Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Assurance-vie: comprendre les fiches produits pour investir efficacement
Dernière mise à jour le : 25/02/2022

Les assureurs proposent différents outils pour sélectionner les supports en unités de compte adaptés au profil et aux convictions des épargnants crédit photo : GettyImages

Les assureurs proposent différents outils pour sélectionner les supports en unités de compte adaptés au profil et aux convictions des épargnants crédit photo : GettyImages

Ces dernières années, l’offre des assureurs en matière d’unités de compte pour les contrats d’assurance-vie s’est considérablement étoffée. Beaucoup d’épargnants s’y perdent même s’il existe des outils et des indicateurs pour y voir plus clair. Ils permettent notamment de comparer les performances des fonds pour faire des choix adaptés entre les différents supports, tout en tenant compte de votre profil d’investisseur et de vos convictions.

Sommaire:

  • Assurance-vie: bien se connaître pour bien gérer ses unités de compte
  • Les quatre principales catégories d’unités de compte
  • Comparer les unités de compte sur Internet pour “faire jouer” la concurrence
  • Analyser l’historique des performances à l’aune de la valeur liquidative et de la volatilité
  • Performance des unités de compte: trois indicateurs pour y voir plus clair
  • En savoir plus:

Assurance-vie: bien se connaître pour bien gérer ses unités de compte

Pour gérer au mieux votre contrat d’assurance-vie , vous devez rester attentif à votre profil d’investisseur et, notamment, à la part de risque à allouer à votre épargne. En effet, en investissant dans les unités de compte de votre contrat d’assurance-vie, votre capital n’est pas garanti. C’est un des éléments clés de toute stratégie efficace dans la durée.

Lorsque vous sélectionnez des supports risqués tels que les unités de compte, il convient d’agir de manière réfléchie. Comme pour un portefeuille d’actions, vous réalisez des achats, des arbitrages et des ventes. Vous devez donc identifier les supports les plus adaptés à votre profil, et à vos convictions d’investisseur. La gestion des unités de compte d’un contrat d’assurance-vie nécessite d’acquérir quelques connaissances et de prendre le temps d’établir votre propre analyse pour affiner vos choix personnels.

À savoir

S’il n’y a pas de risque à investir sur le fonds en euros de votre contrat d’assurance-vie, il en est autrement pour les unités de compte . Les supports en unités de compte comportent un risque de perte en capital, puisque leur valeur est dépendante des fluctuations des marchés financiers (à la hausse, comme à la baisse). En effet, l’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte et non sur leur valeur. La part recommandée dépend de votre âge, de votre horizon de placement, de vos connaissances financières, de votre projet et de votre sensibilité au risque.

Les quatre principales catégories d’unités de compte

Les assureurs proposent de très nombreux supports en unités de compte, parfois même plusieurs centaines pour les contrats gérés sur Internet. Ces supports sont répartis en quatre grandes catégories:

  • Les fonds en actions. Il s’agit de la catégorie d’unités de compte la plus représentée dans les contrats. Ils sont composés de titres dont la valorisation peut progresser comme chuter. La prise de risque est élevée et le potentiel de performance important. Il est recommandé de détenir les fonds en actions dans le temps (au moins 5 ans) pour lisser les inévitables creux de marché. Des fonds en actions peuvent être proposés par spécialité: grandes capitalisations, moyennes et petites valeurs, thématique géographique, thématique sectorielle, type de gestion…
  • Les fonds obligataires. Ils sont investis en dettes d‘État et/ou d’entreprise. Ils affichent généralement une performance relativement stable et régulière, mais peu élevée. Celle-ci dépend du niveau des taux d’intérêt, eux-mêmes étant liés au profil plus ou moins risqué de l’émetteur. Plus le risque d’un investissement est élevé, plus la rentabilité potentielle peut également l’être.
  • Les fonds diversifiés. Ils sont investis dans plusieurs classes d’actifs simultanément: des actions, des obligations d’État et/ou d’entreprise, voire parfois des matières premières comme l’or ou l’argent. Les fonds diversifiés proposent un niveau de risque plutôt maîtrisé et se placent ainsi “entre” les fonds en actions et les fonds obligataires en termes de potentiel de performance.
  • Les fonds immobiliers . Il s’agit d’investir dans la “pierre papier”, c’est-à-dire dans des parts de SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier) ou d’OPCI (Organismes de Placement Collectif Immobilier). Compte tenu de l’évolution des marchés immobiliers, cette catégorie d’unités de compte présente généralement moins de risques que les fonds en actions.

À savoir

De plus en plus de contrats permettent d’investir sur des trackers (ou ETF). Il s’agit d’une piste à étudier pour diversifier vos placements. Les trackers proposés par les assureurs sont généralement à thématique géographique et investis dans des actions. Leur performance se calque sur celle de leur indice de référence comme, par exemple, sur le CAC40 à Paris, l’Euro Stoxx en Europe ou le S&P 500 aux États-Unis.

Comparer les unités de compte sur Internet pour “faire jouer” la concurrence

Tous les assureurs proposent sur leur site Internet un outil permettant de sélectionner facilement les supports en unités de compte et autres Organismes de Placements Collectifs (OPC). Ces derniers sont proposés dans leurs contrats en fonction de leur catégorie et selon plusieurs critères.

Lorsque vous hésitez entre investir dans de grandes valeurs américaines ou de petites capitalisations asiatiques, le sélecteur vous permet de comparer les “fiches produits” des différents supports proposés. Vous pouvez ainsi choisir votre placement en toute connaissance de cause. Il est même possible de comparer des fonds entre différents assureurs, puisque tous sont tenus de présenter les unités de compte de manière similaire (chiffres clés, statistiques comparables, graphiques historiques et liens vers les documents réglementaires téléchargeables).

Vous pouvez ainsi consulter les performances des fonds de plusieurs assureurs qui, selon leurs objectifs et leur mode de gestion, vont proposer des offres très différentes. Par exemple, des unités de compte spécialisées dans les grandes valorisations européennes. Ou d‘autres focalisées sur les petites et moyennes entreprises du secteur des télécoms. Ou encore des fonds dédiés aux sociétés de croissance ( growth ) dans le domaine de la transition écologique…

Très souvent, la performance du fonds peut être comparée à un indice de référence. Pour une durée d’investissement recommandée (5 ans, par exemple), il est donc possible de comparer la performance du fonds géré de manière active par rapport à celle d’un indice. Vous pouvez ainsi comparer leur performance avant de choisir votre placement.

À noter

Un OPC (Organisme de Placement Collectif) est parfois appelé “fonds” ou “unité de compte” dans le cadre de la gestion de l’assurance-vie. Ce peut être une SICAV (Société d’Investissement à Capital Variable) ou un FCP (Fonds Commun de Placement).

Analyser l’historique des performances à l’aune de la valeur liquidative et de la volatilité

La Valeur Liquidative (ou VL) est le dernier cours connu pour un support. C’est le prix à payer en euros pour acheter une part entière d’un fonds. La VL est établie chaque jour ou une fois par semaine pour les supports immobiliers comme les SCPI ou OPCI. Pour évaluer les performances d’un fonds dans la durée, il est primordial d’étudier la manière dont sa Valeur Liquidative a évolué dans plusieurs intervalles de temps. Ainsi, un fonds peut avoir été très dynamique pendant trois mois, mais afficher une performance très décevante pour une période plus longue.

À noter

“Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.” Cet avertissement récurrent ne doit pas être négligé par les investisseurs. En effet, un fonds peut avoir surperformé l’année écoulée, puis afficher des rentabilités inférieures l’année suivante. D’une manière générale, il est difficile de battre durablement un indice de référence, conformément à la théorie dite de “l’efficience des marchés financiers”.

La volatilité est une autre caractéristique des fonds à étudier de près. Elle mesure l’amplitude des variations de la Valeur Liquidative, c’est-à-dire l’écart type mathématique pour plusieurs périodes (souvent entre 1 et 5 ans). Une volatilité élevée témoigne d’un risque important d’irrégularités dans la performance d’un fonds. Avec à la clé une espérance de gains (mais aussi un risque de pertes) importante par rapport à un autre fonds plus “calme”. Inférieure à 15%, la volatilité présente un risque mesuré. Au-delà de 20%, le niveau de risque est considéré comme très élevé.

À noter

Mesurez les risques pris pour votre épargne. Après avoir respecté la partition recommandée entre fonds en euros et unités de compte dans le cadre de votre contrat d’assurance-vie, il est tout aussi important de rester attentif à l’évolution du niveau de risque des fonds sélectionnés.

Performance des unités de compte: trois indicateurs pour y voir plus clair

La notation Morningstar™ est une référence pour mesurer la performance de vos unités de compte. Pour chaque unité de compte, elle affiche la performance réalisée dans sa catégorie, pondérée par le niveau de risque, la volatilité et les frais. Les notes s’échelonnent d’1 à 5 étoiles.

Le profil de risque DICI est, quant à lui, noté de 1 à 7. Il mesure le risque de manière standard au sein de l’Union européenne. Plus le chiffre est grand, plus le risque (donc le potentiel de gain associé) est élevé.

Le ratio de Sharpe évalue, de son côté, la performance d’un fonds par rapport à un actif sans risque. Pour cela, il prend en compte le critère de volatilité. Plus le ratio est élevé, plus la gestion du fonds est considérée comme performante au regard de ses caractéristiques passées. Lorsque le ratio est supérieur à 1, le placement est considéré comme judicieux. À l’inverse, lorsque le ratio est compris entre 0 et 1, la prise de risque apparaît comme élevée pour une rémunération potentielle faible.

En savoir plus:

Assurance-vie: les huit conseils pour bien gérer votre contrat

Assurance-vie: définir et actualiser votre profil d’investisseur

Annonces immobilières