Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

L’investissement responsable: 5 solutions pour préserver l’environnement
Dernière mise à jour le : 20/10/2022

Il existe plusieurs possibilités pour “verdir” ses investissements crédit photo : Getty Images

Il existe plusieurs possibilités pour “verdir” ses investissements crédit photo : Getty Images

Les problématiques environnementales monopolisent les agendas politiques et médiatiques. En tant qu’investisseur, vous pouvez également vouloir “verdir” votre patrimoine. Pour ce faire, il existe plusieurs possibilités : des fonds ESG, l’investissement dans les forêts, les SCPI “vertes” ou encore les entreprises à impact. Attention, toutefois, adopter une telle stratégie ne réduit pas le risque dans vos investissements et ne garantit pas leur rentabilité.

Sommaire:

  • Investissement et défense de l’environnement
  • Privilégier les fonds ESG
  • Investir dans les groupements forestiers
  • Soutenir des projets participatifs respectueux de l’environnement
  • Pensez aux SCPI “vertes”
  • Prenez des participations dans des entreprises à impact

Investissement et défense de l’environnement

Les considérations environnementales n’ont de cesse de prendre de l’importance au sein de la population, toutes générations confondues. Selon un sondage YouGov pour Le HuffPost réalisé en septembre 2022, près de 9 Français sur 10 font le lien entre les événements extrêmes et le réchauffement climatique.

Dans un autre sondage, 70% des Français se déclarent pessimistes pour l’avenir de la planète (sondage Odoxa pour les quotidiens du groupe Ebra paru en septembre 2021). Et selon la même source, 76% d’entre eux se disent motivés pour renforcer leurs bonnes pratiques écologiques. Les Français n’ont pas été interrogés sur leurs pratiques d’investisseurs. Mais à en juger par l’engouement pour les produits financiers estampillés ESG (Environnement, Social, Gouvernance), leur prise de conscience dépasse clairement les “écogestes” du quotidien.

À savoir

Près de 24% du montant total des encours immobiliers sont désormais labellisés ISR, soit une multiplication par quatre en un an! L’envie d’investir de manière responsable est d’ailleurs de plus en plus présente chez les Français. Dans une étude de l’Ifop réalisée en août 2021 pour le Forum de l’investissement responsable (FIR), 6 Français sur 10 déclarent accorder de l’importance aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placement. Près de la moitié des sondés (44%) estiment qu’en orientant leur épargne, ils peuvent avoir un impact réel sur l’environnement et la société. Reste qu’à ce jour, seuls 8% des personnes possédant au moins un produit d’épargne ont déjà souscrit à un ISR, même si 26% des personnes interrogées disent être prêtes à s’y mettre si on leur proposait.

Car par-delà l’approche décroissante et absolutiste consistant à rejeter les activités marchandes, vues comme la source de tous les désordres, il existe des positions bien plus mesurées permettant même d’associer investissement et respect de l’environnement.

Privilégier les fonds ESG

Soucieux des enjeux environnementaux et du développement durable, vous voulez donner du sens à vos investissements boursiers? Pour ce faire, il existe toute une panoplie de Fonds Communs de Placements (FCP) et de Sociétés d’Investissement à Capital Variable (SICAV) répondant à des exigences environnementales fortes. Le terme consacré est celui d’ Investissement Socialement Responsable (ISR) , souvent désigné par l’acronyme ESG (Environnement, Social et Gouvernance). Tous n’ont pas la même approche. Certains privilégient des thématiques (eau, énergies renouvelables, gestion des déchets). D’autres excluent les activités carbonées.

Vous pouvez investir dans ce type de placement dans le cadre d’un Compte Titres Ordinaire (CTO), d’un Plan d’Épargne en Actions (PEA), via un contrat d’assurance-vie, dans le cadre de votre épargne salariale ou encore dans celui du Plan d’Épargne Retraite (PER) .

Labels ESG: bientôt du mieux?

Si la finance durable attire chaque année davantage d’épargnants soucieux d’investir de façon raisonnable et durable, ceux-ci peinent souvent à s’y retrouver. Ainsi, en Europe, il n’existe pas moins de huit labels et standards. De son côté, la France compte deux labels publics: ISR (ministère des Finances) et Greenfin (ministère de la Transition écologique). La visibilité fait défaut, mais du mieux est attendu avec la création attendue du label européen Responsibility Europe, destiné à fédérer les entreprises labellisées au niveau national autour d’une étiquette commune. À suivre...

Investir dans les groupements forestiers

Pour verdir vos placements, il est également possible d’ investir en achetant directement une forêt . Vous participez ainsi à sa conservation (chaque année, la forêt française absorbe environ 50 millions de tonnes de CO2) et à son entretien, tout en favorisant la biodiversité sur notre territoire.

Il s’agit toutefois là d’un investissement lourd nécessitant des connaissances et entraînant un certain nombre de frais. Pourquoi ne pas plutôt investir dans un Groupement Forestier Foncier (GFF) ? Par ce biais, vous devenez en quelque sorte “co-propriétaire” d’une société dont l’objet social est l’acquisition et la gestion de forêts.

À savoir

Les détenteurs de parts de GFF bénéficient de plusieurs avantages fiscaux, en termes de réduction d’Impôt sur le Revenu (IR), d’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) et encore de transmission. C’est pourquoi ce type d’investissement est privilégié par les ménages les plus aisés.

Soutenir des projets participatifs respectueux de l’environnement

Avec le crowdfunding (financement participatif) , il est également possible de donner à ses investissements un but environnemental. D’ailleurs, certaines plateformes se sont spécialisées dans le financement de projets et d’entreprises dont la vocation est de contribuer à la protection et à la valorisation de l’environnement.

À savoir

La mise de départ peut se limiter à quelques euros. Le risque de non-remboursement ne doit pas être négligé, tout comme l’absence de liquidité sur ce type de produits.

Pensez aux SCPI “vertes”

Et si vous investissiez dans la pierre? De prime abord, rien de très vertueux ici puisque immobilier rime le plus souvent avec béton, ciment et ferraille. Mais c’était sans compter sur la prise de conscience, également dans ce secteur, de la notion de durabilité.

Il existe notamment un label ISR pour identifier les SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier) engagées dans une stratégie d’investissement environnemental. Plusieurs sortes de SCPI “vertes” cohabitent: certaines sont spécialisées dans la rénovation, dans les immeubles les plus neutres en carbone ou dans la réalisation d’économies en eau et en énergie.

Prenez des participations dans des entreprises à impact

Enfin, il est possible de donner du sens à ses investissements en entrant au capital d’entreprises dites “à impact”. Ce terme reste encore assez flou et mal défini. Cependant, comme le rappelle Bpifrance, “une entreprise à impact est souvent définie comme une société commerciale qui possède plusieurs objectifs sociaux et environnementaux”.

À savoir

Un collectif baptisé Nous sommes demain évoque le nombre de 400.000 entreprises à impact pour un total de trois millions de salariés.

Investir dans le capital d’une PME non coté peut s’effectuer au moment de sa création ou dans le cadre d’une augmentation de capital. D’un point de vue fiscal, cet investissement permet de bénéficier d’une réduction d’impôt. Le risque de perte en capital est important.

Annonces immobilières