1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Première colocation: quels sont les pièges à éviter?
Dernière mise à jour le : 06/05/2020

Dmytro Zinkevych/Shutterstock / Dmytro Zinkevych

Les avantages la colocation sont nombreux. Prenez garde cependant à éviter quelques pièges. La colocation n'est pas seulement réservée aux étudiants. De nombreux jeunes actifs optent également pour ce mode de vie. Selon une étude d'Appartager et SeLoger, l'âge moyen des colocataires est de 27 ans en France, avec un loyer moyen de 461 euros par chambre.

Sommaire:

  • Colocation: prenez garde aux arnaques
  • Colocation: étudier le bail de colocation
  • Choisissez bien votre ou vos colocataire(s)

Colocation: prenez garde aux arnaques

Les arnaques sont nombreuses. C'est le premier point à avoir en tête, comme pour les locations classiques. Restez encore plus sur vos gardes avec la colocation. Même si votre interlocuteur vous y presse, n'envoyez jamais d'argent avant la signature du bail, notamment via mandat international.

Prenez également garde aux «colocation contre services». Ces offres peuvent exister et être tout à fait sérieuses: par exemple un senior ou une famille souhaitant de l'aide en échange d'une chambre. Toutefois les «services» demandés peuvent être illégaux (prostitution déguisée) ou bien l'échange peut être inéquitable, par exemple si l'aide attendue est disproportionnée par rapport à l'annonce ou ce qui avait été convenu au départ.

Colocation: étudier le bail de colocation

Refusez toute colocation si le bail n'inclut pas explicitement votre nom. S'il y a le moindre problème, vous n'aurez aucune protection légale. Votre nom, prénom et signature doivent être bien présents dans le bail. Prenez garde également à la «clause de solidarité»: concrètement, si l'un des colocataires cesse de payer, le propriétaire peut se retourner vers vous pour obtenir l'intégralité de son loyer.

L'idéal est de signer un bail individuel, surtout si vous ne connaissez pas vos colocataires: un contrat par locataire et une chambre attribuée nominativement (au minimum 14 m2 dans ce cas). Ici, pas de solidarité avec les autres en cas de non-paiement, chacun est responsable de sa part.

Pour l'appartement en lui-même, il est toujours préférable que chacun dispose de sa propre chambre fermée, en plus d'un espace commun partagé. Evitez au maximum les chambres en enfilade car elles ne vous permettront pas de conserver votre intimité.

Choisissez bien votre ou vos colocataire(s)

Le choix de votre ou vos colocataires est le point principal à prendre en compte. Vous devrez vivre au quotidien avec lui/elle/eux... Faites le point sur vos propres traits de caractère, afin de voir si l'ambiance des lieux vous correspond: êtes-vous plutôt fêtard ou casanier? Très rangé ou plus «bordélique»? Attendez-vous une vraie camaraderie et une vie commune, ou une simple cohabitation?

Prenez le temps de discuter avec votre futur colocataire, pour comprendre comment il vit, ce qu'il attend de cette relation, ses habitudes, sa gestion du quotidien et des tâches ménagères, son autonomie financière... En résumé prenez bien en compte tous les éléments susceptibles de créer des conflits par la suite.

Calculez le montant votre crédit immobilier

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer