Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le procureur Michel Valet et le patron du SRPJ de Toulouse José Mariet, lors d'une conférence de presse le 16 mars 2012 à Toulouse

AFP Video17/03/2012 à 08:56

Les trois parachutistes criblés de balles jeudi à Montauban et leur camarade tué quatre jours plus tôt à Toulouse ont été froidement visés par la même arme, et sans doute par le même tueur au scooter, un homme aux motivations totalement mystérieuses.L'homme est toujours activement recherché par les policiers du SRPJ de Toulouse, qui n'excluent aucune hypothèse quant à ses motivations. Dans les deux cas, le tireur a agi en plein jour et en pleine rue avant de prendre la fuite en deux-roues. Dans les deux cas, il s'est servi d'un 11,43, un calibre apprécié dans la grande criminalité, pour exécuter de sang-froid ses victimes : un soldat de 30 ans du 1er Régiment du train parachutiste de Francazal (Haute-Garonne) dimanche à Toulouse, deux hommes de 24 et 26 ans du 17e Régiment de génie parachutiste jeudi à Montauban.Un troisième parachutiste âgé de 28 ans atteint à Montauban est entre la vie et la mort.Le meurtrier - puisqu'on recherche plutôt un seul et même homme même s'il a pu bénéficier de complicités - est aujourd'hui traqué par cinquante enquêteurs et tous les services de police judiciaire. "Un lien de connexité indiscutable est établi entre les deux affaires. Il est possible de dire que la balle tirée à Toulouse et les balles tirées à Montauban proviennent d'une seule et même arme", a dit le procureur de Toulouse, Michel Valet, devant la presse. Le recours à la même arme, la similitude des modes opératoires, la fuite sur des scooters de grosse cylindrée de couleur sombre, l'appartenance de toutes les victimes aux paras ont convaincu la justice de dessaisir Montauban et de regrouper les deux procédures à Toulouse, a-t-il dit.Mais pourquoi le tireur, habillé en noir et casqué, a-t-il vidé son arme jeudi à Montauban sur trois parachutistes qui retiraient de l'argent à un guichet à deux pas de leur caserne ' Treize douilles selon le procureur, 17 selon des enquêteurs, et un chargeur ont été retrouvés sur place. Selon des témoins, le tueur a écarté une personne âgée pour ne pas la blesser. Selon d'autres témoignages encore, il a retourné l'une des victimes qui rampait et lui a logé trois balles supplémentaires.Selon le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, le chargeur retrouvé sur les lieux du crime a été "nettoyé" de toute empreinte par son utilisateur. Puis il s'est enfui sur un puissant scooter en se désintéressant de l'argent. Pourquoi, quatre jours plus tôt, le maréchal des logis chef Imad Ibn Ziaten, d'origine marocaine, a-t-il été exécuté d'une balle en pleine tête après avoir arrêté sa moto sur une esplanade, dans un quartier résidentiel tranquille ' Montauban sous le choc essayait de comprendre. Crime de droit commun ou acte politique visant "le 17", unité qui a été déployée en Indochine, Algérie, au Liban et dernièrement en Afghanistan 'Le procureur refusait de considérer une autre similitude entre les victimes: les trois morts sont d'origine maghrébine. Le blessé est noir. "Pour moi, j'ai quatre citoyens français qui ont été victimes dans cette affaire et je m'en tiendrai là", a-t-il dit.Sinon, aucune hypothèse n'est écartée, par exemple celle d'un règlement de comptes, a-t-il dit, même si les victimes étaient toutes de "très bons citoyens" dont un seul s'était signalé par un excès de vitesse.A priori, les paras de Montauban et Toulouse ne se connaissaient pas. Ils ont eu des parcours militaires très différents, a dit le procureur: certains ont été déployés sur des théâtres extérieurs, l'un en Afrique, un seul est allé en Afghanistan, d'autres ont effectué la plus grosse partie de leur carrière en France. Interrogé sur l'éventualité d'un acte terroriste, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a déclaré jeudi que "toutes les pistes" devaient être examinées. Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, s'est refusé à établir un lien avec la présence de soldats français en Afghanistan.L'affaire est assez grave pour que tous les services dépendant de la direction centrale de la police judiciaire soient cosaisis avec le SRPJ de Toulouse. Cela comprend la sous-direction antiterroriste.A-t-on affaire à un tueur en série ' "C'est une expression que je n'utiliserai jamais, je n'ai pas envie d'alimenter les fantasmes", a dit le procureur. En tout cas, le général Patrice Paulet, commandant de la 11e brigade parachutiste dont fait partie le régiment de Montauban, a appelé ses hommes à faire preuve de vigilance à l'extérieur des casernes. Il leur a été demandé de ne pas porter l'uniforme dans la rue.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.