1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Benalla: Le pouvoir accuse des subalternes, l'opposition cible Macron

Reuters23/07/2018 à 19:27

BENALLA: LE POUVOIR ACCUSE DES SUBALTERNES, L'OPPOSITION CIBLE MACRON

PARIS (Reuters) - L'onde de choc de l'affaire Alexandre Benalla a continué lundi à secouer la classe politique avec les premières auditions de la commission d'enquête parlementaire qui ont vu les autorités pointer du doigt les fautes individuelles de subalternes, sans apaiser une opposition bien décidée à en découdre.

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, et le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, se sont longuement exprimés devant la commission des Lois de l'Assemblée, dotée pour l'occasion de pouvoirs d'enquête sur ce dossier à l'origine de turbulences politiques sans précédent sous le quinquennat.

Alexandre Benalla, un jeune conseiller d'Emmanuel Macron omniprésent pour tout ce qui concerne la sécurité du candidat et, dans la foulée, du président, a été filmé, coiffé d'un casque de police, en train de frapper un jeune homme et de malmener une jeune femme lors d'une manifestation le 1er mai.

"Fondamentalement, ces événements résultent de dérives individuelles inacceptables, condamnables sur fond de copinage malsain", a déclaré Michel Delpuech en visant explicitement trois policiers mis en examen dans cette affaire.

Gérard Collomb, dont une partie de l'opposition demande la démission, a lui aussi rejeté toute responsabilité en affirmant que c'était à la préfecture et à l'Elysée de prendre des sanctions -- Alexandre Benalla n'avait écopé en mai que de deux semaines de mise à pied après que l'Elysée eut été informée.

Au reproche de n'avoir saisi ni la police des polices, l'IGPN, ni la justice après avoir pris connaissance le 2 mai de l'existence d'une vidéo de la scène, le ministre de l'Intérieur estime que ce n'était pas à lui de le faire.

UNE "AFFAIRE D'ETAT, DIT L'OPPOSITION

Gérard Collomb dit avoir été prévenu dans l'après-midi du 2 mai par son directeur de cabinet, lequel aurait saisi à la fois le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, et le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda.

L'Elysée lui a dit à ce moment qu'il s'agissait "de faits inacceptables et qu'une sanction serait prise", a-t-il dit. Pour le ministre, "le problème était donc traité au niveau approprié" et dès lors il ne s'en est plus occupé.

Gérard Collomb et Michel Delpuech ont reconnu avoir croisé Alexandre Benalla, mais ont démenti toute proximité.

Ils ont défendu la pratique selon laquelle des "observateurs" - parfois des députés ou des magistrats - sont emmenés sur le parcours des manifestations pour voir comment le maintien de l'ordre se déroule. Mais s'il était normal qu'Alexandre Benalla soit équipé d'un casque, il ne devait pas arborer un brassard police ni disposer d'une radio, ont-ils dit.

Ces explications n'ont guère convaincu l'opposition, qui tient avec ce dossier un redoutable angle d'attaque.

"Nous sommes face à une affaire d'Etat, au coeur de la République, qui pose la question d'une police parallèle, qui pose la question de la régularité des procédures, qui pose la question de la dissimulation d'une affaire dont, monsieur Collomb l'a redit, l'Elysée lui-même était informée dès le 2 mai sans que rien ne se passe avant que la presse ne fasse ces révélations mercredi dernier", a dit le Républicain Eric Ciotti.

Alexandre Benalla est sorti lundi de son silence par le biais de ses avocats en affirmant qu'il avait aidé les forces de l'ordre à maîtriser "deux fauteurs de trouble qui agressaient les policiers" en marge des manifestations du 1er-Mai.

"Cette action vigoureuse mais menée sans violence n'a causé aucune blessure", écrivent-ils. "Cette initiative personnelle de Monsieur Benalla (...) sert manifestement aujourd'hui à porter atteinte à la Présidence de la République dans des conditions qui défient l'entendement".

LA REFORME DES INSTITUTIONS PARALYSÉE

L'entourage d'Emmanuel Macron a fait savoir dimanche soir qu'il jugeait "inacceptable" le comportement d'Alexandre Benalla. Un de ses proches a précisé qu'il avait demandé à Alexis Kohler, secrétaire général de la présidence, de travailler à une réorganisation des services internes et du cabinet "pour que ça ne puisse pas se reproduire".

Mais le chef de l'Etat a prolongé lundi le silence radio qu'il observe depuis que l'affaire a éclaté, et, selon Gérard Collomb, qui l'a rencontré au cours du week-end, il continue à s'occuper des affaires du pays plus que du cas Benalla.

"Le président de la République était plutôt préoccupé de l'avancement de la réforme constitutionnelle et des blocages qui pouvaient exister", a-t-il dit devant la commission d'enquête.

Mais l'affaire a déjà eu des répercussions sur la vie parlementaire : l'examen du projet de loi de révision constitutionnelle, suspendu dimanche par le gouvernement en raison des répercussions de l'affaire Benalla sur les débats à l'Assemblée, ne reprendra qu'à la rentrée.

Patrick Strzoda et Alexis Kohler seront entendus respectivement mercredi et jeudi par la commission d'enquête mise sur pied par le Sénat parallèlement à celle de l'Assemblée, qui les auditionnera également à une date encore inconnue.

Alexandre Benalla est mis en examen de cinq chefs, dont "violences en réunion", comme Vincent Crase, gendarme réserviste salarié de Larme qui se trouvait à ses côtés le 1er mai.

Les trois policiers mis en examen, un contrôleur général de la préfecture et deux commissaires suspendus depuis jeudi à titre conservatoire, sont soupçonnés d'avoir extrait illégalement puis communiqué des images de télésurveillance de la Ville de Paris montrant les scènes de la Contrescarpe à "une tierce personne" - en l'occurrence Alexandre Benalla.

(Service France, édité par Yves Clarisse)

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • passamo2
    23 juillet21:39

    On ne sait même pas son vrai nom! La seule chose: un ancien chef de clan et "cogneur" de quartier. Et le grade...va-t-il le garder, et toucher la retraite qui va avec ??

    Signaler un abus

  • passamo2
    23 juillet21:38

    On ne sait même pas son vrai nom! La seule chose: un ancien chef de clan et "cogneur" de quartier. Et le grade...va-t-il le garder, et toucher la retraite qui va avec ??

    Signaler un abus

  • ebrardpa
    23 juillet20:29

    L'école de la République , l'ascenseur social .. .......la providence qui rappelle à l'élève Macron qu'on ne joue pas impunément avec les symboles ....He Manu quand t'auras un peu réfléchi on pourras t'appeler Président .

    Signaler un abus

  • ebrardpa
    23 juillet20:14

    Mais bien sûr que c'est Macron ! Quand le symbole tient lieu de principe de gouvernance,la providence rectifie le tir : le symbole de ce lieutenant colonel de 26 ans , dont le seul fait d'arme est d'avoir tabassé des manifestants .....quand au même âge les généraux de Napoléon étaient sublimés par la gloire .

    Signaler un abus

  • ebrardpa
    23 juillet19:50

    La France veut un fusible de choix ! À la mesureDe la déferlante réglementaire et liberticide qui s'abat sur le pauvre citoyen des droits de l'homme . Liberté uniquement pour les coquins et les minorités ....Égalité uniquement pour les minoritésFraternité uniquement pour les riches Macron est jeune mais il est archaïque .

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.