Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Pétrole: L'accord sur la production devrait être prolongé, avec un oeil sur le marché

Reuters29/11/2017 à 19:13

L'ACCORD SUR LA PRODUCTION DE PÉTROLE DEVRAIT ÊTRE PROLONGÉ

par Ernest Scheyder, Ahmad Ghaddar et Vladimir Soldatkin

VIENNE (Reuters) - L'Opep et la Russie semblaient mercredi se diriger vers une prolongation jusque fin 2018 de l'accord sur une limitation de leur production de pétrole tout en se laissant la possibilité de le modifier en juin en cas de surchauffe du marché.

Une décision sera prise jeudi.

Six ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, dont l'Arabie saoudite, et de producteurs extérieurs au cartel, notamment la Russie, se sont réunis mercredi à Vienne pour formuler des recommandations concernant l'avenir de cet accord censé expirer en mars, par lequel ses participants ont réduit leur production cumulée de 1,8 million de barils par jour pour tenter de désengorger le marché.

Prié de dire par des journalistes, à l'issue de cette réunion, si ce comité s'était entendu sur une prolongation de neuf mois, le ministre koweïtien du Pétrole, Essam al Marzouk, a répondu: "C'est l'une des recommandations."

Son homologue russe, Alexandre Novak, a été moins catégorique sur ce calendrier.

"Le marché n'a pas encore été complètement rééquilibré. Des efforts conjoints sont nécessaires après le 1er avril. Tout le monde a recommandé que l'accord puisse être prolongé et ces détails concrets seront débattus demain", a-t-il dit.

Plusieurs sources proches des discussions ont indiqué que la Russie proposait d'inclure une clause de révision de l'accord lors de la prochaine réunion de l'Opep en juin en cas de surchauffe du marché pétrolier.

"En réalité, ce serait seulement une vraie prolongation de trois mois avec le réexamen en juin", a commenté Olivier Jakob, du cabinet de consultants Petromatrix.

Les cours du pétrole, qui étaient remontés début novembre à des plus hauts de plus de deux ans, étaient orientés en nette baisse vers 18h00 GMT, le Brent cédant près de 1,5% sous 63 dollars.

DIFFÉRENCE DE CALENDRIER, PAS DE FOND

Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al Falih, a plaidé mercredi devant le comité en faveur d'un allongement du plafonnement de la production au motif que le rééquilibrage des marchés n'était pas terminé.

Khalid al Falih et Alexandre Novak ont eu mercredi un entretien bilatéral à l'issue duquel le ministre russe a déclaré: "Nous comprenons qu'il nous faut prendre de nouvelles mesures pour rééquilibrer le marché. (...) Nous avons une appréciation commune (de la situation)."

Pour Amrita Sen, du cabinet Energy Aspects, le débat entre Ryad et Moscou porte plus sur le calendrier que sur des questions de fond.

"L'Arabie saoudite considère qu'il est prématuré de discuter d'une stratégie de sortie alors que le travail de rééquilibrage du marché n'est pas encore terminé. La Russie aimerait le faire plus tôt", a-t-elle dit.

La Russie, qui se prépare à une élection présidentielle en mars, s'interroge sur le bien-fondé d'une prolongation de cet accord jusque fin 2018, de crainte qu'une telle initiative n'encourage une hausse de la production du pétrole de schiste aux Etats-Unis.

La Russie a en outre besoin de cours bien moins élevés que l'Arabie saoudite pour équilibrer son budget. Ryad, qui cherche à dégonfler son déficit budgétaire, compte pour sa part introduire en Bourse en 2018 sa compagnie publique Aramco et l'opération profiterait de cours du pétrole plus élevés.

L'Opep pourrait aussi discuter jeudi d'un éventuel plafonnement de la production du Nigeria et de la Libye, qui ont jusqu'à présent été exemptés de l'accord de réduction de l'offre en raison des troubles sur leur territoire, a-t-on appris de deux sources ayant connaissance du dossier.

(Bertrand Boucey pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.