Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Prendre sa retraite à 40 ans grâce au frugalisme: comment faire?
Dernière mise à jour le : 27/10/2021

Le frugalisme permettrait de prendre une retraite avant l’heure. crédit photo : VH-studio/Shutterstock / VH-studio

Le frugalisme permettrait de prendre une retraite avant l’heure. crédit photo : VH-studio/Shutterstock / VH-studio

Le frugalisme : ce nouveau concept à la mode est censé nous permettre de prendre une retraite anticipée, voire très anticipée. Il suffirait de dépenser le moins possible et d’investir tous ses revenus dans l’immobilier pour devenir riche. Cette recette n’est pas si simple à mettre en œuvre.

Sommaire:

  • Vivre de ses revenus d’épargne: est-ce possible?
  • Comment devenir frugal
  • Rentabiliser ses achats et déplacements
  • Investir dans l’immobilier

Vivre de ses revenus d’épargne: est-ce possible?

Après la société de consommation, les nouvelles générations sont tentées par un nouveau concept, celui de frugalité. Il consiste tout simplement à limiter au maximum sa consommation afin de dégager une épargne conséquente à savoir a minima un tiers de ses revenus voire dans les cas extrêmes la moitié de ses revenus. Cette épargne étant ensuite placée dans l’immobilier afin de se constituer un capital et des revenus locatifs qui puissent à terme remplacer un salaire.

Comment devenir frugal

Pas si simple d’épargner un tiers voire la moitié de ses revenus en particulier lorsque ceux-ci sont limités. Il faut alors jouer sur tous les leviers possibles et faire preuve de créativité. Devenir frugal suppose dans un premier temps de passer toutes ses dépenses au crible et d’évaluer celles qui sont indispensables et celles qui sont superflues.

Il convient ensuite de renégocier un certain nombre de prix ou d’abonnements: sélectionner par exemple l’ opérateur téléphonique le moins cher, revoir son fournisseur d’électricité … Il faut également privilégier les produits d’occasion. L’alimentation doit aussi passer par du «fait maison» qui revient moins cher que les restaurants, traiteurs et certains produits transformés. Un «fait maison» qui peut concerner tous les biens, il est en effet souvent possible de les réparer au lieu de les jeter. Un être frugal doit ainsi être aussi un bon cuisinier et un bon bricoleur.

Rentabiliser ses achats et déplacements

Il convient d’utiliser au maximum l’économie circulaire, à savoir revendre tout ce qui n’est pas nécessaire. La plupart des biens en notre possession peuvent aussi être loués: c’est le cas de son appartement lorsqu’on part en week-end, et aussi de sa voiture ou encore de ses outils. Il est également possible de rentabiliser ses déplacements en s’inscrivant sur des sites de covoiturages.

Investir dans l’immobilier

Cette épargne dégagée doit être investie. Si les adeptes de la frugalité placent peu de capitaux sur les marchés financiers, ils sont en général friands d’immobilier. Dans un contexte de taux bas, il est possible avec un apport d’acheter un bien à crédit et de faire en sorte que le loyer rembourse les mensualités liées à l’emprunt. Au bout de 10 ou 15 ans, le bien rapporte un loyer qui sert de revenu.

A savoir

Il est possible de recourir aux services d’un coach spécialisé en frugalisme qui met en place un programme d’accompagnement et définit une stratégie en vue d’atteindre l’horizon doré souhaité.

De très nombreux ménages multiplient ainsi les investissements locatifs afin de se constituer un capital et des compléments de revenu, voire des revenus se substituant au salaire. En s’y prenant tôt, il est alors possible d’arrêter de travailler à 40 ans voire 50 ans. Mais pour cela, sachant qu’un studio se loue entre 450 et 1000 euros, cela suppose une retraite frugale. En outre, il faut avoir à l’esprit qu’aux alentours de la soixantaine, de potentiels soucis de santé peuvent émerger, qui occasionnent des dépenses peu compressibles.

Annonces immobilières