Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Jospin et Fabius invalident le dernier député socialiste de Haute-Garonne
Le Point19/12/2017 à 09:40

C'était « le dernier des Mohicans ». Joël Aviragnet, maire de la petite station thermale d'Encausse (700 habitants), dans le sud de la Haute-Garonne, était l'unique député socialiste du département. L'élu du Comminges fait figure de survivant : le PS comptait 9 députés sur 10 dans le département avant les élections législatives du printemps. Suppléant de Carole Delga, désormais présidente de la région Occitanie, il avait sauvé son siège pour 91 voix face à un candidat de La République en marche. Saisi par deux de ses adversaires, le Conseil constitutionnel présidé par Laurent Fabius a invalidé son élection. Lionel Jospin, autre ancien Premier ministre socialiste et élu local de Haute-Garonne, a également participé à la décision.

Les rivaux malheureux du candidat socialiste exprimaient des doutes sur sa spectaculaire remontée entre les deux tours. Nettement distancé, il avait réussi à mobiliser près de 10 000 électeurs supplémentaires et à doubler son score au second tour. « Le Conseil constitutionnel a rejeté les accusations de fraude électorale de mes adversaires politiques, jugées totalement infondées », a réagi Joël Aviragnet dans un communiqué. De fait, le Conseil ne retient que 4 des 164 cas d'émargement douteux signalés par Michel Monstsarrat, ancien rugbyman et hôtelier à Luchon, investi par le parti d'Emmanuel Macron. Et une dizaine de votes « exprimés de manière...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer