Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'UE veut réduire de 30% les émissions de CO2 des véhicules

Reuters08/11/2017 à 12:48

L'UE VEUT UNE RÉDUCTION DE 30% DES ÉMISSIONS AUTO D'ICI 2030

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne (CE) proposera mercredi un objectif durci de réduction de 30% d'ici 2030 des émissions de dioxyde de carbone (CO2) par les nouvelles voitures et petits utilitaires, ainsi qu'un système de bonification en vue de promouvoir les véhicules électriques, ont déclaré des sources de l'Union européenne (UE).

L'exécutif européen veut réduire les émissions de gaz à effets de serre du secteur des transports dans le cadre d'un projet plus général de l'UE qui est de réduire d'ici 2030 les émissions d'au moins 40% par rapport à leurs niveaux de 1990.

Il se heurte déjà aux pays dont le secteur automobile est fort, Allemagne en tête, et devra batailler ferme pour que sa proposition soit approuvée par les 28 Etats membres et le Parlement et prenne ainsi force de loi.

L'objectif a été endossé mercredi matin au terme d'une réunion de commissaires européens avant son annonce officielle.

Le projet de loi de la Commission prévoit de mettre les constructeurs à l'amende à hauteur de 95 euros par gramme de CO2 excédant les nouvelles normes et pour tout nouveau véhicule immatriculé au cours d'une année donnée.

Les constructeurs pourront toutefois user de crédits carbone en regard des objectifs fixés si le pourcentage de véhicules très peu ou non polluants dans le parc produit dépasse un seuil fixé par les autorités de régulation.

Le secteur automobile européen s'est démené pour que l'objectif de réduction soit limité à 20% et que sa réalisation soit subordonnée au nombre de véhicules électriques achetés par leurs clients.

L'exécutif européen, prenant acte des doléances des constructeurs, prévoit aussi de consacrer 800 millions d'euros comme contribution au financement d'un réseau de bornes de recharge des véhicules électriques et 200 millions supplémentaires pour soutenir le développement de batteries.

La Commission européenne est soucieuse d'établir un corpus de textes qui stimule le développement de véhicules non polluants, craignant que l'Europe ne se retrouve sur ce chapitre à la traîne de la Chine, du Japon et des Etats-Unis.

"L'industrie automobile européenne doit regagner la confiance du consommateur", a dit Miguel Arias Canete, le commissaire européen au Climat. "Nous voulons que l'industrie automobile européenne se remette dans la course à la place suprême des véhicules propres".

(Alissa de Carbonnel, Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfird Exbrayat)

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jeunretr
    08 novembre14:10

    Les mesures proposées par l'UE li sont dictées par les lobbys de constructeurs et mises en oeuvre par des politiciens serviles ou peut-être corrompus.

    Signaler un abus

  • jeunretr
    08 novembre14:09

    Les constructeurs ne cherchent pas à ce que leurs clients fassent des économies sur leur budget auto. Il veulent que les dépenses de carburant soient remplacées par des coûts d'achat ou d'amortissement (obsolescence) plus élevés.

    Signaler un abus

  • jeunretr
    08 novembre14:06

    Il suffit de diminuer de 30% le nombre de véhicules en circulation : c'est simple peu couteux mais encore faut il accepter que la consommation et le temps de travail des ménages baisse . Or le pouvoir économique ne peut envisager que ses assujetis puissent reprendre la maîtrise de leur temps et se libèrent du cycle infernal : production-consommation-pollution qui ne les rend généralement pas plus heureux. (paradoxe d'Easterlin)

    Signaler un abus

  • mlcbnb
    08 novembre13:00

    Mazda aurait déjà un moteur consommant moins de 30% d'essence. Il y aurait également dans les cartons une combustion catalytique, mais ... cela resterait pour l'instant au frais (aux frais des consommateurs)

    Signaler un abus

  • dupon666
    08 novembre12:45

    la seule electricité naturel vient des orages...on ne va pas aller loin..ou les courants telluriques peut etre

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.