1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Élection présidentielle américaine- USA 2020

Les prochaines élections présidentielles américaines auront lieu en novembre 2020. C'est l'occasion pour l'actuel président Donald Trump de briguer un second mandat. L'élection a lieu tous les quatre ans. Le paysage politique américain étant essentiellement bipartite et polarisé entre le parti républicain et le parti démocrate, les élections présidentielles sont précédées de primaires au sein de chaque parti afin de présenter un candidat. Pour être éligible, il faut être citoyen américain de plus de 35 ans et résider aux USA pendant au moins 14 ans. Le président américain est élu selon un mode de scrutin de suffrage universel indirect. Les citoyens votent pour des grands électeurs qui vont élire le président. C'est donc le candidat qui remporte la majorité auprès des grands électeurs qui devient président des Etats-Unis. Ce dernier ne peut pas cumuler plus de deux mandats successifs.

  • AFP31.01.202008:46
    1

    L'Amérique est à cran: des emplois connus pour être stables sont devenus précaires, l'unité des médias a volé en éclats et des populations anciennement soudées sont transformées par la diversité ethnique. Au terme d'un voyage de près de 3

  • AFP31.01.202008:36

    Avec ses curieux "caucus", l'Iowa ouvrira lundi le bal des votes de la primaire démocrate. Voici, en cinq questions, ce qu'il faut savoir sur la course encore très ouverte pour désigner celui ou celle qui affrontera le républicain Donald Trump lors de la présidentielle américaine en novembre

  • Reuters31.01.202007:08

    WASHINGTON, 31 janvier (Reuters) - L'accusation démocrate semblait jeudi soir avoir échoué à obtenir les soutiens nécessaires dans les rangs républicains pour pouvoir appeler des témoins au procès en destitution de Donald Trump au Sénat, ouvrant la voie à un acquittement sous peu du président républicain des Etats-Unis. Majoritaires à la Chambre des représentants où ils ont voté en décembre la mise en accusation de Donald Trump, pour abus de pouvoir et entrave au Congrès, les démocrates doivent convaincre au moins quatre sénateurs républicains pour pouvoir appeler des témoins au procès

  • AFP30.01.202019:16
    3

    Il existe, dans le pays le plus prospère de la planète, des gens ni riches ni pauvres qui se retrouvent sur des parkings pour s'échanger de l'insuline, un vieux médicament aussi vital pour eux que l'oxygène mais hors de prix en pharmacie. Un matin glacial de janvier dans la banlieue de Minneapolis, Abigail Hansmeyer laisse son moteur allumé quand elle sort de sa voiture, entre un café et une grande surface, pour tendre à une dame un sac en papier contenant sept stylos injecteurs et un flacon d'insuline

  • AFP30.01.202009:00

    Sous la neige, dans le froid, des milliers de militants venus de tous les Etats-Unis sillonnent l'Iowa pour frapper aux portes des habitants et faire connaître leurs candidats, témoins de l'importance cruciale dans la primaire démocrate de ce petit Etat qui votera le premier, lundi. Portant un t-shirt jaune vif au nom du plus jeune candidat à la Maison Blanche, Pete Buttigieg, George Biagi vient d'arriver, avec de l'énergie à revendre, à l'aéroport de Des Moines, capitale de l'Iowa, depuis les contrées plus ensoleillées de la Californie

  • AFP30.01.202008:34

    L'Iowa votera lundi, donnant le coup d'envoi des primaires démocrates qui voient s'affronter une multitude de candidats. Après des abandons en cascade, douze sont encore en lice pour tenter de décrocher l'investiture de leur parti et défier le républicain Donald Trump lors de la présidentielle américaine en novembre

  • Reuters30.01.202005:06

    par Richard Cowan et Jeff Mason WASHINGTON, 30 janvier (Reuters) - Les efforts de l'accusation démocrate pour pousser les républicains à accepter l'audition de témoins lors du procès en destitution au Sénat de Donald Trump semblaient fléchir mercredi, accentuant l'hypothèse que le président républicain des Etats-Unis puisse être acquitté dès vendredi. Alors que les sénateurs pouvaient interroger mercredi l'équipe de défense de Donald Trump et l'équipe de "procureurs démocrates", l'un des avocats de Trump, Alan Dershowitz, a livré une vision élargie du pouvoir présidentiel qui a provoqué l'étonnement parmi les démocrates

  • AFP29.01.202020:12
    1

    La famille Maccoux a la joie contagieuse quand elle reçoit dans sa belle demeure d'une banlieue de Minneapolis, comme si la benjamine Olivia n'avait pas eu plus de 140 opérations du cerveau en 24 ans. La mère, Cathy, sourit d'attendrissement en faisant défiler sur son téléphone des photos d'Olivia sur des lits d'hôpitaux à divers âges, bébé, enfant, adolescente

  • Reuters29.01.202020:00

    (Précisions) WASHINGTON, 29 janvier (Reuters) - Donald Trump s'est déchaîné mercredi sur Twitter contre son ancien conseiller national à la sécurité, John Bolton, que les démocrates veulent faire témoigner au procès en destitution du président des Etats-Unis en cours devant le Sénat. Le président républicain assure que son ex-conseiller, en fonction entre avril 2018 et septembre 2019, l'a "supplié" de lui trouver un poste dans son administration ne nécessitant pas le feu vert du Sénat

  • AFP Video29.01.202019:31
    1

    Dans la banlieue de Minneapolis, la famille Maccoux a la joie contagieuse, comme si leur benjamine Olivia, souffrant d'hydrocéphalie, n'avait pas eu plus de 140 opérations du cerveau en 24 ans. Leurs dépenses de santé familiales s'élèvent pourtant à 15

  • Reuters29.01.202017:35

    WASHINGTON, 29 janvier (Reuters) - Donald Trump s'est déchaîné mercredi sur Twitter contre son ancien conseiller national à la sécurité, John Bolton, que les démocrates veulent faire témoigner au procès en destitution du président des Etats-Unis en cours devant le Sénat. Le président républicain assure que son ex-conseiller, en fonction entre avril 2018 et septembre 2019, l'a "supplié" de lui trouver un poste dans son administration ne nécessitant pas le feu vert du Sénat

  • AFP29.01.202008:39

    Moins d'1% des Américains vivent dans l'Iowa, Etat rural au système complexe de scrutin, les "caucus". Il joue pourtant un rôle majeur dans la présidentielle américaine, étant le premier Etat à voter lors des primaires démocrates

  • Reuters28.01.202022:56

    WASHINGTON 28 janvier (Reuters) - Les avocats de Donald Trump ont bouclé mardi leurs plaidoiries au procès en destitution du président des Etats-Unis en réclamant son acquittement et en s'employant à minimiser les accusations embarrassantes de l'ancien conseiller à la sécurité nationale John Bolton. "L'élection n'est que dans quelques mois

  • Reuters28.01.202010:30

    PARIS, 28 janvier (Reuters) - Récapitulatif des vues de marchés des sociétés de gestion et banques d'investissement pour 2020: * Schroders voit des opportunités sur les cycliques en Europe * UBS voit les actifs émergents refaire surface * Carmignac voit l'économie rebondir et le dollar faiblir * Le "high yield" européen devrait briller moins fort-Muzinich * ENTRETIEN-La stratégie de dividende finira par payer-M&G * Le commerce et le Brexit continueront de peser-BFT IM * Pas de catastrophe en vue mais beaucoup d'incertitudes-Amundi * Attention aux risques inconsidérés sur le crédit-Amundi * Les banques centrales font barrage contre la récession-Syz AM * Timide reprise en vue pour les émergents, selon Lombard Odier * La croissance mondiale devrait s'accélérer-Aviva Investors * Après une année mémorable, les marchés face à un avenir incertain * Les marchés tournent le dos à une grande année-Unigestion * Les obligations convertibles dans l'air du temps-UBP * Les banques centrales soutiendront les actifs risqués-BFT IM * Pas de rebond de la croissance en vue, selon Ostrum AM * Une crise financière dans les cinq ans à venir-enquête * Vers une fin de cycle aux USA au S2 2021-Groupama AM * Le modèle chinois s'impose pour éviter la récession-Pictet * Neuflize OBC plus prudente que d'autres sur les actions * Le pic d'incertitude économique est passé, selon BNP Paribas * ENTRETIEN-Attention aux risques cachés en 2020, prévient Saxo Bank * Les marchés financiers dansent sur un volcan-YCAP AM * Les tensions USA-Chine irréversibles, selon Candriam * Scénario "Boucles d'or" fragile en vue, selon BNPP AM * Le risque politique se déplace vers les Etats-Unis-Lyxor * L'économie américaine n'est pas en fin de cycle, selon Invesco * JPMorgan croit plus à la consommation qu'au soutien budgétaire * Les actions devraient résister, selon Credit Suisse * ENQUÊTE-Records en vue pour les actions européennes en 2020 * Priorité aux actions en période de transition, préconise l'UBP * Année "risk on/risk off" en vue, selon Allianz GI * Les marchés s'habituent à la guerre commerciale, selon Saxo Bank * 2020, année à choix multiples, selon UBS * Lombard Odier table sur une reprise lente et de la volatilité * ENTRETIEN-Pas de récession en vue sans choc externe, selon l'UBP * Le risque de récession aux USA en hausse, selon Robeco (Service Marchés)

  • Reuters27.01.202023:45

    WASHINGTON, 27 janvier (Reuters) - La Cour suprême des Etats-Unis a donné lundi son feu vert à une mesure emblématique du durcissement de la politique migratoire des Etats-Unis. Elle autorise l'administration de Donald Trump à refuser d'octroyer un permis de séjour ("green card", ou carte verte) à un immigré dont elle considère qu'il pourrait représenter à l'avenir une "charge" pour les autorités fédérales, en bénéficiant d'aides gouvernementales

  • Reuters26.01.202006:20

    WASHINGTON, 26 janvier (Reuters) - Au cours d'un dîner organisé au Trump Hotel, on peut entendre le président américain Donald Trump donner l'ordre de se "débarrasser" de l'ambassadrice des Etats-Unis en Ukraine, Marie Yovanovitch, selon une vidéo datée d'avril 2018 qui a fait surface samedi. La vidéo, que Reuters s'est procurée auprès de l'avocat d'un ancien associé de Rudy Giuliani, débute avec Donald Trump prenant la pose pour des photos

  • Reuters25.01.202018:04

    WASHINGTON, 25 janvier (Reuters) - L'équipe de juristes chargés de défendre Donald Trump a commencé ce samedi à présenter ses arguments dans son procès en destitution. Les avocats du président américain vont s'employer plusieurs jours durant à démontrer qu'il n'a pas commis d'abus de pouvoir et qu'il ne constitue pas une menace pour la démocratie, contrairement à ce qu'ont conclu ses accusateurs démocrates

  • Reuters25.01.202007:12

    WASHINGTON, 25 janvier (Reuters) - Au moment de boucler son exposé, en conclusion des déclarations préliminaires de l'accusation démocrate au procès en destitution de Donald Trump vendredi, Adam Schiff semblait avoir toute l'attention du Sénat, les parlementaires écoutant respectueusement ses arguments, qu'ils les approuvent ou non. Celui qui dirige l'équipe des sept "procureurs" démocrates a alors fait mention d'une information rapportée par la chaîne de télévision CBS News, selon laquelle un confident de Donald Trump a laissé entendre que voter en faveur de sa destitution aurait de graves ramifications pour les sénateurs républicains, et l'humeur a alors changé dans les rangs du Grand Old Party

  • Reuters25.01.202005:25

    par Susan Cornwell et David Morgan WASHINGTON, 25 janvier (Reuters) - Les "procureurs" démocrates au procès en destitution de Donald Trump au Sénat ont conclu vendredi leurs déclarations préliminaires en prévenant que le président républicain des Etats-Unis était une menace pour la démocratie et qu'il abuserait à nouveau de son pouvoir s'il n'était pas destitué. Au troisième et ultime jour de leurs déclarations préliminaires, les élus démocrates ont tenté de consolider leur argumentaire selon lequel Donald Trump a abusé de son pouvoir présidentiel en faisant pression sur l'Ukraine pour qu'elle enquête sur Joe Biden, favori de la course à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de novembre prochain, puis obstruction à l'enquête du Congrès en empêchant la présentation de témoins et de documents

  • Reuters24.01.202021:41

    WASHINGTON, 24 janvier (Reuters) - Donald Trump est devenu vendredi le premier président américain à prendre part à la "March for Life", le défilé annuel des opposants à l'avortement, à Washington. "Les enfants à naître n'ont jamais eu de meilleur défenseur à la Maison Blanche", a-t-il lancé aux milliers de manifestants "pro-life", avant de dresser le bilan de sa politique en matière de lutte contre l'interruption volontaire de grossesse (IVG) et de rappeler les nominations de juges conservateurs auxquelles il a procédées, notamment celle de Brett Kavanaugh et Neil Gorsuch à la Cour suprême

Les Risques en Bourse

Fermer