Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La façade de l'Insee à Paris

AFP Video05/10/2012 à 00:28

La France semble s'installer durablement dans une période de stagnation économique, avec un enchaînement inédit de cinq trimestres consécutifs de croissance zéro et un chômage qui continue de s'envoler, selon l'Insee qui a révisé jeudi à la baisse sa prévision pour 2012.L'Institut national de la statistique et des études économiques table désormais sur une croissance de 0,2% sur l'ensemble de l'année, contre 0,4% dans ses précédentes prévisions publiées fin juin. C'est moins bien que les 0,3% escomptés par le gouvernement pour ramener le déficit public de la France à 4,5% du produit intérieur brut (PIB) à la fin de l'année.L'économie française est "à l'arrêt", a résumé le chef du département de la conjoncture de l'Insee, Cédric Audenis. Cela signifie, a-t-il précisé à la presse, que "ce n'est pas +en avant+ comme aux Etats-Unis, mais ce n'est pas non plus +en arrière+ comme l'ensemble de la zone euro", entrée en récession.Dans le détail en effet, la France continuerait d'échapper à la récession. Le PIB continuerait de stagner aux troisième et quatrième trimestres (contre +0,1% puis +0,2% prévus en juin), ce qui porterait à cinq le nombre de trimestres consécutifs de croissance zéro, une situation totalement inédite depuis l'après-guerre.Si ce scénario se confirme, l'économie française commencerait l'année suivante sans aucun élan. "Il faudrait par exemple 0,3% de croissance trimestrielle pendant toute l'année 2013 pour arriver à une croissance annuelle de 0,8%" comme l'espère le gouvernement, a calculé Cédric Audenis.En attendant, en 2012, l'économie va continuer de détruire des emplois: 67.000 emplois marchands non agricoles en moins au second semestre. C'est beaucoup, même si "l'emploi privé se comporte mieux que ce qu'on pourrait prévoir compte tenu de la situation économique", assure Cédric Audenis.Le chômage passerait le cap des 10%Le taux de chômage va donc franchir le cap symbolique des 10% de la population active en France métropolitaine pour la première fois depuis mi-1999. Il passera de 9,7% au deuxième trimestre à 10% au troisième puis 10,2% en fin d'année (de 10,2% à 10,4% puis 10,6% en intégrant l'Outre-Mer).La dégradation sur le front de l'emploi, conjuguée à la flambée des prix energétiques et aux hausses d'impôts décidées pour cette année par l'ancienne et l'actuelle majorité vont amputer le pouvoir d'achat des ménages.Calculé par unités de consommation, c'est-à-dire au plus près du ressenti des Français, le pouvoir d'achat va fléchir de 1,1% en 2012, après une légère baisse de 0,1% en 2011. Et ce, malgré le coup de pouce au Smic et l'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire.Toutefois, les ménages devraient compenser cette baisse du pouvoir d'achat en réduisant leur taux d'épargne, de 16,4% au deuxième trimestre à 15,1% en fin d'année. Cela devrait permettre à la consommation de résister tant bien que mal.De son côté, l'investissement des entreprises devrait diminuer de 0,4% au troisième trimestre puis de 0,7% au quatrième, "du fait principalement de la faiblesse des débouchés", explique l'Insee. Le taux de marge des entreprises devrait, lui, retomber à 27,9% à la fin de l'année, un des niveaux les plus bas au cours des trente dernières années.Enfin, "les exportations caleraient" d'ici la fin 2012, dans un contexte international "peu porteur", avec une contraction des échanges mondiaux.Dans ce contexte plombé, le salut pourrait venir d'une solution à la crise de la zone euro: un apaisement "durable" des tensions sur les dettes espagnole et italienne "serait de nature à permettre un redémarrage de l'activité, notamment de l'investissement", a estimé Jean-François Ouvrard, chef de la division synthèse conjoncturelle de l'Insee.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.