Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Budget voiture 2012: les Français ont moins circulé mais davantage dépensé

AFP Video04/06/2013 à 17:25

Les Français ont moins circulé en 2012 mais leur budget voiture s'est alourdi en raison d'une hausse constante des frais annexes et des taxes, selon le rapport annuel de l'Automobile Club association (ACA) publié mardi.

L'automobiliste a dépensé en moyenne 6.000 à 8.000 euros pour posséder, utiliser et entretenir sa voiture, selon sa région, le nombre de kilomètres effectués, son type de véhicule.

En 2012, le budget d'une voiture fonctionnant à l'essence a coûté 1,2% plus cher que l'an passé, tandis que pour une voiture fonctionnant au gazole, il a augmenté de 4,4% par rapport à 2011, selon cette "photographie" des dépenses moyennes de l'automobiliste français, réalisée chaque année par l'ACA.

L'Automobile Club, qui se fonde sur des informations fournies notamment par le ministère des Finances, a comparé en tout quatre profils dont celui d'un usager de Clio TCe, 1,2l pour un modèle essence et d'un propriétaire de Peugeot 308 HDI pour le diesel qui servent de modèles de référence.

Ainsi, l'an dernier, le propriétaire d'une Renault Clio achetée neuve, émettant 125 grammes de CO2, a dépensé 6.049 euros au lieu de 5.976 euros en 2011 alors qu'il a parcouru 271 kilomètres en moins (8.751 km contre 9.022 km, soit une baisse de 3%). Les taxes ont représenté le quart de son budget voiture, soit 1.532 euros.

Pour sa part, l'automobiliste circulant dans la Peugeot neuve fonctionnant au gazole a déboursé 7.991 euros au lieu de 7.654 euros en 2011, bien qu'il ait lui aussi réduit son kilométrage, de 0,7% par rapport à l'année précédente.

Pour parcourir cette distance, l'utilisateur de la 308 a acquitté 1.945 euros de taxes, en progression de 3,1%.

"Quasiment tous les postes du budget (carburant, assurance, péages, réparations) ont augmenté plus que l'inflation", a affirmé le président de l'ACA, Didier Bollecker au cours d'une conférence de presse.

Assurances, carburants et péages plus chers

Concrètement, les deux profils de référence sont affectés par une hausse des primes d'assurance de 3%, et ce, en dépit d'un recul des accidents de la route d'environ 6%. Ils ont aussi subi l'an dernier une hausse de 4,40% du prix du SP95 pour l'un et de 4,5% du gazole pour l'autre.

Le tarif des péages autoroutiers a augmenté de 2,5% et la carte grise de 4,8% à 235 euros en moyenne nationale.

Opposé au projet d'alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l'essence, l'ACA préconise l'hypothèse inverse, à savoir un alignement des taxes du super sur celles du gazole pour promouvoir le pouvoir d'achat.

Son président estime "plus utile d'avoir de vraies incitations à changer d'anciens véhicules diesel de plus de 15 ans au lieu de matraquer l'automobiliste avec des taxes".

Sur les quelque 31,5 millions de voitures particulières en France, six millions de véhicules anciens contribuent à environ 30% des émissions de particules des véhicules particuliers, selon lui.

L'ACA rappelle que le parc automobile, dont la moyenne d'âge est de 8,2 ans, comprenait 60% de voitures roulant au diesel en 2012, en raison de la politique financière qui a incité à utiliser ce type de carburant pendant des décennies.

La voiture est le deuxième poste d'achat des ménages français : sept Français sur dix utilisent l'automobile tous les jours pour se rendre au travail.

Et si 83% des déplacements des Français se font en voiture, "ce n'est pas à cause leur attachement irrationnel pour l'automobile mais parce que c'est le seul moyen d'assurer leur mobilité".

"La voiture est constamment attaquée mais elle est loin d'être en voie de disparition", selon M. Bollecker qui prévoit "un développement important de la voiture électrique en ville" et une première évaluation du budget de l'automobile électrique dans l'édition 2013 de son rapport annuel.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.