Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Cahuzac: coup dur pour le gouvernement en pleines tractations budgétaires

AFP Video19/03/2013 à 23:21

Le départ de Jérôme Cahuzac intervient à un moment crucial de la préparation du budget 2014, alors que la forte personnalité du ministre délégué devait garantir une nouvelle baisse draconienne des dépenses publiques.

Alors que tous les observateurs et prévisionnistes tablent sur une croissance zéro en 2013 et une reprise encore modeste en 2014, c'est un coup dur pour le gouvernement qui s'apprête à élaborer ce qui s'annonce comme un des budgets les plus complexes du quinquennat.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a lancé le débat budgétaire le 8 mars en adressant aux ministères sa lettre de cadrage.

Il leur demande d'"identifier au total 5 milliards d'euros d'économies nouvelles l'an prochain", pour financer notamment le crédit d'impôt pour la compétitivité des entreprises, la politique de l'emploi et le plan anti-pauvreté.

Jusqu'à présent, le gouvernement socialiste s'était attaché à stabiliser les dépenses de l'Etat (hors intérêts de la dette et pensions) en ne les augmentant plus, même pas au rythme de l'inflation. Mais cette fois, il s'agit d'aboutir à une baisse historique en valeur absolue de 1,5 milliard en 2014.

Depuis lundi et pour trois semaines, tous les ministres devaient défiler dans le bureau de M. Cahuzac, à Bercy, pour préciser quelles économies structurelles ils pourraient faire.

Pour eux, cela signifiait s'engager, comme déjà à l'été dernier, dans une négociation pied à pied avec celui qui s'est fait depuis l'élection de François Hollande à l'Elysée le gardien sans états d'âme de la rigueur budgétaire.

"Les ministres ne peuvent pas jouer très longtemps au jeu du +on est à l'os+", remarquait néanmoins lundi un membre de son cabinet, confiant dans des discussions permettant finalement d'aplanir les crispations.

Une fois qu'ils auront présenté leurs projets à Bercy, chaque ministre se verra remettre en juin une lettre plafond spécifique, limitant ses dépenses propres.

Parallèlement, Jérôme Cahuzac était en train de préparer avec le titulaire de l'Economie et des Finances, son ministre de tutelle Pierre Moscovici, la trajectoire budgétaire que la France entend présenter à la Commission européenne et au Parlement mi-avril.

"J'ai pas de bol avec ce machin"

Le nouveau ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, qui vient des Affaires européennes, est au fait des exigences des traités budgétaires européens et des tractations en cours avec Bruxelles.

La France négocie un délai d'un an pour ramener son déficit public sous la barre des 3% du produit intérieur brut (PIB) en 2014 plutôt que cette année comme elle s'y était engagée.

Le gouvernement a déjà acté un dérapage budgétaire cette année mais veut donner des "gages" à ses partenaires européens. Le "programme de stabilité" qu'elle doit adresser à Bruxelles doit "documenter" les moyens de poursuivre la réduction des déficits.

En plus d'un stratège incollable sur les moindres recoins de la fiscalité française, Jérôme Cahuzac est aussi un infatigable orateur qui a passé des dizaines d'heures à défendre, point par point et souvent sans notes, à l'Assemblée et au Sénat le budget 2013 et deux collectifs budgétaires en juillet et en décembre.

Début février, il reconnaissait cependant les difficultés rencontrées avec la taxe à 75% sur les contribuables français les plus riches, une des promesses phare du candidat Hollande. "J'ai pas de bol avec ce machin", disait-il alors à l'AFP, quelques semaines après que le Conseil constitutionnel eut invalidé cette taxe.

Le Conseil d'Etat doit rendre dans les prochains jours une réponse aux questions qui lui ont été posées par le gouvernement, afin que les services de Bercy rédigent un nouveau texte juridiquement inattaquable.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.