1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retraites: Le gouvernement à la recherche d'un compromis, dit Delevoye
Reuters06/12/2019 à 14:20

RETRAITES: LE GOUVERNEMENT À LA RECHERCHE D'UN COMPROMIS, DIT DELEVOYE

PARIS (Reuters) - Le gouvernement est en quête d'"un compromis" entre le respect des régimes spéciaux et les décisions qu'il compte prendre pour mener à bien une réforme "essentielle" des retraites, a déclaré vendredi le haut-commissaire aux retraites.

S'exprimant devant la presse à la suite du 27e Congrès de l'UNAPL, à Paris, Jean-Paul Delevoye a confirmé qu'il recevrait lundi l'ensemble des organisations syndicales pour faire la synthèse des concertations sur le projet de réforme gouvernemental, dont le calendrier d'application, a-t-il précisé, est un élément de discussion.

"Lundi dans l'après-midi - les invitations doivent être en train d'être lancées -, je recevrai la totalité des organisations syndicales afin de faire le point", a-t-il dit, alors que l'intersyndicale a appelé vendredi matin à une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 10 décembre.

"Nous aurons à coeur d'apporter des réponses à ces interrogations et ces inquiétudes" qui se sont exprimées jeudi, a assuré le haut-commissaire, évoquant notamment les préoccupations sur la valeur et l'indexation du point dans le futur système universel de retraites.

"On a tous oublié ça, les régimes complémentaires par points ont été un élément extrêmement puissant pour réduire de façon assez considérable la précarité et la pauvreté chez les personnages âgées à partir des années 60", a-t-il souligné.

"CE PAYS A BESOIN DE CALME"

"L'opinion elle-même adhère à cette logique du point, qui est plus lisible, qui vous permet de pouvoir suivre vos parcours professionnels, qui permet de ne plus avoir de droits perdus", a avancé Jean-Paul Delevoye, qui communiquera également lundi aux syndicats une synthèse des contributions aux plateformes citoyennes sur la réforme.

"Nous allons proposer le système par répartition le plus élevé en termes de plafond de tous les pays développés de l'OCDE", a-t-il fait valoir.

Pour le haut-commissaire, "on a un compromis à trouver entre le respect d'un contrat que certains estiment remis en cause au sein d'un certain nombre d'entreprises (...) et des décisions qu'il nous faut prendre parce que ce projet est important, essentiel pour l'avenir de nos générations."

Interrogé sur les marges de négociation, il a confirmé que l'idée d'un report de la mise en oeuvre de la réforme - fixée dans le rapport du haut-commissaire au 1er janvier 2025 pour la génération née en 1963 - était "en discussion", comme l'avait annoncé le Premier ministre Edouard Philippe.

"Il ne vous a pas échappé que c'était possible que ça concerne les générations plus tard, ça fait partie de mon rapport", a-t-il précisé.

Jean-Paul Delevoye s'est également dit "attentif" à trouver le "juste équilibre" financier pour la réforme, alors que la CFDT a mis en garde contre une refonte purement paramétrique.

"Il y a un certain nombre de simulations qui sont un peu à charge. Il y a des arguments qui ont été développés qui ne sont pas justes, qui ne sont pas fondés", a déploré le haut-commissaire.

"Je pense que ce pays a besoin de calme et d'analyser très clairement ce qui est annoncé pour voir si c'est juste et pas juste", a déclaré l'ancien ministre.

(Caroline Pailliez, édité par Sophie Louet)

14 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Friery
    06 décembre15:34

    L'erreur fondamentale du gvt selon moi , est de ne pas s'etre occupé en premier de la suppression des régimes spéciaux , et une fois seulement cela fait ,passer à la réforme générale pour tout le monde .D'abord on passe à l'équilibre et ensuite on bouge les curseurs .Mais les gvts ont tellement peur de ces régimes spéciaux ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer