1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Gênes : aux funérailles, douleur, colère et applaudissements pour les secouristes et un imam
Le Point19/08/2018 à 09:11

Des proches s'inclinent devant les cercueils des victimes.Ici les deux victimes albanaises recouvert du drapeau de leur pays. Un moment dédié leur a été copnsacré pendant la cérémonie des funérailles, déclenchant les applaudissements de l'assistance.

La cérémonie catholique de funérailles d'État pour les victimes de l'effondrement du pont Morandi à Gênes a commencé samedi peu après 11 h 30 dans un grand hall du parc des expositions de la ville. Tous les plus hauts responsables de l'État étaient présents, ainsi que des milliers d'habitants, mais pas la moitié des familles, qui ont pointé la responsabilité de l'État dans le drame ou ont préféré des funérailles plus intimes.

De longs applaudissements ont salué la lecture, pendant la cérémonie, des prénoms des 38 morts identifiés du pont effondré et l'évocation des dernières victimes retrouvées samedi matin à Gênes, dans le nord de l'Italie. Des applaudissements ont aussi retenti quand l'archevêque de Gênes, Angelo Bagnasco, a évoqué les efforts des pompiers et de tous les secouristes.

« ?Toute parole humaine, aussi sincère soit-elle, restera peu de chose face à cette tragédie? »

« ?L'effondrement du pont Morandi a transpercé le c?ur de Gênes. La blessure est profonde? », a déclaré le cardinal Bagnasco dans son sermon, en précisant avoir reçu vendredi un appel de solidarité du pape François. « ?Gênes ne se rend pas. L'âme de son peuple est traversée ces jours-ci de mille pensées et sentiments, mais elle continuera à lutter, comme les autres fois? », a-t-il assuré, en référence à d'autres drames récents.

Située...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer