1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Etudiants: optimisez vos dépenses de logement grâce à la colocation
Dernière mise à jour le : 08/11/2019

Dmytro Zinkevych/Shutterstock / Dmytro Zinkevych

A la rentrée 2019, le coût d'un logement étudiant était d'environ 400 € par mois en province, 600 € en Ile-de-France et 800 € à Paris, selon Locservice.fr. Beaucoup d'étudiants sont donc contraints de travailler pour financer leur logement. La colocation permet de se loger à un prix plus abordable en divisant les frais. Et donc de se consacrer en priorité à ses études. Toutefois, vous devez rester vigilant.

La colocation permet de diviser tous les frais: loyer, charges locatives, factures et courses

Depuis plusieurs années, la colocation s'est largement développée. Elle est reconnue par la loi et effraie bien moins les propriétaires. De nombreux sites Internet ou groupes Facebook proposent des offres de colocation.

Le principal avantage de la colocation est d'ordre financier: le loyer est divisé par le nombre de colocataires, tout comme les charges locatives, les factures (électricité, gaz, Internet), les dépenses obligatoires (assurance) et exceptionnelles (petite plomberie, dépannage...) ou même parfois les courses alimentaires. La colocation n'empêche pas chaque locataire d'obtenir une aide au logement (APL ) pour la part de son loyer, s'il y a droit. La demande est faite de manière individuelle auprès de la Caisse d'Allocations Familiales (CAF).

Les économies sur le prix du logement peuvent être importantes par rapport à un logement occupé seul. Toutefois, il convient de rester attentif: la somme des loyers payés par les colocataires peut largement dépasser le prix du marché pour un bien équivalent.

Par ailleurs, la clause de solidarité entre les colocataires, généralement insérée au bail, peut réserver quelques mauvaises surprises. Tout comme la récupération de votre part du dépôt de garantie si la colocation continue d'exister après votre départ.

Clause de solidarité: le locataire et son garant deviennent redevables de la totalité des sommes dues au propriétaire

Pour se protéger des risques d'impayés, le propriétaire peut insérer une clause de solidarité dans le contrat de location. Dans ce cas, chaque locataire et son garant deviennent redevables de la totalité des sommes dues au propriétaire.

En d'autres termes, si un colocataire ne paie pas son loyer, vous et les autres colocataires vous engagez à payer sa part. En cas de départ d'un colocataire, lui et son garant restent engagés par la clause de solidarité durant six mois après son départ du logement. Sauf si un nouveau colocataire a rejoint entre temps la colocation et figure au bail.

La clause de solidarité n'est pas obligatoire. Toutefois, elle est très répandue. Ne négligez pas les conséquences de celle-ci en cas d'impayés récurrents.

Dépôt de garantie: en cas de départ anticipé, vous le récupérez auprès de vos colocataires

En tant que colocataire, vous pouvez quitter la colocation quand bon vous semble. Vous devez cependant respecter un préavis, selon la forme et les termes prévus au bail.

Le propriétaire conserve toutefois votre part du dépôt de garantie . Ainsi, vous devez vous adresser à vos colocataires (ou au nouvel arrivant qui vous remplace dans le logement) pour récupérer votre argent. Ce qui peut créer des contentieux.

En savoir plus

Calculez le montant votre salaire net

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer