Retraite : la France pénalisée par sa fiscalité et par les taux bas

La France n'est pas la mieux classée en matière de retraite. (Crédits:Pixabay)

Malgré un système de santé performant et une bonne qualité de vie, l'Hexagone reste handicapé par sa fiscalité et des inégalités économiques et sociales croissantes. C'est l'un des enseignements du dernier indice publié par Natixis Investment Managers.

La réforme du régime des retraites va être le prochain grand chantier du gouvernement. Mais comment se classe le système français au niveau international ? C'est tout l'intérêt de l'indice mondial des retraites (Global Retirement Index), publié par Natixis Investment Managers. Crée en 2013, il compare 43 pays en tenant compte de critères qui englobent à la fois le financement des retraites mais aussi du bien-être matériel des retraités, de leur qualité de vie et de leur santé.

La France bien classée grâce à son système de santé

Selon l'édition 2018, Les pays en tête du podium sont la Suisse, suivie de l'Islande et de la Norvège. La France se classe en 21e position. Soit deux places de moins qu'il y a un an.  Une position médiane qui illustre les points forts et les points faibles du pays. Parmi les atouts, l'indice met en avant l'efficacité du système de santé (qui permet à la France d'être dans le peloton de tête en 2e position). L'Hexagone est également en bonne position en matière de qualité de vie (16e du classement). « La qualité de vie profite de la hausse des sous-indicateurs sur la qualité de l'air et le bonheur, mais également de ses bons scores sur la biodiversité et l'environnement. » L'indice met également en avant une progression de l'espérance de vie et une bonne couverture santé.

Trop de pression fiscale et un contexte mondial peu favorable

Parmi les points négatifs, le pays souffre d'une pression fiscale trop forte et d'un endettement trop important. « Du côté du bien-être matériel, la France pâtit de ses mauvais scores en termes de revenu par habitant, d'égalité de revenu et de taux de chômage », précise l'indice. Il signale également que la conjoncture mondiale dix ans après la crise de 2008 n'a pas aidé. « Les mesures pour stabiliser le système financier mondial et sortir de la récession ont fragilisé la pérennité du financement des retraites dans le monde entier. La faiblesse des taux a, en particulier, rendu l'épargne plus coûteuse, à la fois pour les retraités eux-mêmes et pour les organismes de financement des retraites », analyse l'indice.

A. L. ( redaction@boursorama.fr)

L'article sur boursorama.com
Le présent article est rédigé par Boursorama. Cet article ne doit en aucun cas s'apparenter à un conseil en investissement ou une recommandation d'acheter, de vendre ou de continuer à détenir un investissement. Boursorama ne saurait être tenue responsable d'une décision d'investissement ou de désinvestissement sur la base de cet article.