Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les lémuriens de Madagascar risquent de disparaître

AFP Video 15/08/2013 à 18:56

La quasi-totalité des lémuriens pourraient disparaître d'ici 20 ans si l'on ne fait rien contre la pauvreté à Madagascar, qui pousse les hommes à détruire la forêt, affirment des experts, qui chiffrent à près de 6 millions d'euros le plan de sauvegarde à adopter d'urgence.

La Grande Ile est le seul endroit au monde où l'on peut voir en liberté des lémuriens, petits primates ayant évolué séparément des singes africains depuis des millions d'années. Mais leurs jours sont comptés.

Chaque année, 200.000 ha de forêt, leur seul habitat, partent en fumée à cause de la culture sur brûlis et des feux de brousse. Il ne reste déjà plus que 10 à 13% de la forêt malgache originale, soit 50.000 km2, qui pourraient disparaître en une génération si des mesures d'urgence de conservation ne sont pas prises.

"Si on continue ce rythme de déforestation, on peut dire que d'ici 20 à 25 ans environ, il n'y aura plus de forêt, et donc plus de lémuriens", prédit Jonah Ratsimbazafy, célèbre primatologue malgache, notant que 93 des 105 espèces de lémuriens recensées sont considérées comme menacées. "Tant que la pauvreté existera, on ne peut pas croire que l'on pourra empêcher la disparition de ces lémuriens".

Car aujourd'hui, il est devenu plus rentable de piller la forêt de son bois précieux, de ses ressources minières et de ses lémuriens que de la préserver, à cause de la crise politique et socio-économique qui sévit depuis quatre ans.

"Il y a beaucoup de chercheurs d'or dans le parc. On peut gagner jusqu'à 100.000 ariary par gramme d'or (35 euros). Ils viennent souvent d'autres villes car ils sont pauvres. Pour les trouver, c'est loin, il faut bivouaquer", raconte un guide du Parc National de Ranomafana (sud-est) ayant requis l'anonymat. De plus en plus de Malgaches pauvres se lancent dans la coupe sauvage de bois précieux pour survivre.

"Les petits coupeurs de bois de rose dans le nord-est sont obligés de manger des lémuriens durant leurs longues expéditions dans la forêt où souvent ils n'emmènent pas suffisamment à manger et couper du bois c'est dur, alors ils mangent de la viande de lémuriens car c'est plus facile à attraper que les oiseaux", explique le primatologue Tovonanahary Rasolofoharivelo.

La forêt est également grignotée année après année: "Dans les pays tropicaux comme Madagascar, les sols sont très très pauvres" explique Jonah Ratsimbazafy: "Voilà ce que font les paysans : cette année on cultive là, l'année prochaine on bouge, on bouge, on bouge et après, c'est la déforestation, le désert".

Dans ce contexte d'urgence, plusieurs ONG environnementales ont lancé un appel pour financer un plan de sauvetage sur trois ans de 5,7 millions d'euros. Sachant que l'Etat malgache, déjà incapable de financer des élections, ne mettra pas la main à la poche pour les lémuriens.

"Nous allons faire des recherches de financement ailleurs avec des fondations privées", assure Benjamin Andriamihaja, représentant à Madagascar d'ICTE (Institut pour la Conservation des Environnement Tropicaux), conscient que trois ans ne seront pas suffisants pour stopper totalement la déforestation.

Pour éviter le pire, des projets communautaires ont déjà été mis en place depuis plusieurs années, tel que l'éco-tourisme et le développement de l'agriculture intensive qui nécessitent une forte implication des populations locales.

"On essaie de financer des activités génératrices de revenus, par exemple, planter des haricots, élever des porcs, des poulets, développer la pisciculture, pour que les paysans arrêtent de détruire la forêt mais il est très difficile de suppléer au manque à gagner des paysans qui ne pensent pas à long terme", explique M. Andriamihaja.

Afin de mettre en place des stratégies claires et précises de lutte pour la conservation, un congrès international sur les lémuriens a été organisé début août à Ranomafana (sud-est) près d'un parc national de plus de 40.000 ha.

A l'entrée du parc, des guides et des pisteurs attendent les touristes pendant des heures. Il y en a beaucoup moins que l'an dernier. Se reconvertir en petit trafiquant est devenu plus rentable.

Madagascar traverse une grave crise socio-politique depuis le renversement du président Marc Ravalomanana par son rival Andry Rajoelina, maire de la capitale Antananarivo à l'époque. Depuis, le pays est dirigé par un gouvernement non-élu et la majorité des aides extérieures ont été suspendues.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.