1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Grande-Bretagne: L'emploi à un niveau record, les salaires montent
Reuters24/01/2018 à 11:54

GRANDE-BRETAGNE: L'EMPLOI À UN NIVEAU RECORD, LES SALAIRES MONTENT

LONDRES (Reuters) - Le nombre de personnes occupant un emploi a progressé de manière inattendue en Grande-Bretagne sur les trois mois à novembre, pour atteindre un niveau record, tandis que les salaires ont augmenté à leur rythme le plus élevé depuis quasiment un an.

L'ONS, institut national de la statistique, a fait état mercredi d'une hausse de 102.000 du nombre de personnes occupant un emploi sur la période concernée, pour parvenir au niveau record de 32,2 millions.

Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une baisse de 13.000.

Le taux de chômage est resté à 4,3%.

Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 8.600 à 832.500 en décembre alors que les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une hausse limitée à 5.400.

L'ONS a cependant déclaré que cette évolution statistique pouvait être trompeuse en raison d'un changement dans les critères d'éligibilité aux indemnités chômage.

Les salaires, hors primes, ont augmenté au rythme annuel de 2,4% sur les trois mois à novembre, leur plus forte progression depuis décembre 2016. La hausse était de 2,3% sur les trois mois à octobre.

Primes incluses, la croissance des revenus est restée stable à 2,5%, comme prévu.

David Freeman, statisticien à l'ONS, souligne cependant que la croissance des salaires reste inférieure à l'inflation, alimentée par la dépréciation de la livre consécutive au vote en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

(Service économique)

33 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jpam
    25 janvier11:50

    Bonjour M802641, les "inégalités" c'est ce qui remplace la "lutte des classes" (ça fait moins ringard...) dans la dialectique de la gôche boboïsante. Certains en font un juteux business (c'est l'argent des autres qui est beurk).

    Signaler un abus

  • M802641
    25 janvier11:39

    Curieux la discussion autour des "inégalités". Il y en aura toujours car certains savent faire et d'autres non et/ou ne bossent pas. La seule question qui se pose ensuite est celle de la taxation. Certains laissent l'argent chez celui qui l'a gagné et d'autres le prennent des gens qui réussissent pour le redistribuer comme dans notre "État providence" de moins en moins finançable et providentiel. Cherchez les raisons dont le niveau des dépenses publiques et l'exode des plus fortunés.

    Signaler un abus

  • jpam
    25 janvier11:17

    Précisons aussi pour les Ayathollas de l'égalitarisme qu'entre 1991 et 2015 (derniers chiffres globaux connus) les très pauvres sont passés de 2 milliards à 710 millions tandis que la population mondiale augmentait de 2 milliards de personnes. Aï, aï, aï, le capitalisme réduirait donc la pauvreté s'écrient en cœur les bonnes âmes, ça fait pas l'affaire du business de ces gens là... alors vite, on trouve le coup de l'inégalité. Et hop ! Et puis ça fait très "lutte des classes", ça plait bien ça.

    Signaler un abus

  • jpam
    25 janvier10:53

    En réalité des évolutions positives ont eu lieu partout dans le monde, notamment en Asie. L’on parle de la richesse nouvelle créée en un an, une richesse qui n’existait pas auparavant et qui n’aurait pas existé si des capitalistes et des entrepreneurs n’avaient pas investi des capitaux et des idées dans des entreprises. Mais c'est aussi inégal, tout le monde n'étant pas en capacité d'être entrepreneur... Quelle horreur...

    Signaler un abus

  • 2445joye
    25 janvier10:47

    Une économie de type libéral est une économie d'abondance et de fortes inégalités tandis qu'une économie de type communiste est une économie de pénurie et de plus faibles inégalités. Jusqu'à présent, personne n'a trouvé la martingale pour qu'il en soit autrement.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer