1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Debrief Bourse du 13 mai : de sérieux doutes sur la reprise

Boursorama13/05/2020 à 18:54

L'enthousiasme a donc laissé place à l'anxiété. Après l'avoir guetté sans relâche, les investisseurs craignent désormais que le déconfinement ait été trop rapide et s'inquiètent d'une deuxième vague. Cette dernière serait évidemment synonyme de l'aggravation de la crise économique. 

En outre, ils s'interrogent sur les réponses que pourraient alors apporter les gouvernements et les banques centrales qui ont déjà dégainé des milliards d'euros ou de dollars ....Et, on ne peut pas dire que Jérome Powell, le président de la Fed se soit montré très rassurant. L'économie américaine pourrait connaître une « période prolongée » de croissance faible conjuguée à une stagnation des revenus, a t-il dit. Mais les investisseurs ont surtout retenu ce qu'ils craignaient déjà :  la Fed n'envisage pas de recours aux taux négatifs.

Résultat les marchés continuent de s'enfoncer dans le rouge. La Bourse de New-York recule à l'ouverture. Et le CAC 40 termine la journée à -2,85% à 4344 points. 

La quasi totalité des valeurs qui composent l'indice parisien ont terminé dans le rouge.

Renault a bien tenté de se hisser parmi les hausses du jour avant de basculer avant la clôture. Hermes est donc la seule valeur de l'indice en territoire positif : +0,48%.

Unibail-Rodamco est lanterne rouge du CAC 40 -8,03%, suivi par ArcelorMittal -8% et Publicis -7,71%. 

A noter dans l'actualité des valeurs, 

L'Oréal qui recule de 3,12% après l'annonce de sa décision de ne finalement pas relever son dividende 2019. 

Sur le SBF 120, l'action du laboratoire vétérinaire Virbac grimpe d'un peu plus de 11%. Meilleure performance de l'indice. Les investisseurs saluent la cession de sa filiale américaine Sentinel au laboratoire pharmaceutique Merck and Co pour 400 millions de dollars. Une opération qui permet au laboratoire vétérinaire d'alléger sa dette. 

L'action de Scor est également bien orientée +2,20%. Il faut dire que les spéculations vont bon train après la décision de son actionnaire Covéa de renoncer à l'acquisition du réassureur Partner Re. Cela pourrait être le signe d'une éventuelle nouvelle offre de Covéa sur Scor, estiment des analystes. 

Eiffage a tenté de résister mais termine en recul un peu plus de 2%. Le groupe de BTP a publié hier des résultats en baisse pour le premier trimestre avec un chiffre d'affaires en recul de 4,3% à 3,75 milliards d'euros. Le carnet de commandes du groupe reste toutefois important, souligne JP Morgan. JC Decaux recule de  3,55% après avoir annoncé hier un recul de 13,9% de son chiffre d'affaires au premier trimestre. 

La société d'investissement Eurazéo enregistre quant à elle la plus forte baisse du SBF 120 : -9,74%. 


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer