1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Theresa May, nouvelle victime de la malédiction de l'Europe
Le Point24/05/2019 à 11:40

Les quatre derniers chefs du gouvernement tory ont tous été victimes de la profonde discorde idéologique au sein de la droite entre « eurosceptiques » et « europhiles ». Si les questions européennes en tant que telles intéressent peu l'électorat, la problématique a servi de catalyseur explosif au sein du parti fondé en 1834. Alors que le groupe parlementaire est majoritairement favorable à l'intégration européenne, la base est plutôt eurosceptique.Si l'unique « poll tax » a été le déclencheur de la chute de Margaret Thatcher (1979-1990), la Dame de fer est tombée en raison des divisions au sein de son gouvernement sur la construction européenne. Isolée au sein de son cabinet tout comme à Bruxelles, défiée avec succès par l'européiste Michael Heseltine dans la course au leadership du parti, la formidable « Mrs T » a été contrainte de quitter la scène. Son successeur, John Major (1990-1997), a été confronté à l'épuisante bataille de la ratification de justesse du traité de Maastricht et aux embuscades permanentes de son aile eurosceptique. Résultat, malgré une économie qui se porte comme un charme, le chef du gouvernement a été battu à plates coutures par le Parti travailliste recentré et uni sous la bannière de Tony Blair.David Cameron (2010-2016) a dû jeter l'éponge à la suite de la victoire-surprise du « Leave » lors du référendum du 23 juin 2019 portant sur l'adhésion à l'UE. Il avait convoqué cette...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer