Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Juncker : « Je ne crois pas aux États-Unis d'Europe »
Le Point29/04/2019 à 15:12

Quoique l'ouest et l'est de l'Europe semblent de plus en plus s'éloigner, Jean-Claude Juncker ne remet en aucune façon en cause l'élargissement de l'Europe aux anciens pays du bloc communiste. « J'ai la conscience tranquille », déclare-t-il à l'occasion du 15e anniversaire, le 1er mai 2004, de l'élargissement de l'UE à l'Est. Il revient sur l'année 1997 où, Premier ministre du Luxembourg, il présidait le Conseil européen et plaidait pour cet élargissement contre la volonté de certains États membres. « Quelques-uns disent que c'était une erreur, mais, selon moi, c'était une opportunité unique que l'histoire nous offrait, ajoute-t-il. Pas une seule seconde, je n'ai estimé qu'il fallait abandonner ces pays [...]. Ces pays ont rempli les attentes en termes de croissance économique, ce qui est remarquable, mis en place les réformes économiques et aligné leur législation sur le droit européen en dépit de l'énorme effort requis pas seulement pour les gouvernements, mais aussi pour les peuples. »Dans une série d'entretiens accordés à la presse polonaise, slovaque, tchèque et hongroise (à paraître le 1er mai), le président de la Commission en profite pour exprimer ses vues sur tous les sujets épineux du moment : la dérive « illibérale » de certains dirigeants, dont le hongrois Viktor Orbán, les quotas obligatoires de migrants qui ont hérissé les pays du bloc de Visegrád... Il revient en particulier sur la crise des migrants de...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • kram123
    29 avril16:19

    C'est clair lui croit en petits pays riches sans fiscalité pour les riches et des pays périphériques exacerbés par les taxes empêchant toute évolution de la classe moyenne au profit des plus démunis

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer