Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Obtenir un prêt immobilier lorsqu’on est en CDD, c’est possible
Dernière mise à jour le : 12/10/2021

Souscrire un crédit immobilier lorsqu’on est en CDD est possible, mais loin d’être aisé crédit photo : GettyImages

Souscrire un crédit immobilier lorsqu’on est en CDD est possible, mais loin d’être aisé crédit photo : GettyImages

En matière d’immobilier, les taux d’intérêt restent au plancher, ce qui devrait théoriquement faciliter l’accès à la propriété. Pour autant, les banques continuent de privilégier les emprunteurs disposant d’un Contrat à Durée Indéterminée (CDI). Pour les salariés en Contrat à Durée Déterminée (CDD), au contraire, l’achat à crédit d’un appartement ou d’une maison s’avère très compliqué. Mais pas impossible dans certains cas et pour certains profils spécifiques.

Sommaire:

  • Crédit immobilier: un CDI est-il obligatoire pour l’obtenir?
  • Savoir rester mesuré dans son projet
  • Stabilité et ancienneté dans l’emploi sont requises
  • Ne pas oublier de prendre en compte l’intégralité des revenus
  • Un apport personnel important est toujours apprécié
  • Aucun passif bancaire n’est accepté
  • Emprunter à deux constitue un atout
  • Disposer d’un solide garant peut faire la différence
  • Faire appel à un courtier spécialisé

Crédit immobilier: un CDI est-il obligatoire pour l’obtenir?

Être employé en Contrat à Durée Indéterminée (CDI) constitue un véritable atout en matière d’immobilier. Quoi de mieux, en effet, que de disposer de revenus récurrents et prévisibles pour rassurer un bailleur, dans le cadre d’une location, ou un banquier, lorsqu’il s’agit de souscrire un crédit?

Pour les candidats à l’achat immobilier s’engageant sur de longues années de remboursement, le CDI est donc considéré comme un véritable sésame même s’il ne saurait, à lui seul, garantir le feu vert des organismes de crédit.

CDI: quelques chiffres

Selon la DARES (Direction de l’Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques), la part des CDI dans l’ensemble des actifs s’élevait à 75% en 2019. En dix ans, cette proportion a reculé de 5 points de pourcentage. Toutefois, sur une durée plus longue, la part des CDI au sein de la population active paraît relativement stable. Sur la même année de référence, 87% des nouvelles embauches ont été faites dans le cadre d’un CDD. Cette proportion s’accroît année après année. De fait, la part des jeunes “exclus” de l’accès à la propriété augmente, ce qui pose un évident problème sociétal dont les politiques peinent à se saisir.

Dès lors, les salariés en Contrat à Durée Déterminée (CDD), les intermittents du spectacle et les intérimaires peuvent-ils seulement imaginer devenir propriétaires? S’ils ne sont pas d’emblée exclus du marché de la pierre, leur situation est d’évidence bien plus complexe. Et leur chance de réussite très réduite. Pour espérer obtenir un crédit immobilier et donc accéder à la propriété, ils devront présenter un dossier en tout point irréprochable et se montrer sous leur meilleur jour.

Emprunt et CDI

La part des emprunteurs “hors CDI” n’a de cesse de décroître, année après année. Selon les données compilées par le courtier Vousfinancer, seul 1,2% des candidats à l’emprunt sans CDI est parvenu à obtenir un prêt immobilier en 2020. Contre 1,3% en 2019 et 1,7% en 2017.

Savoir rester mesuré dans son projet

Lorsqu’on présente un dossier de financement considéré comme difficile, ne pas viser trop haut peut souvent être perçu comme une preuve de maturité. Ce qui est donc vu par les banques comme un élément positif. Par conséquent, rien ne sert en cette matière de vouloir obtenir le financement immobilier le plus important. Au contraire, même.

N’hésitez pas, avant de déposer un dossier, à évaluer vos capacités de remboursement de manière restrictive, sans vous faire le moindre cadeau. Et, dans le même temps et la même logique, à retenir la borne haute des prix de l’immobilier pour la zone ciblée. Cela devrait vous amener à revoir vos ambitions à la baisse et donc à faciliter votre accès au crédit immobilier. Généralement, le prix d’un bien est fonction de sa localisation et de sa surface. Vous pouvez donc augmenter vos chances de décrocher un prêt immobilier en vous éloignant des zones très recherchées et/ou en visant une superficie plus réduite.

Stabilité et ancienneté dans l’emploi sont requises

Il est inutile d’y aller par quatre chemins. Si vous venez de signer votre premier CDD, vous n’avez aucune chance d’obtenir un crédit immobilier. L’ancienneté et la stabilité de votre statut en matière de travail sont les premiers éléments pris en compte par les organismes de crédit et les établissements bancaires.

Par ailleurs, dans le cadre d’un CDI, trois années d’ancienneté à poste et rémunération identiques sont exigées, au minimum. Pour une banque, cela prouve en effet que votre secteur d’activité recrute, que vous êtes facilement employable et donc en mesure de rembourser votre emprunt. C’est là un élément essentiel, mais qui ne saurait suffire la plupart du temps.

Ne pas oublier de prendre en compte l’intégralité des revenus

Toutes les sources de revenus doivent être répertoriées dans votre dossier de financement. Par conséquent, vous pouvez avoir un emploi considéré comme précaire (CDD, intérim), mais disposer d’autres revenus, par exemple des revenus locatifs. Être déjà propriétaire constitue assurément un atout, car cet élément rassure les banques. Dans ce cas, il n’est pas rare de les voir “baisser la garde”, quitte à ne pas respecter le plafond du ratio d’endettement maximum généralement admis.

Les pensions alimentaires doivent également être intégrées à vos revenus, mais seulement si celles-ci doivent encore être versées pendant une période cohérente avec la durée de remboursement du crédit.

Les secteurs qui recrutent le plus en CDD et en intérim

Selon Synergie/Jobfeed, le recrutement en CDD est très majoritaire dans les métiers suivants: garde d’enfants, infirmier, aide-soignant, vendeur, agent d’entretien, serveur, assistant administratif, ouvrier d’entretien des espaces verts, auxiliaire de vie et employé libre-service. Dans l’intérim, les caristes, préparateurs de commandes, conducteurs de poids lourds et de super poids lourds, manutentionnaires, agents de production, électriciens, techniciens de maintenance, magasiniers et maçons étaient particulièrement recherchés. L’épidémie de la Covid-19 a assez peu modifié la situation du marché de l’emploi et le recours au CDD.

Un apport personnel important est toujours apprécié

Compte tenu de la difficulté à obtenir un crédit immobilier lorsqu’on est employé en CDD, disposer d’un apport personnel est un avantage qui peut vous permettre de faire la différence. Votre apport doit au moins couvrir 10% du montant de la somme empruntée, preuve que vous avez été capable de bien gérer votre budget et donc d’épargner. Ou bien de ne pas dilapider une donation ou un héritage, même de petite taille. Évidemment, plus votre apport sera important, plus vous augmenterez vos chances d’obtenir un crédit immobilier.

Aucun passif bancaire n’est accepté

Dans votre dossier d’emprunteur, certains éléments a priori anodins peuvent faire basculer la balance du bon ou du mauvais côté. Donc des comptes bancaires bien tenus dans la durée, c’est-à-dire sans incidents de paiement, témoignent de votre sérieux et de vos capacités à gérer convenablement vos dépenses. C’est là un nouvel élément à même de rassurer les banques et en mesure de faire oublier le “risque” inhérent à votre statut.

Emprunter à deux constitue un atout

Votre conjoint est employé en CDI? Souscrire un crédit à deux permet d’améliorer votre profil d’emprunteur. Pour autant, votre statut d’employé en CDD va être regardé de très près. De fait, la stabilité et l’ancienneté de votre statut, l’intégralité de vos revenus, le montant de votre apport personnel et votre historique bancaire restent discriminants. Faute de quoi la capacité d’emprunt de votre ménage sera étudiée sur la seule base des revenus de votre conjoint. Dans le cas d’un emprunt “sur deux têtes”, ne faites pas l’erreur de vous montrer trop gourmand.

Disposer d’un solide garant peut faire la différence

Pour obtenir un crédit immobilier, il est nécessaire de rassurer les établissements bancaires sur vos capacités d’emprunt. Même si votre profil sort du lot, la présence d’un garant est un élément qui peut vous permettre de faire la différence. Donc en cas de défaillance ponctuelle de votre part à rembourser vos traites, ce dernier se substituera à vous. Évidemment, votre garant doit afficher un profil très solide et bien meilleur que le vôtre.

Faire appel à un courtier spécialisé

Si vous êtes employé en CDD, il est également recommandé, pour plus d’efficacité, de faire appel à un courtier spécialisé plutôt que de se lancer dans “une tournée des banques” avec votre dossier sous le bras.

En effet, ce spécialiste du crédit immobilier vous sera d’une précieuse utilité et ce, à toutes les étapes de votre parcours. Tout d’abord parce qu’il sera en mesure d’identifier les faiblesses et les forces de votre profil d’emprunteur, ce qui vous permettra éventuellement d’améliorer le contenu de votre dossier. Et peut-être même de modifier vos critères de recherche (localisation, superficie). En contact permanent avec les établissements de crédit, il saura vers quelle banque vous diriger et vous en ouvrir les portes. Attention, le dernier mot en matière de crédit immobilier revient évidemment au prêteur, c’est-à-dire à l’établissement bancaire.

Un durcissement des conditions d’octroi qui tombe mal

À compter du 1er janvier 2022, les banques vont être contraintes d’être plus rigoureuses dans l’octroi des crédits immobiliers. Évidemment, cela ne va pas faire l’affaire des dossiers les plus fragiles comme ceux déposés par les salariés en CDD. Les recommandations du Haut Conseil à la Stabilité Financière (HCSF) en matière de crédit immobilier devront à cette date être respectées à la lettre. D’ailleurs, tout manquement exposera les établissements de crédit à des sanctions. Les banques devront expressément veiller à ce que les mensualités de remboursement ne dépassent pas 35% des revenus de l’emprunteur pour une durée de prêt obligatoirement inférieure à 25 ans (27 ans en cas d’acquisition dans le neuf). Ces “bonnes pratiques” faisaient jusque-là l’objet de simples recommandations, ce qui conduisait nombre d’établissements à s’en affranchir.

Annonces immobilières