Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un escargot géant africain. Photo datée de septembre 2011, transmise par le département de l'agriculture de Floride.

AFP Video09/02/2012 à 08:37

Toc toc toc. "Services agricoles de Floride. Avez-vous constaté une invasion d'escargots géants, gluants et agglutinés dans votre jardin par centaines'""Beurk!", grimace Yolanda Garcia Burgos. Un matin, elle a retrouvé le mur extérieur de sa maison de Miami en Floride (sud-est) couvert d'excréments d'escargots, d'épais filaments noirs enchevêtrés et collés.Avec l'aide des inspecteurs du département de l'Agriculture de Floride, elle a ramassé 583 mollusques en une seule semaine dans ses buissons, derrière une planche, près du barbecue ou dans le lierre.Au total, 35.000 gastéropodes ont été capturés à Miami par les inspecteurs entre le début de l'invasion en septembre et le mois de janvier.Les escargots géants africains peuvent mesurer jusqu'à 20 cm de longueur et 10 cm de diamètre - plus gros qu'une main ouverte. Ils peuvent vivre plusieurs années, certains spécimens jusqu'à neuf ans. Et ils se reproduisent à grande vitesse: 1.200 oeufs par an. Un escargot peut, à lui seul, coloniser un quartier.Personne ne sait comment cette espèce, l'une des plus grosses et voraces du monde, a débarqué à Miami. Venu d'Afrique de l'Est, l'escargot avait déjà envahi la Guadeloupe, la Martinique, d'autres pays des Caraïbes... et Miami, par le passé.En 1966, un garçon avait fait venir trois escargots géants comme animaux de compagnie, que, par lassitude, sa grand-mère avait fini par libérer dans la nature. De ces trois spécimens naquirent 18.000 rejetons, qu'il fallut neuf ans et un million de dollars pour éradiquer.Il reste interdit d'en importer sans permis aux Etats-Unis, mais les autorités précisent avec insistance que le gastéropode est la vedette d'une certaine religion afro-caribéenne, la santeria.Le retour de cet escargot est-il "lié aux pratiques de cette religion afro-caribéenne ou au fait que quelqu'un les ait fait venir comme animaux de compagnie, et les aurait ensuite laisser s'échapper'", se demande Mark Fagan, porte-parole du département de l'Agriculture de Floride.Une enquête fédérale devrait conduire au coupable. En attendant, une cellule de crise a commencé l'extermination.Ces escargots sont, en effet, dangereux.Leur bave, très abondante, peut contenir un ver qui transmet une forme non mortelle de la méningite, mais qui provoque de violents maux de ventre.Surtout, le "lissachatina fulica" est un glouton. 500 variétés de plantes sont à son menu, de la cacahuète au melon, et il adore l'enduit des murs de Yolanda, qui contient le calcium indispensable à la construction de sa colossale coquille."S'ils s'installaient pour de bon, ils pourraient dévaster l'agriculture de Floride", frémit Mark Fagan. "L'agriculture est la deuxième activité économique après le tourisme ici".- L'extermination -"Oh mon Dieu!", Suzi Distelberg tombe nez à nez avec le vainqueur poids lourd du jour, 11 cm de coquille... et dégoulinant d'une bave épaisse qui recouvre en un instant les gants de Suzi."On peut voir qu'il est dedans, bien vivant, à cause du poids", explique l'inspectrice après avoir glissé l'animal dans un sachet plastique hermétique.Le pâté qu'elle ratisse ce matin d'hiver reste infesté depuis des mois, malgré des dizaines de rondes. Hiver oblige, les escargots entrent en hibernation et se cachent sous terre. Seul le haut de leur coquille marron, striée de lignes jaunes dans le sens de la longueur, les trahit.Il faut le regard expert de Suzi pour les repérer.Les équipes sanitaires espèrent réduire au maximum la population avant le retour des pluies tropicales au printemps. Chaque jardin est traité avec des granulés de phosphate de fer qui coupent l'appétit des escargots qui arrêtent de s'alimenter.Les créatures capturées atterrissent au laboratoire de la cellule de crise, où les attend leur ultime bourreau, Mary Yong.La chercheuse, spécialisée dans les escargots, les passe en revue et en sélectionne quelques-uns pour des tests.Les autres sont tués par immersion prolongée dans des seaux remplis d'alcool, avant d'être jetés à la poubelle. Et quand les seaux sont pleins, Mary plonge les escargots restants dans un congélateur, où le froid aura raison d'eux.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.