie par Reuters20.06.201907:00

    (Répétition sans changement d'une dépêche diffusée mercredi) par Dhara Ranasinghe LONDRES, 20 juin (Reuters) - L'annonce inattendue et spectaculaire par le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qu'elle était prête si nécessaire à une nouvelle phase d'assouplissement monétaire a mis un coup d'arrêt à la détérioration des anticipations d'inflation à long terme mais Mario Draghi a encore fort à faire pour convaincre les investisseurs que la zone euro peut échapper à une japonisation de son économie. La BCE est prête à utiliser toute la flexibilité permise par son mandat si l'inflation ne converge pas vers son objectif, a déclaré mardi Mario Draghi, déclenchant la plus forte baisse quotidienne des rendements longs au sein de la zone euro depuis un an, les investisseurs estimant qu'une baisse du taux de dépôt - pourtant déjà négatif de 40 points de base - voire une reprise des achats massifs d'actifs étaient de nouveau à l'ordre du jour

  • information fournie par Reuters20.06.201907:00

    (Répétition sans changement d'une dépêche diffusée mercredi) * Une nouvelle série de mesures serait difficile à inverser * Les annonces de Draghi ont agacé à Berlin * Son poste fait partie des mandats clés à répartir dans l'UE par Balazs Koranyi et Francesco Canepa SINTRA, Portugal, 20 juin (Reuters) - Mario Draghi attaque les dernières semaines de son mandat à la tête de la Banque centrale européenne mais son influence sur la politique de la BCE risque de perdurer longtemps après sa petite phrase de mardi préparant le terrain à de nouvelles mesures de soutien monétaire dans la zone euro. Toute nouvelle mesure d'assouplissement, quelle qu'elle soit, engagera la BCE pour au moins l'année qui suit, rendant difficile un changement de cap pour le futur président de l'institution si tel est son souhait

  • information fournie par Reuters19.06.201921:00

    par Dhara Ranasinghe LONDRES (Reuters) - L'annonce inattendue et spectaculaire par le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qu'elle était prête si nécessaire à une nouvelle phase d'assouplissement monétaire a mis un coup d'arrêt à la détérioration des anticipations d'inflation à long terme mais Mario Draghi a encore fort à faire pour convaincre les investisseurs que la zone euro peut échapper à une japonisation de son économie. La BCE est prête à utiliser toute la flexibilité permise par son mandat si l'inflation ne converge pas vers son objectif, a déclaré mardi Mario Draghi, déclenchant la plus forte baisse quotidienne des rendements longs au sein de la zone euro depuis un an, les investisseurs estimant qu'une baisse du taux de dépôt - pourtant déjà négatif de 40 points de base - voire une reprise des achats massifs d'actifs étaient de nouveau à l'ordre du jour

  • information fournie par Reuters19.06.201920:32

    par Balazs Koranyi et Francesco Canepa SINTRA, Portugal (Reuters) - Mario Draghi attaque les dernières semaines de son mandat à la tête de la Banque centrale européenne mais son influence sur la politique de la BCE risque de perdurer longtemps après sa petite phrase de mardi préparant le terrain à de nouvelles mesures de soutien monétaire dans la zone euro. Toute nouvelle mesure d'assouplissement, quelle qu'elle soit, engagera la BCE pour au moins l'année qui suit, rendant difficile un changement de cap pour le futur président de l'institution si tel est son souhait

  • information fournie par Reuters19.06.201918:31

    * Une nouvelle série de mesures serait difficile à inverser * Les annonces de Draghi ont agacé à Berlin * Son poste fait partie des mandats clés à répartir dans l'UE par Balazs Koranyi et Francesco Canepa SINTRA, Portugal, 19 juin (Reuters) - Mario Draghi attaque les dernières semaines de son mandat à la tête de la Banque centrale européenne mais son influence sur la politique de la BCE risque de perdurer longtemps après sa petite phrase de mardi préparant le terrain à de nouvelles mesures de soutien monétaire dans la zone euro. Toute nouvelle mesure d'assouplissement, quelle qu'elle soit, engagera la BCE pour au moins l'année qui suit, rendant difficile un changement de cap pour le futur président de l'institution si tel est son souhait

  • information fournie par Reuters19.06.201918:23

    par Dhara Ranasinghe LONDRES, 19 juin (Reuters) - L'annonce inattendue et spectaculaire par le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, qu'elle était prête si nécessaire à une nouvelle phase d'assouplissement monétaire a mis un coup d'arrêt à la détérioration des anticipations d'inflation à long terme mais Mario Draghi a encore fort à faire pour convaincre les investisseurs que la zone euro peut échapper à une japonisation de son économie. La BCE est prête à utiliser toute la flexibilité permise par son mandat si l'inflation ne converge pas vers son objectif, a déclaré mardi Mario Draghi, déclenchant la plus forte baisse quotidienne des rendements longs au sein de la zone euro depuis un an, les investisseurs estimant qu'une baisse du taux de dépôt - pourtant déjà négatif de 40 points de base - voire une reprise des achats massifs d'actifs étaient de nouveau à l'ordre du jour

  • information fournie par Reuters19.06.201916:15
    3

    BERLIN (Reuters) - Jens Weidmann, le président de la Bundesbank pressenti pour briguer la succession de Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne, a semblé mercredi avoir remisé son opposition au programme d'achats d'obligations d'Etat annoncé par la BCE pendant la crise de la dette dans la zone euro. Au sein du Conseil des gouverneurs, le jeune banquier central allemand avait été le seul à s'opposer au programme dit d'Opérations monétaires sur titres (OMT), dans lequel il voyait un financement déguisé des Etats par la BCE

  • information fournie par Reuters19.06.201915:17

    BERLIN, 19 juin (Reuters) - Jens Weidmann, le président de la Bundesbank pressenti pour briguer la succession de Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne, a semblé mercredi avoir remisé son opposition au programme d'achats d'obligations d'Etat annoncé par la BCE pendant la crise de la dette dans la zone euro. Au sein du Conseil des gouverneurs, le jeune banquier central allemand avait été le seul à s'opposer au programme dit d'Opérations monétaires sur titres (OMT), dans lequel il voyait un financement déguisé des Etats par la BCE

  • information fournie par Reuters19.06.201912:37

    BERLIN, 19 juin (Reuters) - Les risques sont orientés à la baisse et s'ils commencent à se concrétiser, la Banque centrale européenne (BCE) agira, a déclaré Luis de Guindos, le vice-président de la BCE, tout en précisant que la banque centrale pourrait opter pour une combinaison de mesures dans le but de relancer l'inflation. Le président de la BCE, Mario Draghi, a déclaré mardi que la banque centrale était prête à utiliser toute la flexibilité permise par son mandat si l'inflation ne convergeait pas vers son objectif

  • information fournie par Reuters19.06.201906:00

    * Baisse de taux, changement de discours, reprise du QE évoqués * Les responsables de la BCE divisés sur la prochaine étape * Le discours de Draghi en a surpris certains (Actualisé avec précisions et contexte) par Francesco Canepa et Balazs Koranyi SINTRA, Portugal, 19 juin (Reuters) - Les dirigeants de la Banque centrale européenne (BCE) se sont montrés divisés mardi après le discours du président de l'institution, Mario Draghi, suggérant de nouvelles mesures de soutien qui n'ont pas encore été débattues par le Conseil des gouverneurs. Lors d'une conférence organisée par la BCE à Sintra, au Portugal, Mario Draghi a déclaré que la banque centrale assouplirait de nouveau sa politique si l'inflation ne remontait pas, en précisant que l'hypothèse de nouveaux achats d'obligations, celle d'une baisse de taux et celle d'une modification du discours sur l'orientation future de la politique monétaire avaient toutes été "soulevées et débattues" lors de la réunion du Conseil des gouverneurs au début du mois

  • information fournie par Reuters18.06.201923:16

    par Francesco Canepa et Balazs Koranyi SINTRA, Portugal (Reuters) - Les dirigeants de la Banque centrale européenne (BCE) se sont montrés divisés mardi après le discours du président de l'institution, Mario Draghi, suggérant de nouvelles mesures de soutien qui n'ont pas encore été débattues par le Conseil des gouverneurs. Lors d'une conférence organisée par la BCE à Sintra, au Portugal, Mario Draghi a déclaré que la banque centrale assouplirait de nouveau sa politique si l'inflation ne remontait pas, en précisant que l'hypothèse de nouveaux achats d'obligations, celle d'une baisse de taux et celle d'une modification du discours sur l'orientation future de la politique monétaire avaient toutes été "soulevées et débattues" lors de la réunion du Conseil des gouverneurs au début du mois

  • information fournie par Reuters18.06.201923:12
    1

    * Baisse de taux, changement de discours, reprise du QE évoqués * Les responsables de la BCE divisés sur la prochaine étape * Le discours de Draghi en a surpris certains (Actualisé avec précisions et contexte) par Francesco Canepa et Balazs Koranyi SINTRA, Portugal, 18 juin (Reuters) - Les dirigeants de la Banque centrale européenne (BCE) se sont montrés divisés mardi après le discours du président de l'institution, Mario Draghi, suggérant de nouvelles mesures de soutien qui n'ont pas encore été débattues par le Conseil des gouverneurs. Lors d'une conférence organisée par la BCE à Sintra, au Portugal, Mario Draghi a déclaré que la banque centrale assouplirait de nouveau sa politique si l'inflation ne remontait pas, en précisant que l'hypothèse de nouveaux achats d'obligations, celle d'une baisse de taux et celle d'une modification du discours sur l'orientation future de la politique monétaire avaient toutes été "soulevées et débattues" lors de la réunion du Conseil des gouverneurs au début du mois

  • information fournie par Reuters18.06.201922:38

    SINTRA, Portugal, 18 juin (Reuters) - Les dirigeants de la Banque centrale européenne (BCE) se sont montrés divisés mardi après le discours du président de l'institution, Mario Draghi, suggérant de nouvelles mesures de soutien qui n'ont pas encore été débattues par le Conseil des gouverneurs. Lors d'une conférence organisée par la BCE à Sintra, au Portugal, Mario Draghi a déclaré que la banque centrale assouplirait de nouveau sa politique si l'inflation ne remontait pas, en précisant que l'hypothèse de nouveaux achats d'obligations, celle d'une baisse de taux et celle d'une modification du discours sur l'orientation future de la politique monétaire avaient toutes été "soulevées et débattues" lors de la réunion du Conseil des gouverneurs au début du mois

  • information fournie par Reuters18.06.201917:26
    1

    SINTRA, Portugal, 18 juin (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) n'a pas d'objectif en termes de taux de change a réaffirmé mardi après-midi le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, après que le président américain Donald Trump s'en fut pris un peu auparavant à ses annonces du matin sur un possible nouvel assouplissement monétaire. Donald Trump avait auparavant critiqué ses déclarations faites plus tôt selon lesquelles la BCE est prête à utiliser toute la flexibilité permise par son mandat si l'inflation ne converge pas vers son objectif

  • information fournie par Reuters18.06.201915:10

    (Actualisé avec tweet de Donald Trump) * La BCE utlisera toute la flexibilité possible - Draghi * La BCE n'acceptera pas une inflation durablement basse * Baisses de taux, relance du QE possibles * Le plafond de détention des dettes souveraines peut évoluer * L'affaiblissement de l'euro est injuste, pénalise les USA-Trump (.) par Francesco Canepa et Balazs Koranyi SINTRA, Portugal, 18 juin (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) est prête à utiliser toute la flexibilité permise par son mandat si l'inflation ne converge pas vers son objectif, a déclaré mardi le président de la BCE Mario Draghi, renforçant les anticipations de nouvelles mesures de soutien monétaire dans la zone euro dans les prochaines semaines

  • information fournie par Reuters18.06.201913:25
    2

    par Francesco Canepa et Balazs Koranyi SINTRA, Portugal (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) est prête à utiliser toute la flexibilité permise par son mandat si l'inflation ne converge pas vers son objectif, a déclaré mardi le président de la BCE Mario Draghi, renforçant les anticipations de nouvelles mesures de soutien monétaire dans la zone euro dans les prochaines semaines. Mario Draghi, qui intervenait dans le cadre du forum annuel de la BCE à Sintra au Portugal, a recouru à une formulation qui n'est pas sans rappeler celle qu'il avait utilisée en juillet 2012, au plus fort de la crise de l'euro, promettant alors de "faire tout ce qu'il faudra ('whatever it takes') pour préserver la monnaie unique

  • information fournie par Reuters18.06.201910:26

    SINTRA, Portugal, 18 juin (Reuters) - La Banque centrale européenne (BCE) devra assouplir encore sa politique, peut-être en réduisant encore ses taux ou en rachetant des actifs, si l'inflation ne converge pas vers son objectif proche de 2%, a déclaré mardi le président de l'institution, Mario Draghi. "En l'absence d'amélioration, de telle sorte que la convergence durable de l'inflation vers notre objectif se trouverait menacée, un soutien additionnel sera requis", a-t-il dit lors du forum annuel de la BCE à Sintra, au Portugal

  • information fournie par Reuters17.06.201911:59

    (Répétition mastic titre) BERLIN, 17 juin (Reuters) - Benoit Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré que si cette dernière décidait que baisser les taux était le meilleur choix elle devait avoir à l'esprit les effets de taux négatifs sur les banques et se demander s'il y avait lieu de moduler ces derniers. Un taux modulable permettrait en principe aux banques de s'épargner une partie de la charge liée à un taux de dépôt négatif de -0,40%, impliquant qu'elles payent la BCE pour le placement de leurs réserves excédentaires

  • information fournie par Reuters16.06.201920:22

    FRANCFORT/BERLIN, 16 juin (Reuters) - Les attentes à plus long terme en matière d'inflation dans la zone euro devront être déconnectées de la réalité pour que la Banque centrale européenne (BCE) stimule davantage l'économie, a déclaré Luis de Guindos, le vice-président de la BCE. Alors que la croissance ralentit et que l'inflation reste bien en deçà de l'objectif de la BCE, celle-ci a récemment évoqué la perspective de mesures de relance encore plus poussées, arguant qu'une réduction des taux ou encore davantage d'achats d'actifs pourraient s'avérer nécessaires