Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"Tous ensemble contre le G7" : à Hendaye, les opposants se font entendre
Reuters24/08/2019 à 14:40

"TOUS ENSEMBLE CONTRE LE G7" : À HENDAYE, LES OPPOSANTS SE FONT ENTENDRE

par John Irish

HENDAYE, Pyrénées-Atlantiques (Reuters) - "Tous ensemble contre le G7", "Urgence planète", "Le capitalisme n'est pas immortel" : des milliers de manifestants ont fait entendre leurs voix samedi à Hendaye (Pyrénées-Atlantiques), peu avant l'ouverture du sommet du G7 de Biarritz où l'Amazonie en flammes devrait être évoquée dès les premiers échanges.

"Macron bouge-toi pour le climat", "Stop climate crime", "Urgence" pouvait-on notamment lire sur des pancartes des manifestants dont l'un, le visage dissimulé par une casquette, des lunettes et un foulard sur la bouche, brandissait un dessin d'une Terre qui brûle.

"On est à bloc", déclare à Reuters Alain Missana, un électricien de 48 ans, militant Greenpeace portant un gilet jaune, symbole du mouvement de contestation sociale qui a secoué la France pendant des mois. "On voit la forêt en Amazonie, l'Arctique qui fond. Ils vont nous entendre. On représente encore une force, il ne faut rien lâcher".

Alfredo Akuna, un ingénieur de 46 ans habitant San Sebastian, a revêtu un costume traditionnel basque pour manifester. "Je ne sais pas si ils vont nous entendre" mais "on va continuer à faire du bruit et finalement ils vont se rendre compte que les gens veulent quelque chose d'autre", dit-il.

Concernant la forêt amazonienne, ravagée par des incendies qui ont suscité l'émotion de la communauté internationale et fait l'objet d'une passe d'armes entre Emmanuel Macron et le président brésilien Jair Bolsonaro, "il y a des mesures qu'il faut prendre et il faut y arriver", considère-t-il.

La marche de trois kilomètres entre Hendaye (France) et Irun (Espagne) a réuni 15.000 personnes selon les organisateurs - 9.000 selon la police. Des militants aux causes hétéroclites, de la défense de l'environnement à celle des droits des homosexuels en passant par la Palestine.

Pour prévenir tout débordement en marge du G7, plus de 13.000 policiers et gendarmes ont été mobilisés à Biarritz et sa région. Vendredi, quatre policiers ont été légèrement blessés et 17 personnes ont été interpellées à Hendaye lors de heurts entre forces de l'ordre et opposants au sommet du G7, selon la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

(Avec Emmanuel Jarry, Marine Pennetier pour le service français, édité par Elizabeth Pineau)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer