Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

L'Espagne, nouveau point d'entrée principal des migrants africains
information fournie par Reuters08/07/2018 à 13:00

L'ESPAGNE, NOUVEAU POINT D'ENTRÉE PRINCIPAL DES MIGRANTS AFRICAINS

L'ESPAGNE, NOUVEAU POINT D'ENTRÉE PRINCIPAL DES MIGRANTS AFRICAINS

TARIFA, Espagne/RABAT/BRUXELLES (Reuters) - L'Espagne devient le nouveau point d'entrée principal des migrants fuyant l'Afrique à destination de l'Union européenne, au vu des chiffres portant sur les cinq premiers mois de 2018.

De janvier à mai compris, 19.000 migrants et réfugiés sont arrivés en Espagne, soit presque autant que pour l'ensemble de 2017, et, pour la première fois, plus que le nombre de ceux qui arrivent en Italie.

L'afflux s'est intensifié ces dernières semaines, le nouveau gouvernement italien, qui comprend la Ligue (extrême droite) ayant fermé les ports de la Péninsule à la majeure partie des candidats à l'asile, déclarent des responsables des opérations de secours.

Alors que l'Union européenne cherche à contenir les dissensions internes sur sa politique migratoire, certains responsables, à Bruxelles, ne cachent pas qu'ils craignent de voir l'Espagne devenir un nouveau point de tension, même si le nombre total des arrivées de migrants partant d'Afrique du Nord vers l'Europe est en net recul.

"Nous ne devons pas laisser ça éclater", dit un diplomate européen. L'itinéraire Maroc-Espagne était maintenu sous contrôle depuis des années. "Ce n'est pas catastrophique pour le moment, mais nous y prêtons davantage attention".

Les migrants arrivent chaque semaine à bord de canots pneumatiques, sans même, dans la plupart des cas, assez de carburant pour achever la traversée, et les gardes-côtes espagnols sont sous pression. Les autorités espagnoles ont entrepris de former davantage de sauveteurs pour faire face à l'accroissement des arrivées, déclarent des représentants syndicaux des gardes-côtes.

(Sonya Dowsett, Ahmed Eljechtimi et Gabriela Baczynska; Eric Faye pour le service français)

3 commentaires

  • 08 juillet23:24

    Ils ne resteront pas en Espagne ,prochaine étape et c'est facile ...La France pays des droits de l'homme et des tiroirs caisses ...