1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

A380 en panne à Goose Bay : la saga continue
Le Point21/11/2017 à 14:35

Presque deux mois après l'avarie moteur d'un A380 d'Air France qui assurait la liaison Paris-Los Angeles, le réacteur défaillant GP7200 devrait pouvoir être récupéré. L'avion en panne avait atterri le 30 septembre sans encombre à Goose Bay au Labrador sur une base militaire, au milieu de nulle part. L'enquête technique a été déléguée au Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) par les autorités danoises, l'accident ayant eu lieu au-dessus du Groenland, territoire administré par Copenhague. Des pièces perdues en vol de la partie avant du moteur ont été récupérées ? difficilement ? sur la banquise. À Goose Bay, une équipe de mécaniciens d'Air France, d'Airbus et d'Engine Alliance (la coentreprise de General Electric et Pratt & Whitney) ont démonté la partie du moteur restée accrochée sous l'aile.

Pour transporter un seul moteur du plus gros avion civil au monde, un des plus gros avions-cargos existants est nécessaire. Jeudi, on pourra apercevoir à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle près des hangars de maintenance d'Air France un Antonov An-124 d'Antonov Airlines. Ce quadriréacteur de près de 400 tonnes au décollage va y embarquer un moteur GP7200 à destination Goose Bay. Là-bas, il va charger le réacteur défaillant pour l'acheminer à Cardiff au centre de maintenance de General Electric qui dispose de l'outillage et des experts nécessaires aux investigations techniques de l'enquête. Les pièces tombées au sol...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer