Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, le 25 juillet 2012 à Paris

AFP Video26/07/2012 à 21:51

Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, a défendu jeudi devant des députés et sénateurs le projet du constructeur automobile de supprimer des postes en France et récusé toute dissimulation dans sa gestion du dossier.PSA "n'a dissimulé aucune donnée ni aucune information relative à la situation réelle du groupe", a affirmé M. Varin devant les commissions économiques de l'Assemblée nationale et du Sénat."La crise qu'affronte PSA Peugeot Citroën est sans doute l'une des plus violentes qui ait été vécue par cette entreprise au cours de son histoire", a-t-il insisté.Ce sont ces difficultés qui le conduisent à supprimer 8.000 postes en France, à réduire son activité dans son site de Rennes (Ille-et-Vilaine) et à arrêter la production à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a poursuivi M. Varin.PSA a mis sur pied une cellule ad hoc pour Aulnay. Par ailleurs, "nous proposerons 1.500 reclassements internes pour Aulnay et 400 pour Rennes", sur 3.000 postes supprimés sur le premier site et 1.400 sur le second, a détaillé M. Varin.Concernant l'avenir du site de Sevelnord (Nord), il s'est dit "très positif".Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a parlé de dissimulation de la part de PSA. Il a nommé un expert, Emmanuel Sartorius, chargé de faire un point sur la santé du groupe. Ce dernier doit rendre des conclusions provisoires à la fin du mois avant un rapport complet en septembre.M. Varin a aussi défendu la stratégie du constructeur, mise en cause par le gouvernement. Contrairement à certains de ses concurrents, PSA est encore très dépendant de l'Europe.Il a dit avoir été surpris par "le reproche d'avoir, en somme, commis l'erreur de faire preuve d'un patriotisme économique mal conçu". "Contre vents et marées, nous avons maintenu sur le territoire national 100.000 emplois, 16 usines, 85% de notre appareil de recherche", a encore plaidé l'industriel."Aurions-nous dû nous orienter vers le +low cost+ ' Cela signifie dès lors, comme d'autres l'ont fait, nous implanter dans des pays +low cost+", s'est-il interrogé, évoquant, sans le nommer, le cas de Renault. "Parce qu'un dispositif industriel n'est pas extensible, cela voudrait dire aussi qu'il faut fermer des usines en France '"M. Varin a abordé la question de l'avenir de la coopération avec l'allemand BMW dans les hybrides et a reconnu qu'il y a "un écart" dans leurs orientations qui les conduisent à mener des "des discussions (...) pour qu'on résolve cette question".Dans un communiqué, le président de la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, François Brottes, a salué la qualité de cet "exercice de transparence démocratique". "Le président du directoire du groupe Peugeot-Citroën a répondu aux questions avec honnêteté, y compris lorsqu'il s'agissait de faire part de ses incertitudes", a-t-il affirmé.M. Brottes annonce par ailleurs que les travaux de la commission "vont se poursuivre dans le cadre d'une mission d'information sur l'ensemble des coûts de production industriels, y compris ceux de la recherche, de l'énergie, des rémunérations, des normes environnementales, de la logistique, etc".Le communiqué précise que seront bientôt entendus les ministres chargés du plan automobile, les syndicats du secteur, Emmanuel Sartorius, puis le commissaire général à l'investissement Louis Gallois.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.