1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le barème Macron validé par la Cour de cassation
Le Point17/07/2019 à 14:09

Cela devrait être un immense soulagement du côté du ministère du Travail, rue de Grenelle. Saisie pour une demande d'avis par les conseils des prud'hommes de Louviers et de Toulouse, la Cour de cassation considère que la mesure phare du début de mandat d'Emmanuel Macron, qui encadre le versement d'indemnités aux prud'hommes en cas de licenciement injustifié, ne méconnaît pas les engagements internationaux de la France.Cet avis, rendu public mercredi 17 juillet à 14 heures, aura d'autant plus de force qu'il a été décidé en formation plénière par la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire français, c'est-à-dire par la première présidente de la Cour par intérim, Laurence Flise, entourée des présidents des six présidences de chambres que compte l'institution. Selon nos informations, la délibération a été très longue, preuve de la complexité juridique exceptionnelle de la question posée.La Cour de cassation renverse, au passage, sa jurisprudence en acceptant de contrôler la conformité d'un texte français à des conventions internationales signées par la France au travers d'un simple avis et non après un recours en cassation dans une affaire précise. Elle avait toujours refusé de le faire jusqu'à présent. Lors de l'audience du 8 juillet, l'avocate générale avait plaidé en ce sens au motif qu'il y avait « une véritable urgence à venir unifier la jurisprudence ».Les sept juges chevronnés estiment que le barème...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer